Gilles Pennelle : « Le RN aura des listes dans la totalité des préfectures et la majeure partie des sous-préfectures bretonnes »

A LA UNE

Breizh-info.com : Tout d’abord, comment s’est déroulée la dernière session du conseil régional ? Il y a eu en effet de virulentes passes d’armes notamment entre M. Le Boulanger et M. Salmon et il semblerait que l’atmosphère n’y soit pas si « démocratique » que cela…

Gilles Pennelle : Derrière une apparence courtoise, Loig Chesnais-Girard et sa majorité socialo-macrono-communiste démontrent au fil des sessions leur vrai visage : le refus du débat et un agacement certain face à la moindre contradiction.

Il faut dire que cette majorité n’était pas habituée à faire face à une réelle opposition avant l’entrée du Rassemblement national au Conseil régional. Avec nous, les socialo-macronistes ont découvert ce qu’était une véritable opposition.

Marc Le Fur, à la tête d’un groupe de la « droite » et du centre composé quasi exclusivement d’élus macron-compatibles est disqualifié dans ce rôle d’opposant et se contente de bien maigres contestations techniques, là où notre opposition est politique.

La dernière session a une nouvelle fois démontré l’arrogance de l’exécutif et la disparition de l’opposition molle de la « droite ». Mon collègue, Emeric Salmon, a en effet interrogé l’exécutif sur des subventions scandaleuses (également votées par les amis de Marc Le Fur !) au bar-librairie Le Papier Timbré, repère de l’extrême-gauche violente rennaise, autoproclamée « antifa ».

La réponse de Jean-Michel Le Boulanger, vice-président à la culture, pleine d’agressivité et de mépris, a démontré que, derrière l’image lisse du président, les socialo-macronistes restent les mêmes : des immigrationnistes sectaires et déconnectés des aspirations du peuple.

Breizh-info.com : Les élections municipales arrivent à grands pas. Pouvez-vous évoquer ce qui se dessine du côté du RN sur la Bretagne ? Quelles sont les communes où vous allez tenter de remporter la mairie ou de vous glisser dans les conseils municipaux ? Quid d’alliances possibles à droite ?

Gilles Pennelle : Le Rassemblement national aura des listes dans la totalité des préfectures et la majeure partie des sous-préfectures bretonnes. Nous encourageons également nos adhérents à s’engager dans leur commune sur des listes d’intérêt communal.

Nous voulons profiter de cette élection pour renforcer sensiblement notre implantation dans la région via un meilleur maillage territorial d’élus dans la préparation des élections départementales et régionales.

Concrètement, l’objectif est double. D’une part, entrer dans les conseils municipaux où nous sommes absents. Je pense notamment à Rennes, Brest, Quimper, Concarneau ou encore Saint-Malo. D’autre part, augmenter notre nombre d’élus dans les mairies où nous sommes déjà installés, à Fougères principalement.

Dans ces élections, la dynamique de rassemblement autour de notre mouvement est réelle. En tant que directeur national de la campagne, je le constate tous les jours.

La Bretagne n’échappe pas à la règle. Nous participons, par exemple, à une liste d’union à Vannes. Nous avons également de nombreux membres des Républicains qui nous rejoignent sur nos listes, lassés des trahisons des cadres de ce parti en état de mort cérébrale.

Vous le verrez, y compris en Bretagne, ces municipales offriront de nombreuses surprises et de très beaux succès pour le Rassemblement national.

Breizh-info.com : Quel regard portez vous sur la contestation concernant la réforme des retraites et sur l’attitude du gouvernement à ce sujet ?

Gilles Pennelle : Tout d’abord, rappelons que cette réforme des retraites est une catastrophe sans précédent ! Si le Gouvernement cristallise le débat sur les « régimes spéciaux », ce sont bien tous les Français qui verront mécaniquement leur pension se réduire drastiquement !

Une fois Marine Le Pen élue présidente de la République, nous reviendrons sur cette énième réforme catastrophique du quinquennat Macron.

Le gouvernement est donc le principal responsable du vaste mouvement de contestation qui agite notre pays par cette réforme inique, son arrogance et son refus de tout dialogue avec les Français.

Cependant, j’appelle les organisations syndicales à la responsabilité. Je n’oublie pas que l’ensemble des syndicats qui manifestent aujourd’hui ont tous appelé, sans la moindre exception, à voter pour Emmanuel Macron en 2017. Ils sont donc complices de ce quinquennat de casse sociale sans précédent !

Je les appelle également à se renouveler dans les méthodes de contestation. Aujourd’hui, ce sont les Français qui sont pénalisés par cette grève et non le Gouvernement.
À titre d’exemple, plutôt que de supprimer des trains et paralyser le pays, les agents de la SNCF feraient mieux de mettre en place une grève de la gratuité, bien plus populaire dans l’opinion et un meilleur moyen de pression contre le Gouvernement.

