Monica Belluci coûte 28 000€ aux habitants de Dinard

A LA UNE

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Monica Belluci coûte 28 000 € aux habitants de Dinard. L’actrice, a en effet adressé une facture, après le Dinard Film Festival 2018 dont elle était la présidente et qui ne restera par ailleurs pas dans les annales de ce festival par la qualité cinématographique notamment de la sélection en compétition.

Une facture de 28 000 €, pour 5 jours et 4 nuits de présence au festival, avec 3 collaborateurs. 7000 € par personne donc, qui se sont greffés au budget alloué par la municipalité dinardaise au festival (248 000 €, c’est à dire pas loin de 25 € par habitant de Dinard, qui doivent en plus s’acquitter, eux, des frais d’accès aux séances).

Il est vrai qu’entre les chambres dans de l’hôtellerie de luxe, et le train de vie de stars qui fréquentent ce type de festival, le budget augmente sensiblement. Le souci, c’est que si Madame Bellucci est libre d’acheter une paire de chaussures à talon par jour pour tenter d’épater la galerie, l’argent que lui verse la ville de Dinard pour régler sa note de frais appartient normalement aux contribuables.

Pour le Dinard Film Festival, les membres du jury ne sont pas payés pour leur fonction — on imagine le gouffre financier abyssal s’il fallait en plus payer les quelques mètres effectués sur un tapis rouge pour venir s’assoir dans un fauteuil réservé — mais leurs déplacements et hébergements sont pris en charge. Ils logent dans les hôtels les plus luxueux de Dinard, fréquentent les établissements les plus chics, et ensuite, se pavanent sur le tapis rouge d’un festival où sont pourtant souvent présentés des films évoquant la crise économique, sociale, qui frappe notamment l’Angleterre. Cherchez l’erreur.

Pendant ce temps, le contribuable paye plein pot, les touristes cinéphiles prennent des photos et applaudissent. La société du spectacle selon Guy Debord…

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Tours. Une manifestation LGBT avec zone interdite aux Blancs finalement annulée

À Tours, une manifestation LGBT organisée par le centre LGBTI de Touraine devait se tenir samedi 15 mai. Mais...

En réponse à Isabelle Le Callennec : Quel modèle énergétique pour la Bretagne ?

Lundi, nous avons publié une lettre ouverte d'Isabelle Le Callennec, tête de liste pour Les Républicains aux élections régionales....

Articles liés

Fin ar Bed. La deuxième saison du thriller en Breton, à ne pas manquer !

La série Fin ar bed est de retour pour une deuxième saison. Nous avions déjà évoqué la première de cet excellent thriller en langue...

La cinquième Bibliothèque…

Je ne vais plus au cinéma… Je ne vais plus au cinéma… Je ne suis pas le seul. Il y a plus d’une année que...

Eric Zemmour : « Le cinéma français est une machine de propagande payée par nos impôts »

Eric Zemmour : « Le cinéma français est une machine de propagande payée par nos impôts » Face à l'info du 16 mars 2021 https://www.youtube.com/watch?v=KW0iC1ZwIzc Crédit photo...

Le Cinéma français et le politiquement correct

Pour la première de l’émission Ciné-Club, Charles Gave reçoit le producteur de cinéma Jean-François Fonlupt ayant obtenu 4 palmes d’or, 2 Césars et 3...