Que devient Maël de Calan ? Où est-il passé ? Il s’est recasé chez les Américains (cabinet de conseil en stratégie McKinsey). Vu le bordel existant chez LR, on ne comprend pas pourquoi il ne crée pas sa petite boutique. Ce ne serait que la dixième…

Où est passé Maël de Calan ?

Nous étions habitués à avoir des nouvelles du conseiller municipal de Roscoff par voie de presse. Jouant au théoricien de la droite, Maël de Calan aimait à vaticiner ici et là ; il avait de grandes idées sur ce que devait être la ligne politique de la droite en général et de LR en particulier. Évidemment, si les recettes de M. de Calan avait été appliquées, Macron n’aurait pas été élu président de la République et LREM ne disposerait pas d’une majorité écrasante à l’Assemblée nationale… Mais capable de faire preuve de souplesse tactique, dès les législatives de juin 2017, il se découvrait alors « Macron compatible » et déclarait son appartenance à une droite ouverte, « prête à travailler avec Macron » (Ouest-France, Finistère, lundi 19 juin 2017). Mais ces bonnes paroles ne suffisant pas, il fut battu au second tour ( 52,14%/47,86%) par une marcheuse débutante, Sandrine Le Feur, agricultrice de son état – ce qui était vexant pour un esprit « supérieur » comme de Calan (Sciences Po et HEC).

Bizarrement, alors que la droite se trouve dans la panade la plus totale, on ne l’entend plus, on ne lit plus les couplets anti-Front national dont il était coutumier. Grâce à ses relations d’affaires dans les milieux américains – il appartient à la promotion 2018 des « Young leaders » de la French American Foundation -, il s’est trouvé un emploi dans le cabinet de conseil en startégie McKinsey ; il devient directeur de projet avec la casquette d’associate partner (Le Figaro Économie, mercredi 10 octobre 2018). Du coup la droite semble avoir perdu un élément jugé prometteur. C’est dommage car le conseiller départemental de Saint-Pol-de-Léon a, dans le passé, tenté de donner des idées à cette droite, en particulier avec le think tank « Boîte à idées » (Le Monde, mardi 18 février 2014). Certes l’entreprise ne dura guère… Si son job chez McKinsey lui laissait quelques loisirs, il pourrait se remettre au travail sans tarder, alors que plusieurs têtes de la maison LR ambitionnent d’apporter des « idées nouvelles ». Comme ils sont plusieurs à construire « l’archipel de la droite française », on ne voit pas pourquoi de Calan n’apporterait pas sa pierre à l’opération.

LR : déjà neuf boutiques…

Le Figaro ( lundi 29 juillet 2019) relève huit boutiques : Christian Estrosi (La France audacieuse), Bruno Retailleau (Force républicaine), Xavier Bertrand (La Manufacture), Guillaume Peltier ( Les Populaires), Julien Aubert (Oser la France), Daniel Fasquelle (Sauvons la droite), Guillaume Larrivé (La France demain), Valérie Pécresse (Libres !). Une neuvième écurie vient de s’annoncer, celle de Geoffroy Didier, secrétaire général de LR, qui compte bien y reste, mais à l’intention de constituer un « mouvement d’idées visant à moderniser la droite » ; il entend bâtir « avant la fin de l’année » un « collectif » pour « élargir le champ d’action des Républicains ». On devrait y retrouver « des élus, des acteurs de la société civile et des citoyens », précise-t-il. «  Nous démontrerons que la droite peut s’assumer, exiger plus d’ordre et de respect tout en sachant vivre avec son temps. », détaille Geoffroy Didier (Le Figaro, lundi 29 juillet 2019). On compte sur Maël de Calan pour créer la dixième chapelle. Ainsi il réapparaîtrait dans les médias et apporterait une contribution active à la confusion qui règne actuellement à droite.  On compte sur lui !

Bernard Morvan

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine