Barbarossa, L’Alcoran, L’intelligence artificielle, Le retour de la vraie droite : voici la sélection littéraire de la semaine.

Barbarossa

De Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri

L’opération Barbarossa, qui s’ouvre le 22 juin 1941 par l’entrée des Panzers de l’Allemagne hitlérienne en Union soviétique, est une guerre d’idéologies : le nazisme et son armée donnent alors la pleine mesure de leur potentiel de destruction. En face, le bolchevisme stalinien radicalise sa violence : la guerre ne change pas le stalinisme, elle l’exalte. En 1941, Wehrmacht et Armée rouge sont, de loin, les deux plus gros instruments militaires de l’époque. Dix millions d’hommes s’affrontent et se détruisent lors d’opérations militaires aux proportions monstrueuses : les plus gros encerclements, les percées les plus spectaculaires, les retournements les plus improbables aussi.

Combats, exécutions, exactions, famines délibérées tuent en 200 jours plus de 5 millions d’hommes, femmes et enfants, soldats et civils. Jean Lopez et Lasha Otkhmezuri brossent la fresque du plus terrible affrontement de la Seconde Guerre mondiale, passant du Kremlin au QG du Führer, des états-majors des Fronts à ceux des groupes d’armées, du NKVD aux Einsatzgruppen, des unités en marche aux usines et aux fosses d’exécution. Une somme unique et exceptionnelle.

Historien, directeur de la rédaction de Guerres & ; Histoire, Jean Lopez est l’auteur de plusieurs ouvrages qui font autorité sur le front germano-soviétique, dont Stalingrad : la bataille au bord du gouffre, Le Chaudron de Tcherkassy-Korsun. Il a en outre codirigé, avec Olivier Wieviorka, Les Mythes de la Seconde Guerre mondiale (2 volumes) et publié Les Cents Derniers Jours d’Hitler. Son dernier livre, en collaboration : le bestseller international (12 traductions), Infographie de la Seconde guerre mondiale. Docteur en histoire, polyglotte, Lasha Otkhmezuri est conseiller de la rédaction de Guerres & ; Histoire. Ensemble, ils ont écrit Grandeur et misère de l’Armée rouge et une biographie de Joukov unanimement saluée.

Barbarossa – Jean Lopez – Lasha Otkmezuri – Passés composés – 31€

L’Alcoran

Par Olivier Hanne

L’Europe découvre l’islam avec la conquête de l’Espagne au VIIIe siècle, mais c’est avec les croisades que s’améliore la connaissance de la culture arabe au XIIe siècle. Des moines et des clercs recherchent la science grecque dans le monde musulman, apprennent la langue arabe et procèdent aux premières traductions du Coran, que l’on appelle à l’époque l’Alcoran. Le commerce et la diplomatie en Méditerranée exigent de comprendre l’adversaire dans sa langue pour mieux échanger. Des Européens polyglottes se risquent en Orient. Les traductions se multiplient, accompagnées de dossiers polémiques.

Pourtant, malgré les préjugés, la connaissance du Coran se répand, enrichissant les réflexions des savants de la Renaissance et des Lumières. L’arabe entre dans la culture classique européenne, jusqu’à susciter une véritable fascination au XIXe siècle à travers l’orientalisme. Comment les Européens ont-ils appris l’existence du Coran et ont-ils pu se le procurer ? Comment traduisait-on ce texte dont la religion paraissait si étrangère ? Qui parlait l’arabe en Europe avant le XXe siècle ? Cet ouvrage retrace quatorze siècles d’étude de la langue arabe et du Coran en Europe, montre comment la civilisation occidentale a construit son rapport à l’islam, et pourquoi la question culturelle l’emporte finalement sur la différence religieuse.

Olivier Hanne est maître de conférences, agrégé et docteur en histoire. Islamologue, chercheur-associé à l’université d’Aix-Marseille, il est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages sur l’islam et le Moyen-Orient.

L’Alcoran – Olivier Hanne – Belin – 28€

L’intelligence artificielle, ou l’enjeu du siècle

Par Eric Sadin

C’est l’obsession de l’époque. Entreprises, politiques, chercheurs… ne jurent que par elle, car elle laisse entrevoir des perspectives économiques illimitées ainsi que l’émergence d’un monde partout sécurisé, optimisé et fluidifié. L’objet de cet enivrement, c’est l’intelligence artificielle. Elle génère pléthore de discours qui occultent sa principale fonction : énoncer la vérité. Elle se dresse comme une puissance habilitée à expertiser le réel de façon plus fiable que nous-mêmes. L’intelligence artificielle est appelée à imposer sa loi, orientant la conduite les affaires humaines. Désormais, une technologie revêt un « pouvoir injonctif » entraînant l’éradication progressive des principes juridico-politiques qui nous fondent, soit le libre exercice de notre faculté de jugement et d’action. Chaque énonciation de la vérité vise à générer quantité d’actions tout au long de notre quotidien, faisant émerger une « main invisible automatisée », une « data driven society », où le moindre phénomène du réel se trouve analysé en vue d’être monétisé ou orienté à des fins utilitaristes.

Il s’avère impératif de s’opposer à cette offensive antihumaniste et de faire valoir, contre une rationalité normative promettant la perfection supposée en toute chose, des formes de rationalité fondées sur la pluralité des êtres et l’incertitude inhérente à la vie. Tel est l’enjeu politique majeur de notre temps. Ce livre procède à une anatomie au scalpel de l’intelligence artificielle, de ses caractéristiques, de ses domaines d’application, des intérêts en jeu, et constitue un appel à privilégier des modes d’existence fondés sur de tout autres aspirations.

Ecrivain et philosophe, Eric Sadin est l’un des penseurs majeurs du monde numérique. Il est invité à donner des conférences dans le monde entier et ses livres sont traduits dans plusieurs langues. Son dernier essai, La Silicolonisation du monde. L’irrésistible expansion du libéralisme numérique (L’échappée, 2016), a rencontré un accueil enthousiaste de la part de la critique et du public.

L’intelligence artificielle – Eric Sadin – L’échappée  – 18€

Le Retour de la vraie droite

Daniel Friberg

La Droite fait son retour. Après des décennies d’humiliations et d’échecs politiques, l’opposition se réorganise, s’adapte à son temps et met de l’ordre dans ses rangs. Il est plus que temps. L’Europe doit relever de nombreux défis que les élites politiques, universitaires et médiatiques incompétentes et déconnectées de la réalité ne peuvent, ni ne veulent affronter. L’immigration incontrôlée, le gaspillage insensé des ressources et les ravages causés par la société de consommation à l’âme de l’homme occidental sont autant de questions difficiles auxquelles l’« establishment » ne peut apporter de réponses.

La Nouvelle Droite le peut, et elle le fait. Dans ce bref manuel, le lecteur trouvera un certain nombre d’essais d’une brûlante actualité écrits par l’activiste suédois Daniel Friberg. Ces essais s’adressent à toute personne qui participe ou voudrait participer à la véritable opposition dont l’Europe et ses enfants dispersés dans le monde ont tant besoin. Ils comprennent aussi bien des conseils pratiques qu’un bref aperçu des idées, concepts et thèmes qui importent tout particulièrement à la Nouvelle Droite.

Le retour de la vraie droite – Daniel Friberg – Arktos – 14 dollars

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine