Sous prétexte de lutte contre le cyberharcèlement, YouTube s’apprête à augmenter la censure

A LA UNE

Le 11 décembre 2019, YouTube a annoncé plusieurs changements dans ses règles et produits avec officiellement pour but de mieux lutter contre le harcèlement.

Sont désormais dans le viseur de YouTube et pourraient faire l’objet d’une suppression de vidéo, de commentaires, voire d’une fermeture de chaîne et, par extension, de suspension de la monétisation de leurs contenus :

  • les paroles dégradantes,
  • les contenus qui humilient des personnes en raison de leur appartenance à une origine ethnique, une identité de genre ou une orientation sexuelle,
  • les chaînes et les commentaires qui enfreignent les règles,
  • les cas de harcèlements répétés.

YouTube précise que cette nouvelle règle s’applique à tous les utilisateurs de son service, qu’il s’agisse d’utilisateurs privés ou de créateurs officiels.

Le service de vidéos en ligne de Google annonce également avoir mis en place une nouvelle fonctionnalité sur ses chaînes : la modération des commentaires potentiellement inappropriés à examiner avant leur publication.

YouTube précise que cette fonctionnalité a été activée par défaut sur les chaînes « dont les sections de commentaires sont les plus actives ». Les créateurs pourront la désactiver s’ils le souhaitent. Cette nouvelle fonctionnalité devrait être déployée sur l’ensemble des chaînes d’ici la fin de l’année.

Avec plus de 16 millions de commentaires supprimés rien qu’au troisième trimestre 2019, YouTube s’attend à une augmentation significative de ce chiffre dans les mois à venir.

Décidément, les GAFA sont en première ligne dans les restrictions, à vitesse grand V, concernant la liberté d’expression. YouTube, Google, Facebook, et beaucoup d’autres vont ainsi beaucoup plus loin que des gouvernements démocratiquement élus. Inquiétant pour l’avenir de la liberté sur Internet.

Crédit photo : DR 
[cc] Breiz-info.com, 2019, 
dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rennes. Il gifle une dame de 80 ans..son avocate veut qu’il fasse « un stage pour apprendre à gérer ses émotions »

Un individu de 34 ans était jugé en comparution immédiate cette semaine à Rennes, pour avoir giflé, mercredi 22...

Rennes. Le RN dénonce les ateliers « en non mixité » et les subventions publiques au festival néo-féministe « Dangereuses Lectrices »

Ces 25 et 26 septembre s'est tenu à Rennes un drôle de festival, ultra confidentiel, mais subventionné par la...

Articles liés