Subvenir à une grande cause sans oublier de soutenir son patrimoine local : la quadrature du cercle pour le département du Morbihan géré par la droite ? Ses positions sèment l’émoi dans les villages où les habitants se démènent depuis des décennies pour sauvegarder et rénover leurs chapelles.

Ainsi à Pluherlin, où l’association de sauvegarde de Notre-Dame-de-la-Barre avait besoin de financer des travaux de mise hors d’eau et de consolidation de cette chapelle seigneuriale des XVe-XVIe siècle. Elle s’est vu opposer en février un refus sec du département de les subventionner à hauteur de 25.000 €, notamment car la chapelle n’est pas inscrite à l’inventaire des monuments historiques.

Quelle ne fut pas la stupeur des membres de l’association d’apprendre que le département du Morbihan donnait 1 million d’euros pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris. A l’époque, ce don a été contesté par une quarantaine d’associations de défense et de promotion de la langue bretonne, alors que la défense de la langue manque, elle, de moyens.

Lien social

« Certes, la cause de Notre-Dame est bonne, mais le budget du Morbihan (721,14 millions d’euros en 2019) doit pouvoir permettre de participer – raisonnablement – à la reconstruction d’un monument emblématique de l’identité nationale française sans négliger pour autant le patrimoine linguistique et historique breton, porté à bouts de bras depuis des décennies par des passionnés qui refusent sa disparition sur l’autel de la mondialisation », relève un militant du patrimoine dans le Golfe du Morbihan.

La commune de Pluherlin compte trois chapelles de village (Notre-Dame du Bon Réconfort, Notre-Dame de Cartudo, Notre-Dame de la Barre), chacune portée par une association. Un type de fonctionnement assez courant en Bretagne, où les chapelles ne sont pas seulement des édifices religieux, avec une ou plusieurs messes par an, mais créent et maintiennent le lien social.

LBG

Crédit photo : photo GO69 [cc by-sa 4.0] via Wikimedia Commons
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine