Le pédopsychiatre, Christian Flavigny, travaille à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. Dans son essai Le débat confisqué, il s’attaque aux sujets brûlants de la PMA, de la GPA et du « genre » pour débouter les arguments qui ont brouillé les différences entre masculin et féminin et définir les besoins de l’enfant. Un travail indispensable pour éviter de futurs cataclysmes.

Présentation de l’éditeur :

« Confisqué. » Comment désigner autrement un débat dont les conclusions écrites d’avance ignorent les fondements de la vie familiale, au risque d’une catastrophe pour l’équilibre des familles et des enfants de demain ?

Ceux qui font les lois et se conduisent en apprentis sorciers de la famille aurontils l’audace de poser les questions essentielles qu’aborde ce livre ? Comment l’enfant s’inscrit-il comme garçon ou comme fille ? Qu’est-ce qui anime les relations entre les hommes et les femmes, et en particulier leur voeu de devenir parent ? Quel est l’enjeu pour l’enfant d’avoir un père et une mère ? Comment la nature de la relation entre les parents (couples homme-femme, unions de même sexe…) influe-t-elle sur leur relation à l’enfant ?

Cet essai expose dans un langage clair et accessible les données fondatrices, comme la différence du masculin et du féminin dans l’égalité des sexes, ou le lien parent-enfant selon l’axe de la filiation. Il déboute les arguments
superficiels qui les ont brouillées et formule des préconisations accueillantes à la diversité que réclament les adultes, mais définies depuis les besoins essentiels de l’enfant.
Il en va de la famille comme du climat : c’est en prenant le temps d’analyser toutes les données disponibles que nous éviterons de futurs cataclysmes.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine