Le Breton saint Yves en bande dessinée

A LA UNE

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Saint patron des professions de droit et de la Bretagne, saint Yves vient de faire l’objet d’une bande dessinée. Celle-ci nous fait découvrir le saint breton le plus connu, dont le culte est toujours vivace.

Prêche en breton

Yves Hélory de Kermartin naît en 1253 dans une famille noble au manoir de Kermartin, à Minihy-Tréguier. En 1267, à l’âge de quatorze ans, il part à Paris pour suivre des études universitaires et y obtient des doctorats en théologie et en droit. Il poursuit des études de droit à l’université d’Orléans et se fait remarquer par sa vie de privation en faveur des pauvres. Il revient à Rennes, où il devient conseiller juridique du diocèse. L’évêque de Tréguier remarque ses talents et le presse de revenir dans sa ville. Il hérite du patrimoine familial et invite souvent des pauvres à sa table. En 1284, l’évêque de Tréguier l’ordonne prêtre. Alors que ses prédécesseurs prêchaient en latin, Yves le fait en breton, pour rendre compréhensible le message de l’Évangile. Les faits miraculeux se succèdent. De façon étrange, il est souvent vu la même journée à des lieux différents. Un jour où plus de deux cents pauvres se présentent au presbytère, Yves distribue son pain, lequel se multiplie alors. Les Bretons apprécient également son sens de l’équité. Après une vie de privation, de partage et de prière, Yves abandonne sa charge au diocèse, en 1298, pour se consacrer entièrement à la contemplation. Il meurt au manoir de Kermartin en 1303. Il est canonisé le 19 mai 1347 par le pape Clément VI.

Le Fonds Saint Yves, qui a pour objet la diffusion de l’héritage juridique, caritatif et spirituel de ce saint breton, a lancé une souscription pour cette bande dessinée. Il en a confié la réalisation aux Éditions du Triomphe, réputées notamment dans le domaine de la bande dessinée historique.

Comment raconter la vie de ce saint qui n’a laissé aucun écrit, à l’exception de son testament ? Le scénariste-dessinateur Gaëtan Evrard se fonde notamment sur les 243 témoignages recueillis lors du procès en canonisation de saint Yves, intervenu 34 ans après sa mort. On découvre de nombreuses guérisons miraculeuses. Le scenario insiste ainsi sur les miracles et les valeurs chrétiennes prônées par le saint de Tréguier. Mais le texte peut parfois paraître abondant.

Le dessinateur belge Dominique Bar s’est spécialisé dans la bande dessinée chrétienne, le plus souvent aux Éditions du Triomphe (Avec Jean-Paul II, Avec les martyrs chrétiens d’aujourd’hui, Zita, courage et foi d’une impératrice…). Pour dessiner saint Yves, il s’inspire de gravures anciennes, d’enluminures, de peintures et de sculptures. Il s’est rendu à Minihy pour mieux reproduire la région de Tréguier et respecter les détails architecturaux. Chaque planche a été vérifiée par Daniel Giacobi, ancien professeur agrégé d’histoire et membre du Fonds Saint Yves. Son dessin réaliste convient bien à une bande dessinée destinée à toute la famille.

Kristol Séhec

Saint Yves, les chemins de la justice, Éditions du Triomphe, 15,90 euros.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

« Jésus est pédé ». Aucun problème pour le Conseil d’Etat

Le Conseil a validé il y a quelques jours, sur la forme, la dissolution de Génération Identitaire. Il vient,...

Articles liés

Brest. Jean-Yves Le Naour en dédicace à la librairie Dialogues pour Philippe Kieffer le 8 mai

A l'occasion de l'inauguration de l'allée Philippe Kieffer à Bohars le 8 Mai 2021 le scénariste Jean-Yves Le Naour sera en dédicace pour signer son...

« Avec les Croisés », la bande dessinée qui exalte l’esprit des croisades

Parue aux Éditions du Triomphe, une nouvelle série de bandes dessinées, recherchant l’exactitude historique, restitue l’esprit des croisades. Le premier tome commence en 326, lorsque...

Jonas Fink, 40 ans de vie derrière le rideau de fer (BD)

Jonas Fink couvre quarante ans d’une vie derrière le rideau de fer, en Tchécoslovaquie. Ce chef d’œuvre de la bande dessinée vient de sortir...

Vannes : restauration de la chapelle Saint-Yves

Située au cœur de Vannes, la chapelle Saint-Yves fait partie des bâtiments emblématiques de la ville. Construite au XVIIe siècle, mais fermée au public...