Breizh-info.com : Pendant ce temps, il semblerait que le sujet de l’immigration, qui préoccupe pourtant de nombreux français, notamment les plus jeunes, soit totalement mis de côté… alors que les implantations de migrants continuent, notamment en Bretagne. Que comptez vous faire à ce sujet dans les communes où vous seriez élus ?

Gilles Pennelle : Si combattre l’immigration n’est pas une compétence directe des maires, affronter ses conséquences au quotidien l’est !

La première d’entre elle est de combattre l’insécurité que l’arrivée massive d’immigrés clandestins dans notre région provoque !

Je pense notamment à Rennes où les « mineurs » étrangers n’ont de cesse d’agresser et de piller dans le centre-ville.

Notre candidat à l’élection municipale de Rennes, Emeric Salmon, a fait de la lutte contre l’insécurité sa priorité absolue ! Il demande notamment la mise en place d’un plan d’urgence contre l’ensauvagement de la ville en lien avec l’État et la Métropole.

Partout, nos candidats demandent une augmentation sensible des moyens matériels et humains dédiés à la police municipale. Elle doit être en première ligne pour lutter contre les trafics de drogues dans les quartiers et l’insécurité grandissante dans de nombreux centres-villes bretons.

Nous nous attaquerons aussi au financement de l’immigration. N’oublions pas que si l’immigration est un cauchemar pour la très grande majorité des Bretons, elle reste un business très juteux pour de nombreuses associations d’extrême-gauche gavées d’argent public. Nous combattrons l’ensemble des subventions accordées par les municipalités à ces officines immigrationnistes. Avec des élus Rassemblement national, pas un seul centime ne financera la submersion migratoire !

Breizh-info.com : L’actualité, c’est aussi la création en Bretagne du groupement agricole Eureden. Là encore, quel regard portez vous à ce sujet, alors que certains petits agriculteurs craignent d’être mangés tout crus tandis que d’autres y voient une opportunité …

Gilles Pennelle : L’agro-alimentaire breton a particulièrement souffert de la concurrence internationale ces dernières années. Il est logique que nos entreprises veuillent se regrouper pour mieux l’affronter.

Mais si nos entreprises sont obligées de le faire, c’est avant tout parce que la classe politique les a abandonnées, tant à Paris qu’à Bruxelles. C’est bien parce que les européistes et mondialistes défendent un modèle de libre-échange total et de mise en concurrence déloyale de nos entreprises avec des modèles sanitaires et sociaux bien inférieurs aux nôtres que nos entreprises sont poussées à fusionner pour faire face à cette mondialisation sauvage.

Cependant, ce modèle crée des inquiétudes légitimes pour un certain nombre d’exploitants. Leurs rapports avec les groupes agricoles sont déjà extrêmement complexes et le risque de les voir perdre le peu de pouvoirs qu’ils avaient sur eux est réel.

On peut également s’inquiéter du risque que cela fait peser sur les petites exploitations familiales. Plus les groupes agricoles sont grands, plus il favorisent les grandes exploitations.

Nous sommes donc réservés sur la création de ce groupe.

Breizh-info.com : En ce début d’année, quels vœux formulez-vous pour les Bretons, pour les Français, pour vos électeurs ?

Gilles Pennelle : Je souhaite que les Bretons puissent préserver leur identité, leur prospérité et leur tranquillité aujourd’hui menacées par la submersion migratoire et l’ouverture des frontières.

Le quinquennat Macron est celui de la violence et de la division des Français. Que ce soit en matière d’emploi, de pouvoir d’achat, de sécurité, d’immigration mais aussi de l’atmosphère générale dans notre pays : tous les signaux sont extrêmement négatifs.

En ces temps difficiles, je veux dire aux Français qu’ils peuvent compter sur Marine Le Pen et le Rassemblement national pour les défendre.

En mars, nos compatriotes auront l’occasion de sanctionner sévèrement cette classe politique qui a menti et trahi pendant de trop nombreuses années et d’élire des maires Rassemblement national pour les protéger contre l’insécurité, l’immigration et l’hyper-fiscalité.

Les millions de Français pour qui le Rassemblement national est le seul espoir doivent savoir qu’ils peuvent compter sur nous mais nous comptons aussi sur eux pour nous aider à prendre le pouvoir partout où nous le pourrons afin d’améliorer leur quotidien et les protéger des nombreuses menaces qui pèsent sur le modèle français.

Bonne année à la Bretagne! Bonne année à la France !

Propos recueillis par YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Meurtre d’une journaliste par la New IRA en Irlande du Nord : saisie de vidéos à Paris

Des républicains dissidents de la NEW IRA ont été filmés par une équipe de tournage française dans les jours...

Crack, la drogue de l’enfer

Le crack n’en finit pas de faire la une: la déchéance des quasi morts vivants qui fument cette drogue...

Articles liés