macron-hutin

Emmanuel Macron est-il en passe de revoir la politique d’immigration de la France ? Dans un discours à sa majorité, le président de la République aurait déclaré qu’il fallait regarder ce sujet « en face ».

Emmanuel Macron : « La France a toujours été une terre d’immigration »

Jamais avare en formules chocs le Président de la République. Tandis que le débat parlementaire sur l’immigration est censé se tenir les 30 septembre et 2 octobre prochains, Emmanuel Macron s’est exprimé lundi 16 septembre au soir devant quelques 200 parlementaires et membres de sa majorité.

Dans un style bien à lui, il a alors préconisé à son auditoire de regarder le sujet de l’immigration « en face », ayant probablement décidé de tenir compte d’un récent sondage concernant le point de vue des Français sur l’immigration.

Le président de la République a ainsi affirmé aux participants qu’il s’agit d’un « sujet en soi qu’il faut prendre avec maturité et calme. » Avant de souligner que « la France a toujours été une terre d’immigration ». Le « en même temps » macronien à l’œuvre…

« Les bourgeois n’ont pas de problème avec l’immigration »

Mais Emmanuel Macron avertit : « La gauche n’a pas voulu regarder ce problème pendant des décennies. Les classes populaires ont donc migré vers l’extrême droite. On est comme les trois petits singes: on ne veut pas regarder ».

Cette évolution de l’électorat populaire d’un côté du spectre politique vers l’autre a donc vu le Front national (puis le RN) capitaliser sur ce réservoir de voix lors des derniers scrutins. Un phénomène contre lequel le président de la République met en garde ses troupes. En les exhortant à ne pas être « un parti bourgeois » totalement déconnecté des réalités vécues par les millions de Français de ces classes populaires, lesquelles « vivent avec » l’immigration selon les mots d’Emmanuel Macron.

Dans le même temps, il a déclaré que « les bourgeois n’ont pas de problème avec cela [NDLR : l’immigration] ». Avant de laisser entendre que ce thème de l’immigration serait crucial lors des prochaines échéances électorales : « Vous n’avez qu’un opposant sur le terrain : c’est le Front national [NDLR : Rassemblement national désormais]. Il faut confirmer cette opposition car ce sont les Français qui l’ont choisie. Il y a deux projets : celui du repli, tout faire peur ou bâtir une solution ouverte mais pas naïve ».

Des Français qui n’ont en revanche jamais été consultés sur cette immigration extra-européenne dont l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron n’a pas tari le flux.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine