Groupe de Visegrad : les enfants terribles de l’Europe [Vidéo]

A LA UNE

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

La Pologne, la République Tchèque, la Slovaquie et la Hongrie : leur alliance, bon an mal an, prend du poids. Leur objectif affiché est de promouvoir une vision de l’Europe qui se distingue largement de celle de Berlin et de Paris. L’immigration, le budget, la politique intérieure ou encore l’élargissement de l’Union : les désaccords sont nombreux, et les compromis sont de plus en plus rares.

A l’étranger, le quatuor de Visegrad n’est pas moins actif qu’à l’interne. Notamment, la coopération avec Washington et l’OTAN va bon train. L’alliance augmente progressivement ses dépenses en sécurité et participe régulièrement à des exercices militaires américains. Cependant, Washington n’est pas le seul partenaire du V4. La Hongrie, la République Tchèque et la Slovaquie regardent de plus en plus vers la Russie et la Chine, au grand regret de la Pologne, l’allié le plus fiable de Washington parmi les pays du V4.

Quels sont les autres sujets qui divisent le groupe ? Comment ces pays coopèrent-ils avec l’OTAN ? Enfin, pourquoi le Groupe de Visegrad adopte-t-il une position de plus en plus défiante à l’égard de Bruxelles ? Pour répondre à ces questions, Oleg Shommer interroge Georges Estievenart, responsable des études européennes de l’IPSE.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

De La Baule à Biarritz : ces maires de la côte qui demandent la réouverture des discothèques pour éviter les « fêtes sauvages »

Une tribune signée par une quinzaine de maires du littoral français demande la réouverture des discothèques afin d'éviter des...

Ecosse. Une étudiante bientôt expulsée de son université pour avoir dit que les femmes « ont un vagin et ne sont pas aussi fortes...

L'Ecosse, comme tout le Royaume-Uni, ressemble à un asile psychiatrique grandeur nature, toutefois révélateur du terrorisme intellectuel qui germe...

Articles liés

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du rétablissement des transports internationaux. Sans...

Argent public et immigration. Gilles Pennelle dénonce les manoeuvres de la Région Bretagne

Conseiller régional de Bretagne, Gilles Pennelle a dénoncé dans un communiqué une nouvelle subvention de la région Bretagne à l’association SOS Méditerranée, qui ramène...

L’affaire Patrick Buisson. Sommes-nous devenus des néoconservateurs américains à passeport français ?

Ci-dessous retrouvez un excellent papier de François Bousquet pour le site Eléments, au sujet de la dernière sortie de Patrick Buisson. Deux phrases maladroites de...

Renaud Camus : « Il n’y a d’issue sérieuse que la remigration, la décolonisation, le retour chez lui, contractuel ou forcé, de l’occupant »...

Notre quotidien occidental en est la preuve : Le Grand Remplacement n’est ni une théorie ni un complot. C’est un état de fait observable...