Rennes, Paimpol, Ploërmel. Ropartz et la mer

A LA UNE

Eric Léost : « La richesse du Patrimoine breton témoigne de temps anciens radieux » [Interview]

« Glad Breizh-Le Patrimoine breton » est une nouvelle revue (deux numéros sortis à ce jour) qui se consacre,...

Alexandre Cormier-Denis : « Le Canada – et par extension le Québec – est le pays qui subit les changements ethno-démographiques les plus importants...

Alexandre Cormier-Denis,  est un chroniqueur et militant nationaliste québécois. Il est principalement connu pour avoir fondé le média alternatif Horizon Québec Actuel et la chaîne YouTube NomosTV....

4 mois de prison ferme avec mandat de dépôt pour Damien T, le gifleur de Macron. Un prisonnier politique ?

Le tribunal correctionnel de Valence a condamné jeudi Damien T, le jeune homme qui a giflé (et pas «...

Nantes : les règlements de comptes à l’arme blanche entre clandestins maghrébins se multiplient

Dans la nuit de jeudi à vendredi dernier, quai de la Fosse, un extra-européen qui se dit âgé de...

Les deux Irlandes et la diaspora. Anne Groutel évoque ces 70 millions d’Irlandais qui vivent ailleurs dans le monde [Interview]

Anne Groutel est maître de conférences à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et docteur en études irlandaises. Chercheuse, elle est...

Les 6, 12 et 13 novembre, les mélomanes de Rennes, Paimpol et Ploërmel auront la chance de pouvoir entendre Pêcheurs d’Islande, la trop rarement jouée suite d’orchestre de Guy Ropartz. Elle ouvre un concert durant lequel les musiciens du Symphonique de Bretagne donneront également les Variations Rococo de Tchaïkovski, et la Pastorale de Beethoven.

Pêcheurs d’Islande est la première œuvre d’importance d’un compositeur né à Guingamp et qui, jusqu’alors, avait surtout publié de la musique de chambre, ou de la poésie dans la tradition de Leconte de Lisle ou Hérédia. En 1889-91, il travaille à la musique de scène d’une adaptation théâtrale du roman éponyme de l’officier de marine et académicien charentais Pierre Loti. L’œuvre, dont Ropartz tirera une suite d’orchestre d’une vingtaine de minutes, divisée en trois mouvements tirés de sa musique de scène, fut créée avec succès en février 1893 au Grand Théâtre parisien. Une polémique de circonstance avait aidé la pratique : le scandale de la campagne morutière de 1892, au cours de laquelle une dizaine de voiliers français avaient disparu corps et biens (près de 150 marins périrent), donnait à l’œuvre une dimension politique involontaire. Reste que l’épopée des « bagnards des Grands Bancs » peinte par Ropartz est tout entière rythmée par la houle, relancée par l’air du large et traversée, dans le troisième mouvement, de chants de marins qui rendent hommage au Barzaz Breiz de La Villemarqué. La rareté d’exécution de ces pages justifie à elle seule le déplacement des mélomanes.

D’autant qu’ils devraient être confortés dans leur choix par la présence du violoncelle d’Ophélie Gaillard, soliste qui sera très sollicitée dans les Variations sur un thème Rococo de Tchaïkovski. Elle connaît bien l’écriture de Tchaïkovski, dont elle fréquente depuis des années la musique de chambre. Et elle en fera sonner durant une vingtaine de minutes les sept épuisantes variations sur son violoncelle vénitien du XVIIIe siècle qui a, lui aussi, une histoire : il lui fut volé au début de l’année dernière, avant d’être miraculeusement restitué dans une voiture en bas de son immeuble. Ses appels répétés sur les réseaux musicaux et sociaux l’avaient rendu invendable, évitant ainsi que l’instrument ne suive une piste empruntée par les trafiquants d’objets d’art.

La seconde partie du concert permettra au chef gallois Grant Llewellyn de faire entendre les qualités instrumentales du Symphonique de Bretagne dans la VIe Symphonie « Pastorale » de Beethoven. Entre Rennes et Paimpol, l’orchestre aura rapidement fait escale le 10 novembre à Paris, aux Invalides, pour faire entendre le même programme. Période chargée pour Ophélie Gaillard. Le 12, elle jouera en effet à 12h30 les trois premières Suites pour violoncelle seul de Bach, à l’Auditorium du musée d’Orsay, avant de prendre le train pour rejoindre Paimpol, parée pour le concert du soir.

Réservations https://o-s-b.fr/spectacles/entre-terre-mer/

Jean François Gautier

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Le Raptor Dissident sur TV LIbertés : « Je n’accepte pas la domestication »

Vidéaste, star de YouTube et des réseaux sociaux où il dépasse largement le million d'abonnés, Ismaïl Ouslimani, alias Le...

Euro 2021. Les buts de Turquie-Italie, Belgique-Russie, Finlande-Danermark et Pays de Galles-Suisse

Retrouvez ci-dessous les résumés des rencontres Turquie-Italie, Belgique-Russie, Finlande-Danermark et Pays de Galles-Suisse comptant pour l'Euro 2021. A noter...

Articles liés

Littoral. Paimpol, des pêcheurs d’Islande à aujourd’hui

Explorer la baie de Paimpol, c’est inévitablement parcourir le récit des grandes pêches en mer d’Islande qui ont fait l’histoire de ce port. Marine...

Ploubazlanec (22). Le Musée Mémoire d’Islande rouvre fin avril

Le 30 avril 2018, le musée Mémoire d'Islande de Ploubazlanec rouvrira ses portes. Mémoire d’Islande est un musée associatif créé en 1994 par l’association Plaeraneg...