Nantes. L’Hôpital Saint-Jacques, supermarché de la drogue ?

A LA UNE

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

Il y a 100 ans était fondée l’Irlande du Nord. Quelle histoire ? Quel avenir ? Explications et sondage.

Ce 3 mai 2021, l'Irlande du Nord fête les 100 ans de sa création. Entité britannique, la province britannique...

La Bretagne, région française la plus impliquée dans la traite des Noirs ?

Des Bretons ont joué un rôle massif dans le commerce des esclaves, un business florissant de l'époque des Lumières....

Connu pour abriter des unités de psychiatrie, mais aussi d’addictologie, l’hôpital Saint-Jacques, au sud de Nantes, connaît un problème de deal de drogue de longue date. Ce qui occasionne des agressions sur le personnel médical, mais aussi sur les patients et entre eux. Plus de deux ans après que les infirmiers du CHU aient tiré la sonnette d’alarme, rien ne change… et ça empire même, comme nous le confie d’anciens patients.

« Il y a beaucoup de dealers à Saint-Jacques », nous explique cet ancien patient, la trentaine. « Pour la plupart, soit ils viennent du Clos Toreau, soit des Dervallières, soit ce sont des Maghrébins qu’on voit aussi traîner à Commerce ou quai de la Fosse ». Ces clandestins qu’on appelle aussi « blédards » et qui outre le trafic de drogue, se rendent coupables d’agressions, vols à la tire ou à la roulotte par dizaines, chaque jour dans le centre-ville.

Les dealers se baladent comme ils le veulent

Les dealers profitent du fait qu’il n’y a « pas vraiment de sécurité. Même en unité fermée, on peut en partir comme on veut, les dealers se baladent comme ils le veulent, on entre et on sort comme dans un moulin », nous confie un patient qui a fait le mur de l’hôpital à plusieurs reprises. « Ça va dans les deux sens, pour les patients aussi c’est chaud », continue-t-il. « Un jour un gars qui était soigné, un noir assez musclé, est sorti de l’unité et a demandé une clope à un dealer. Il était complètement camé, il lui a fichu un coup de couteau dans le cou ». Le blessé a survécu.

Un grand choix de drogues

Quant à la drogue, « y a de tout », explique le proche d’une personne hospitalisé. Un ex-patient abonde : « certains malades se droguent pour contrebalancer ou adoucir les effets des produits qu’on nous administre. Le shit [résine de cannabis] c’est un bien dans le mal ». Et s’il n’y avait que du shit… « Il y a aussi de la beu  [herbe de cannabis], de la coke, à 80 € le gramme ou 10 € la trace, de la rabla – ça c’est l’horreur, c’est vraiment pour les camés [en arabe, cela signifie poudre. Héroïne très fortement coupée] , 60 € le caillou. De l’héroïne, du Subutex, de la méthadone, du Seresta – avec un fort dosage, ça donne très envie de boire de l’alcool, etc. », explique un ex-malade.

Quant aux malades, ils ont de l’argent. « Beaucoup ont l’AAH, c’est 900 € par mois. Ils paient en liquide avec l’argent de l’État », précise un travailleur social. « Puis il y a du trafic de médicaments, aussi, en marge, même si c’est un peu tabou. Il y a pas mal de médicaments qu’on peut trouver en HP [hôpital psychiatrique] qui sont aussi des drogues ».

Louis Moulin

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

L’envers des affaires : Karl Zéro balance tout sur Alègre, Fourniret et les réseaux pédocriminels…

Le journaliste Karl Zéro lance un magazine trimestriel d'enquêtes au long cours qui nous plonge dans l’Envers des affaires....

Super Thursday. On vote ce jeudi en Angleterre, en Ecosse et au Pays de Galles lors d’élections cruciales

Le Royaume-Uni vote ce jeudi 6 mai. Tout le Royaume-Uni ? Non, car l'Irlande du Nord ne participe pas...

1 COMMENTAIRE

  1. […] Nantes, l’hôpital psychiatrique supermarché de la drogue : « Quant aux malades, ils ont de l’argent. Beaucoup ont l’AAH, c’est 900 € par mois. Ils paient en liquide avec l’argent de l’État », précise un travailleur social. « Puis il y a du trafic de médicaments, aussi, en marge, même si c’est un peu tabou. Il y a pas mal de médicaments qu’on peut trouver en HP [hôpital psychiatrique] qui sont aussi des drogues ». https://www.breizh-info.com/2020/01/13/134391/nantes-lhopital-saint-jacques-supermarche-de-la-drogue […]

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Nantes. Près d’un demi-kilo d’héroïne saisi à la Bottière, opération anti-stup à Bellevue

Le 19 février dernier, lors d'une opération anti-stupéfiants, des policiers sont intervenus au 12, boulevard Henri Dunant à la Bottière, un quartier "sensible" de...

Nantes. Port Boyer : la BAC démantèle deux trafics de drogue pour le prix d’un

Coup double. En intervenant rue du Pouliguen – une petite impasse discrète du quartier du Port Boyer, près du pont de la Tortière au...

Nantes. Aux Dervallières, le Building est rongé par le deal de drogue

Le confinement n'empêche pas les affaires. Depuis le début du confinement, les dealers, déjà actifs au 16 rue Edmond Bertreux depuis quatre ans, ont...

Reportage. Histoire du trafic de drogue

Comment, deux siècles durant, les pouvoirs en place ont fait naître et prospérer le commerce des drogues, envers occulté du libre-échange ? Histoire du trafic...