Kazan, 27 août : après 4 jours de compétition mondiale des métiers, le palmarès a été révélé. Ils confirment les tendances profondes de la précédente édition de 2017 à Abu Dhabi.

Voir le palmarès complet ici

Les dragons industriels asiatiques ont raflé la mise : la Chine est 1ère, et la deuxième Chine, Taïwan,  5ème (ou 9ème place si on ne compte pas Taïwan-Taïpeh comme un Etat. La Fédération de Russie se classe 2ème : elle a mis le paquet comme pays organisateur (plus précisément sa République autonome du Tatarstan, dont Kazan est la capitale). Le Brésil, en 3ème place, montre qu’il n’est pas seulement un producteur de soja mais qu’il a une véritable base industrielle.

Les Français décrochent la 10ème place, en recul par rapport à l’édition précédente. Avec 1 médaille d’or, 4 médailles d’argent, 3 de bronze et 19 d’excellence, l’équipe de France des métiers 2019 affiche tout de même de beaux résultats.

Ce sont l’artisanat et les services qui leur permettent de garder un rang malgré tout honorable. L’Occitan passé par la Bretagne Alexis Nué remporte ainsi la seule médaille d’or, en menuiserie. Le bâtiment est à l’honneur avec 5 médailles, dont 1 d’argent pour Allan Bontemps, dans la catégorie tailleur de pierre et pour Baptiste Menestrello en charpente. Cela laisse tous les espoirs pour la reconstruction de Notre-Dame. Louis Cozette a également obtenu une médaille d’argent en restauration (catégorie service en salle), de même que Corentin Eschivard en arts graphiques.

Michel Houellebecq avait peut-être été visionnaire dans son roman La Carte et le Territoire (2010) : il imaginait le modèle économique de la France dans un futur proche : un pays de tourisme et d’artisanat d’art, où des voyageurs chinois viendraient se ressourcer.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine