C’est l’évènement politique du moment : ce samedi, une convention réunira à Paris les tenants de l’union des droites, autour d’une trentaine d’intervenants dont la conservatrice alt-right afro-américaine Candace Owens, l’essayiste Zemmour et Marion Maréchal.

Nous avons interrogé l’un des coorganisateurs, François-Louis de Voyer d’Argenson, sur les tenants et les aboutissants de cette Convention.

Breizh Info : Pourquoi organiser cette convention ?

François de Voyer : Parce qu’il n’existe pas de rassemblement à droite. C’est pour l’heure une série de chapelles avec une guerre d’egos entre personnes et associations. Nous, on revendique l’influence du CPAC aux Etats-Unis, qui est le rendez-vous annuel des conservateurs (où Marion Maréchal a d’ailleurs été). Nous organisons cela avec l’Incorrect, le magazine de Jacques de Guillebon et Racines d’Avenir, l’association d’Erik Tegner.

Breizh Info : Vous pensez le faire à Paris tous les ans ?

François de Voyer : Pas forcément, on pense l’organiser en tournant d’une ville à une autre. Nous fonctionnons n partenariats avec une douzaine d’associations dont l’IFP, l’ISSEP, l’Institut pour la Justice, l’Avant-Garde, la Fondation Vauban, Contribuables associés…

Breizh Info : Vous avez invité Candice Owens ?

François de Voyer : Oui, c’est une Américaine noire âgée de 29 ans. Elle fait partie de l’équipe de campagne de Trump pour 2020, elle est hors cadre, elle bouscule un peu les discours établis, et comme nous, elle cherche à échapper à la logique des partis.

Breizh Info : Avez-vous organisé cette convention pour, comme le disent certains médias, servir de marchepied aux ambitions électorales de Marion Maréchal ?

François de Voyer : Pas du tout. Mais si nous avons invité Zemmour et Marion Maréchal, c’est parce que ce sont les seuls qui rassemblent toute la droite, depuis l’UDI, dont un des fondateurs, Fabrice Haccoun, va s’exprimer, à Paul-Marie Coûteaux.

Breizh Info : Vous aurez aussi quelques parlementaires ?

François de Voyer : Oui, même si LR et RN regardent avec méfiance, il y a un parlementaire de chaque : Xavier Breton pour LR et Gilbert Collard pour RN.

Breizh Info : Et il devait y avoir Aurélien Taché, de LREM, venu en quelque sorte enseigner la vérité aux sauvages ?

François de Voyer : Quelle meilleure manière de définir l’adversaire que le laisser faire lui-même ? Mais il a fini par trouver un faux prétexte pour se défiler suite à des journalistes non accrédités, qui l’ont été depuis [sous la menace du boycott par des grands titres de presse, et certains intervenants] On a accrédité tout le monde, y compris ceux qui vont médire, qu’ils nous crachent à la gueule, ce n’est pas grave, c’est presque une médaille.

Breizh Info : Combien espérez-vous d’affluence ?

François de Voyer : La salle est plus que comble, tous les billets ont été vendus en une semaine. Il y aura donc 2 000 personnes dont une centaine de journalistes et 150 bénévoles, pour un budget de quelques dizaines de milliers d’euros [dont 15.000 € pour la salle]autofinancé aux trois quarts.

Breizh Info : Pourquoi n’avez vous pas invité Steve Bannon, qu’il eût été logique de trouver dans une telle convention ?

François de Voyer : Parce qu’il n’y avait pas de raison particulière, et qu’on a trouvé que Candace Owens était plus intéressante.

Breizh Info : Quel est l’objectif ?

François de Voyer : Montrer qu’on peut faire les choses hors du cadre des partis, parce qu’on a un corpus idéologique à défendre et qu’on souhaite avoir un symbole d’unité. Pour déclarer aussi notre indépendance du progressisme. Ce genre de rendez-vous annuels ont fait gagner Reagan. Nous menons un combat culturel sur le long terme.

Breizh Info : Semble-t-il aujourd’hui gagné par les mondialistes ou les conservateurs ?

François de Voyer : Intellectuellement la droite a déjà gagné, mais cela ne se voit pas encore, sauf à la vivacité des associations, la jeunesse du public. Politiquement, on est face à la chape des partis, figés sur un fonctionnement ancien.

Breizh Info : Censure des pages contestatrices sur Facebook, bannissement de Twitter, suppression de chaines YouTube, purge de Google News des médias alternatifs, les GAFA semblent avoir choisi le système ?

François de Voyer :  Le système des partis arrange bien les GAFA : les partis sont abreuvés d’argent public, ils sont dans une boulimie électorale, courant d’une élection l’autre, on mastique l’actualité à longueur de temps en repoussant toute prise de décision tout le temps à cause des élections à venir, les gens étant tenus par la gamelle et la peur des élections.

Breizh Info : Les municipales sont pourtant une élection différente : le maire seul échappe à l’opprobre générale qui frappe les élus, et la vie des gens peut changer radicalement s’il est bon ou s’il est incompétent.

François de Voyer : La seule nouvelle un tant soit peu satisfaisante dans ce tunnel électoral jusqu’aux présidentielles, c’est qu’il y  n’y aura jamais eu aussi peu d’étiquettes politiques, sauf dans les villes riches et les métropoles où il y a le plus de personnes qui font partie du vieux monde tout en se réclamant de l’esprit le plus ouvert. Ils ne sont pas conservateurs, mais réactionnaires, ils veulent rester dans leur petit système confortable.

Propos recueillis par Louis-Benoît Greffe

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine