Montoir de Bretagne : saisie record de drogue, des dockers au milieu du trafic

A LA UNE

Ce lundi 14 octobre 2019, « un beau voyou nantais » connu pour de multiples affaires de stupéfiants et deux dockers ont été interpellés par la police judiciaire de Nantes, juste après avoir chargé 140 kilos de cocaïne en sacs, soit 8.6 millions d’€ à la revente.

Point croquignolet : l’un des deux dockers interpellés est le fils d’un autre docker nazairien, âgé de 54 ans, jugé actuellement pour blanchiment alors que 600.000 € en grosses coupures ont été saisis chez lui. Six ans de prison avaient été requis contre cet homme – le délibéré sera connu le 17 décembre prochain.

Thierry Lorcy – c’est de lui qu’il s’agit – est un docker respecté et un ancien boxeur, connu pour avoir été vigile à la porte des discothèques, trempé dans des règlements de comptes et des associations de malfaiteurs. Selon nos informations, outre son fils, un autre de ses proches est lui aussi défavorablement connu de la police. Thierry Lorcy vient d’être condamné à 30 mois de prison ferme pour des violences sur son ex-compagne, dans un autre dossier.

Entre ses séjours en prison, il est toujours payé comme docker, 3000 € par mois. En 2014, chez sa soeur la police découvre une valise avec 269.000 € en coupures de 50 à 200 € ; chez lui, 190.000 € supplémentaires, en liquide, sont découverts dans un coffre. L’ADN d’un caïd de Marseille a même été découvert sur une liasse. De là à penser que l’argent a pu être le règlement de services malhonnêtes ? Thierry Lorcy affirme avoir vendu des biens, des voitures, tandis que le truand du sud dit ne pas le connaître. Et puis l’argent, c’est connu, ça circule.

Les interpellations de dockers suspectés d’avoir fait entrer de la cocaïne se multiplient ces dernières années. Deux dockers de Montoir-de-Bretagne, un à la retraite de 59 ans et un actif de 38, ont été condamnés en 2018 à six et cinq ans ferme respectivement, après deux saisies record de 290 et 110 kilos de coke qui témoignaient d’un trafic à grande échelle.  En mai 2019 la police avait arrêté au Havre – principal port et principal point d’entrée de la coke en France – cinq  hommes dont des dockers avec 160 kilos de cocaïne. Un autre docker avait été interpellé en octobre 2018 après la saisie de 752 kilos de drogue quinze jours auparavant, toujours au Havre.

En octobre 2019, une vidéo avait fait le buzz – elle montrait des dockers d’Anvers (Belgique) décharger de la cocaïne et goûter la marchandise. Encore au Havre, 339 kilos avaient été saisis en 2016 : huit hommes, tous dockers du Havre, étaient jugés à Lille en 2018. En 2015, après la saisie de 101 kilos de cocaïne à Fos-sur-Mer, 17 personnes dont quatre dockers étaient interpellées, pour un trafic estimé à 500 kilos par an.

Cet ancien syndicaliste CGT de la région nazairienne, interrogé sur les trafics de drogue au port, botte en touche. « Joker. C’est un sujet où je risque de me retrouver au fond de l’eau ». Un de ses collègues encore actif, tout aussi mutique, avoue qu’il y a « un problème. Avec la drogue et le reste ».

Nous avons retrouvé un docker, qui consent à témoigner sous couvert d’anonymat. « Si la drogue passe, c’est qu’il y a des pattes graissées. Transporteurs, douaniers, policiers… Et puis c’est tentant aussi. Pour se faire des sous avec le shit, faut une tonne au moins, c’est dur à planquer. Alors que 100 kilos de coke, c’est deux valises. Et si le docker fait juste l’intermédiaire, prendre et redonner, c’est tout de même 2 à 3000 € pour 10 kilos. Ou six ans de placard. C’est le salaire du risque ».

Les arrestations de ses collègues ne l’étonnent pas. « Ce qui est saisi, ça représente peut-être 10% de ce qui entre en France. Il y en a bien encore 40 à 50% qui sont jetés à l’eau avant les contrôles – c’est fou la quantité qui se perd. Cela dit, ceux qui se font interpeller, c’est une minorité ». 

Louis Moulin

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Comment vivre hors de la République française totalitaire ? Par Yann Vallerie

Yann Vallerie est journaliste, fondateur et rédacteur en chef pour Breizh-info.com. Cet été, il intervenait lors de l'Université d'été...

Kalifornia : rannoù « nann-jeneret » evit ar vugale er gourmarc’hadoù lakaet ret

Votet eo bet al lezenn AB 1084 ar sizhun-mañ e Kalifornia hag e 2024 e vo lakaet e pleustr...

2 Commentaires

  1. […] La France entièrement sous stupéfiants. Comment l’on détruit une nation de l’intérieur, tout en s’enrichissant sur sa charogne : https://www.breizh-info.com/2019/10/19/129183/montoir-de-bretagne-saisie-record-de-drogue-des-docker… […]

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés