La jeune Greta Thunberg commence vraiment à me courir sur le haricot. Le monde médiatique mainstream, qui en a fait son égérie des temps modernes en lutte pour le climat et pour tous nous sauver, tel le messie, également.

D’autant plus que Greta Thunberg, à qui le tapis rouge est déroulé partout où elle passe, oublie de parler de l’essentiel dans son « combat » quasi apocalyptique et messianique. Rien sur la démographie mondiale. Rien sur la surpopulation et les 10 milliards d’êtres humains que nous risquons d’être prochainement sur terre.

Une surpopulation qui augmentera sans nul doute la consommation globale mondiale, et donc la pollution, et donc le réchauffement climatique potentiel.

C’est tellement facile de dire « agissons pour le climat » à des jeunes Européens manipulés et prêts à sortir dans la rue pour un oui ou pour un non. Pour ces jeunes, c’est l’occasion de se donner l’air rebelle lors de quelques manifestations.

Greta Thunberg, c’est la version mondialisée de la syndicaliste de l’UNEF qui les brise à tous les étudiants chaque année en appelant à faire grève contre chaque réforme de l’Education nationale, ou au blocage pour sauver tel ou tel étudiant sans papier.

On préférerait que Greta vienne plutôt nous expliquer à nous, pauvres humains d’Europe que nous sommes, comment empêcher que l’Afrique et l’Asie n’explosent en terme de populations humaines, et ne déferlent ensuite, faute d’avenir et de place, sur l’Europe ? Voici la question fondamentale, le reste c’est de la masturbation intellectuelle.

Ce ne sont pas nos modes de consommation qui sont à remettre en cause, ou tout du moins, ce ne sont pas les principaux responsables de ce qui pourrait arriver demain.

Mais bel et bien l’augmentation permanente et croissante du nombre de personnes qui adoptent ce mode de consommation, puisqu’on laisse l’humanité croître sans mettre un grand coup de frein à ce fléau.

On attend que Greta Thunberg nous parle de planning familial en Afrique et de politique de l’enfant unique au nom de la sauvegarde de l’humanité toute entière. On attend que ses relais pseudo défenseurs de l’écologie évoquent les méthodes, contraignantes ou volontaires, pour permettre aux continents qui explosent démographiquement de réduire drastiquement leurs populations.

Aide au développement contre politique de l’enfant unique et distribution géante de préservatifs. Voici le véritable combat pour l’écologie et pour sauver notre planète. 1 euro dépensé pour l’Afrique ou pour l’Asie en échange d’une stérilisation ou d’une contraception permanente. C’est cela la révolution verte !

Et de révolution, nos décideurs n’en veulent pas, bien évidemment. C’est pour cela qu’ils ont faite reine Greta Thunberg. Parce qu’elle n’est qu’un pantin, qu’une marionnette de plus, dans la culpabilisation écologique de l’homme blanc, occidental qui serait, en plus d’être un horrible colonialiste, machiste, raciste, le pire des pollueurs. Ce n’est pas sauver la planète et ses peuples que veulent ses gens, mais anéantir l’homme blanc, au nom de l’écologie avec Thunberg, au nom de l’antiracisme avec Evergreen, au nom du féminisme…

Greta Thunberg fait aujourd’hui penser aux enfants khmer rouges qui « rééduquaient » leurs parents dans les camps. Il est temps de sonner la fin de la récréation, qu’elle retourne à l’école étudier, et qu’elle la boucle enfin, laissant les grands parler d’écologie et de démographie.

Greta Thunberg, go back to your country, and speak demography…or go back to school !

Julien Dir

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine