New York est devenu mardi le second Etat des Etats-Unis après le Michigan à interdire la commercialisation des cigarettes électroniques aromatisées, accusées d’inciter les jeunes à vapoter avec, à la clef, un fort risque de dépendance à la nicotine. La décision a été prise lors d’un vote du conseil de santé publique et de planification sanitaire de l’Etat de New York, convoqué à la demande du gouverneur Andrew Cuomo qui avait réclamé dimanche des mesures d’urgence.

Elle prend effet immédiatement, même si les contrôles ne démarreront que dans deux semaines. Ce qui fait de New York le premier Etat à mettre en oeuvre la mesure, le Michigan attendant encore la publication des textes applicables.

L’interdiction intervient quelques jours seulement après que Donald Trump a annoncé, le 11 septembre, qu’une mesure similaire serait prise dans les prochains mois au niveau fédéral.

Attention à certaines marques de cigarette électronique !

Pour la France, les interdictions ne se multiplient pas encore, comme aux USA. Toutefois, il est conseillé de bien choisir sa marque de cigarette électronique. Car des accidents peuvent arriver : ainsi, un jeune homme se trouvait à la maternité, dans le XXe arrondissement de Paris pour assister à la naissance de son fils. Et cet homme  de 36 ans a vu sa cigarette électronique exploser dans sa poche et le blesser grièvement, comme le rapporte Le ParisienÀ quelques minutes près, le jeune papa se trouvait à la nurserie avec son fils dans les bras.

Pour beaucoup de fumeurs invétérés, la vape est une porte de sortie du tabac efficace. La France comptait un million de fumeurs en moins depuis 2016 (Agence de Santé Publique), et il semblerait que la cigarette électronique puisse devenir ce palliatif efficace pour conduire les fumeurs à arrêter de fumer. Néanmoins, d’autres commencent à vapoter sans même avoir fumer avant, ce qui n’est pas, pour le coup, logique du tout. Mais les effets de mode peuvent entrainer ensuite des dépendances.

Selon les chiffres, en 2017, 11 % des 18‑75 ans pensaient que la vapoteuse était plus nocive pour la santé que la cigarette ordinaire, 40 % qu’elle est aussi nocive, 35 % qu’elle est moins nocive, et enfin 13 % répondent ne pas savoir.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine