Braderie de Lille : quand l’événement populaire vire au souk

A LA UNE

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

La célèbre braderie de Lille avait lieu les 31 août et 1er septembre. Si elle reste dans l’imaginaire collectif comme l’un des symboles du Nord, avec des commerçants chaleureux et de bons repas à base de moules et de bières, l’envers du décor n’est pas aussi idyllique… et a un accent venu d’Afrique.

Un engouement qui ne faiblit pas

La braderie de Lille trouve ses origines au XIIe siècle sous le nom de « Foire de Lille ». Si celle-ci a logiquement évolué à travers le temps, il n’est donc pas incongru de la qualifier d’institution.

Dans une France ou tout ou presque est centralisé en région parisienne, l’événement détonne et se démarque. Il attire près de deux millions de visiteurs chaque année, en provenance de tout le pays mais aussi de l’étranger.

La bière et les moules sont comme prévu la base de la plupart des repas, bien que beaucoup oublient les fruits de mer pour se concentrer sur la boisson, finissant ivres morts dans la rue de Solférino – la rue de la soif locale – ou en cellule de dégrisement. D’autres passent par la case « hôpital » en raison d’un coma éthylique. Le samedi soir, les sirènes des ambulances résonnent presque sans interruption.

Cette année, les secours sont intervenus 573 fois en deux jours, avec 159 hospitalisations à la clé. Les malaises dus à la chaleur ou à la foule sont également pris en compte dans ces chiffres.

Il y aurait pu avoir plus de problèmes encore si les services sanitaires n’avaient pas intercepté et détruit un stock de 2 tonnes de moules et 300 kilos de frites qui avait été transporté sans respect des températures.

La braderie de Lille est-elle devenue le souk de Lille ?

Depuis une dizaine d’années, la braderie de Lille a connu des difficultés auxquelles les organisateurs ont tenté de répondre tant bien que mal. Les marchands ambulants ou les vendeurs de « t-shirts de rap » prospéraient un peu plus à chaque édition tandis que la braderie 2016 avait tout bonnement été annulée en raison de la menace terroriste et qu’un périmètre de sécurité avait été instauré en 2017. Rappelons que les communes voisines de Roubaix et Tourcoing sont des nids à islamistes.

2019 devait être l’édition du renouveau et c’est ainsi qu’elle sera jugée par les observateurs les plus naïfs.

Pourtant, parmi les antiquaires et autres commerçants placés autour de la Citadelle, l’un des secteurs jouissant de la meilleure réputation, les plus nombreux ne sont pas des Flamands grands et blonds mais les Africains. Grosso modo, l’on peut trouver ces derniers tous les vingt ou trente mètres. Ils vendent statuettes et masques africains sans se soucier de décalage de style avec leurs voisins. Certains d’entre eux sont même habillés en tenue traditionnelle, non pas en « boubou » mais en tenue de bédouin.

Les tenues traditionnelles musulmanes sont légions dans les rues, Lille étant devenu l’un des fiefs de l’islam en France, ce que ne contredira pas Martine Aubry.

Le maire de Lille a d’ailleurs profité de la braderie pour se montrer à quelques mois des élections municipales. En froid avec Emmanuel Macron, elle a toutefois été contrainte de soutenir les militants de LREM dont le stand a été pris pour cible.

La délinquance fait partie du quotidien des Lillois et il n’y a pas de trêve à l’occasion de la braderie. 3 000 hommes étaient mobilisés pour assurer la sécurité des visiteurs cette année (police, armée, gendarmerie…). 119 interventions policières ont débouché sur 86 interpellations et 17 gardes à vue.

Des chiffres en hausse par rapport à 2018…

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

De La Baule à Biarritz : ces maires de la côte qui demandent la réouverture des discothèques pour éviter les « fêtes sauvages »

Une tribune signée par une quinzaine de maires du littoral français demande la réouverture des discothèques afin d'éviter des...

Ecosse. Une étudiante bientôt expulsée de son université pour avoir dit que les femmes « ont un vagin et ne sont pas aussi fortes...

L'Ecosse, comme tout le Royaume-Uni, ressemble à un asile psychiatrique grandeur nature, toutefois révélateur du terrorisme intellectuel qui germe...

Articles liés

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du rétablissement des transports internationaux. Sans...

Argent public et immigration. Gilles Pennelle dénonce les manoeuvres de la Région Bretagne

Conseiller régional de Bretagne, Gilles Pennelle a dénoncé dans un communiqué une nouvelle subvention de la région Bretagne à l’association SOS Méditerranée, qui ramène...

L’affaire Patrick Buisson. Sommes-nous devenus des néoconservateurs américains à passeport français ?

Ci-dessous retrouvez un excellent papier de François Bousquet pour le site Eléments, au sujet de la dernière sortie de Patrick Buisson. Deux phrases maladroites de...

Renaud Camus : « Il n’y a d’issue sérieuse que la remigration, la décolonisation, le retour chez lui, contractuel ou forcé, de l’occupant »...

Notre quotidien occidental en est la preuve : Le Grand Remplacement n’est ni une théorie ni un complot. C’est un état de fait observable...