Drogue à Nantes. Quand les dealers de luxe se développent sur les réseaux sociaux

A LA UNE

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

En France, la vente de drogue est encore très traditionnelle, proche de la vente au détail classique. Il faut se rendre sur un spot et acheter directement à un dealer, sur une grande place ou un hall d’immeuble. Dans d’autres pays, le darknet tient une place grandissante dans les échanges, défaisant le système classique. Cependant, y compris à Nantes, les réseaux sociaux servent à certains dealers – qui proposent des produits plus chers – à se démarquer et à se développer.

Les usagers réguliers de Twitter auront remarqué que depuis plusieurs mois, des annonces de vente de weed (herbe de cannabis) fleurissent sur le réseau social. Celui-ci, si prompt à bannir ou à silencier – rendre invisible grâce au shadow banning – les comptes des opposants politiques au système, n’y trouve visiblement rien à redire. Les comptes fleurissent, les annonces aussi et renvoient à des comptes sur Whatsapp ou WickR.

En Loire-Atlantique, deux comptes sont suivis : JustBallon44, qui permet d’acquérir à 1€ pièce des cartouches de gaz hilarant – le protoxyde d’azote, qu’on trouve dans les siphons à Chantilly – est vidé dans un ballon, puis le consommateur aspire. L’effet est très court et provoque des crises de rire, mais aussi des vomissements et au moins deux overdoses en 2018. Le danger consiste dans la consommation répétée.

De la weed de qualité supérieure

Autre compte, JustWeed44. Celui-ci publie régulièrement des vidéos où il présente ses produits : de la weed de qualité supérieure, en provenance directe d’Amsterdam, bien plus active et forte que celle qu’on peut trouver en vente dans les points de deal classique. Il existe de très nombreuses variétés de cannabis, y compris très riches en THC (jusqu’à 44% à Berlin).

Nous publions le témoignage d’un de ses clients réguliers. « Sur JustWeed, tu le contacte et tu commandes ce que tu veux. Il fait des joints aussi tous faits, à 25 € pièce, avec de l’huile de cannabis. C’est un produit de luxe, et un joint qu’il ne faut pas consommer seul  si on n’est pas habitué. C’est très très fort. Pour la weed, à moins de 60 € il ne prend pas la commande. Et il ne faut pas y aller régulièrement, c’est juste si tu n’as pas d’autre plan.

Des dealers nord-africains en situation irrégulière

Pour la livraison, il te donne un rendez-vous, Rezé 8 mai, Pont Rousseau, Duchesse Anne, Wattignies ou Vincent gâche, tu dis comment t’es habillé, t’y vas, tu donne l’argent et t’es servi. Ce n’est jamais le même qui te sert, et pour le compte, c’est pareil, ça répond H24, donc il doit y avoir plusieurs personnes dessus ». Le square Wattignies est aussi un point de deal classique, avec le même genre de public – des dealers nord-africains en situation irrégulière – que place du Commerce.

En provenance directe d’Amsterdam

Les produits échangés par ce biais sont de l’ordre du haut du panier – des produits forts, rares, en provenance directe d’Amsterdam, et à destination de consommateurs avertis. Une sorte de deal de luxe. Selon nos informations, JustWeed44 est tenu par un grossiste nantais, assez jeune, et qui avait commencé ses activités pour payer sa consommation et avoir un appoint pour mettre du beurre dans les épinards – comme bien d’autres dealers.

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Tour d’Italie (cyclisme). Caleb Ewan remporte la 5e étape du Giro 2021

La 5ème étape du Giro 2021 semblait réservée aux sprinteurs, c'est ce qui s'est passé. En conclusion, après une...

Argent public et immigration. Gilles Pennelle dénonce les manoeuvres de la Région Bretagne

Conseiller régional de Bretagne, Gilles Pennelle a dénoncé dans un communiqué une nouvelle subvention de la région Bretagne à...

Articles liés

Deal de drogue à Nantes : la nourrice était payée 30 euros par jour

L'arrestation le 7 mai d'un dealer interpellé à la Bottière rue Paul Sabatier chez la nourrice - la personne chez qui la drogue était...

PME de la drogue : un business juteux

La lutte contre le trafic de drogue tient une place majeure dans l'engrenage qui a mené à la mort du policier Eric Masson à...

470 grammes de ketamine saisis à Nantes

Dans la nuit du 5 au 6 mai lors d'un contrôle routier à Nantes, les policiers ont arraisonné une voiture conduite par un couple...

Rennes. Un réseau de dealers devant les juges, un autre démantelé

Le deal de stupéfiants en grande quantité n'est pas seulement un problème nantais – il existe aussi dans d'autres agglomérations bretonnes (Vannes, Brest, Rennes...)...