Et si les Alsaciens voulaient sauver l’Alsace et sa langue ?

A LA UNE

Violences policières internationales. Avec 32 morts, la France est plutôt bien classée

Le dernier rapport de l'IGPN, la police des polices, vient de sortir, balançant toutes les turpitudes supposées des policiers...

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

4e vague de Covid-19 à l’hôpital ? « Un mensonge d’État » selon le fondateur de la Société Française de Virologie [Vidéo]

La vidéo de l'intervention de Jean-Michel Claverie, fondateur de la Société Française de Virologie dimanche 25 juillet sur BFMTV...

Reportage. Au cœur des manifestations parisiennes contre la tyrannie sanitaire

Ce 24 juillet, il fait relativement chaud à Paris, et à quelques centaines de mètres de la place Trocadéro,...

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

L’Alsace va-t-elle redevenir l’Alsace au plan administratif ? Un sondage indique qu’une majorité d’Alsaciens ne veulent plus de la région Grand Est. Et ne seraient d’ailleurs pas défavorables à la création d’un parti autonomiste…

Alsace : 68 % d’Alsaciens souhaitent sortir du Grand Est

Un sondage dont les résultats ont été publiés le 7 janvier dernier confirme qu’une majorité d’Alsaciens ne souhaitent pas voir leur identité diluée dans la région Grand Est, entité administrative désincarnée et créée en 2015 à la suite de la réforme territoriale mise en place sous la présidence Hollande.

Réalisée par l’IFOP et commandée par le Club perspectives alsaciennes (CPA), l’enquête a été menée au début du mois de décembre 2019 auprès d’un échantillon de 1 004 personnes, représentatif de la population d’Alsace âgée de 18 ans et plus. De ce sondage, il faut d’abord retenir que deux tiers (68 %) des Alsaciens interrogés souhaitent que la nouvelle collectivité alsacienne devienne une région à part entière en dehors du Grand Est. 20 % y sont quant à eux fermement opposés.

Soulignons que cette volonté s’effrite progressivement avec les nouvelles générations, bien que les 18 à 24 ans restent majoritairement favorables à la création d’une collectivité alsacienne indépendante.

Alsace
Âge des habitants souhaitant que la nouvelle collectivité alsacienne devienne une vraie région, hors du Grand Est. Source : Ifop.com

Cette Collectivité européenne d’Alsace va notamment consister à fusionner les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin et doit voir le jour le 1er janvier 2021. Toutefois les deux préfectures de Strasbourg et de Colmar seront maintenues. De cette Collectivité en devenir, un peu plus d’un Alsacien sur deux (54 %) en connaît le projet.

Favorables à un parti autonomiste alsacien ?

Par ailleurs, le sondage posait aussi une autre question clé : Seriez-vous favorable ou opposé à la création d’un nouveau parti politique alsacien qui aurait comme principale revendication la sortie de l’Alsace de la région Grand Est ? Les résultats indiquent qu’un peu plus d’un répondant sur deux (55 %) est favorable à cette perspective.

Alsace
Source : Ifop.com

Ils seraient même 57 % à voter pour cette formation « régionaliste » en cas de scrutin. Les Alsaciens bilingues (86 %) et parlant principalement l’alsacien (66 %) étant les plus sensibles au discours d’un tel parti.

Alsace

Enfin, point encourageant pour l’idée alsacienne, les jeunes interrogés (18-24 ans) sont les plus nombreux (70 %) à se dire prêts à voter pour un parti alsacien. Ils ne sont que 51 % chez les 65 ans et plus.

Les locuteurs alsaciens en voie de disparition ?

D’autre part, le sondage s’intéresse aussi aux pratiques linguistiques des Alsaciens dans leur quotidien. Il s’avère que seuls 21% d’entre eux parlent alsacien dans leur famille. Ils étaient encore 57 % en 1971 ! Dans le même temps, 70 % des sondés indiquent qu’ils parlent uniquement français dans les trois situations suivantes : en famille, entre amis et au travail.

Alsace
Source : Ifop.com

Mais ce recul de la langue ne doit pas rester sans réaction pour une partie non négligeable des sondés : 50 % d’entre eux souhaitent la mise en place d’un plan d’action global visant à renforcer leur langue alsacienne. À l’inverse, seulement 6 % souhaitent l’abandon du soutien public.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

ESCC Maen-Roch e Bro-Felger a vo anvet « kreizenn Eugénie Duval »

D'an 28 a viz even e voe digoret an ESCC Maen-Roch e Bro-Felger. Gant an departamant hag ar gevredigezh...

Islande. Forte hausse des nouveaux cas de Covid-19 : les contaminés sont majoritairement des vaccinés

En Islande, le retour de plusieurs restrictions sanitaires a été décidé par les autorités face à la forte hausse...

Articles liés

Elzas : kuitaat ar Reter-Meur dre votiñ ?

N'emañ ket pell Bro-Elzas eus Bro-Suis ha sellet e viz pizh gant elzasiz penaos e vez meret an traoù en tu-all d'ar vevenn. Frédéric Bierry,...

Saint-Amarin/Sankt-Amàri  a-enep an elzaseg

digoret ar c'hentañ magouri en elzaseg e Moosch, ur gumun hag a zo just e-kichen Saint-Amarin (hag e Bro-Elzas e vez tost-tost bourkoù ar...

Environnement. En Alsace, des hôtels à hirondelles mis en place contre le moustique tigre

Pour endiguer la prolifération du moustique tigre, une ville alsacienne a eu l'idée insolite de mettre en place des hôtels à hirondelles, ces dernières...

Et si la Bretagne expérimentait la Sécurité sociale à l’Alsacienne ?

Et si on expérimentait la Sécurité sociale alsacienne en Bretagne ? C'est en tout cas ce que propose l'UDB, l'Union Démocratique Bretonne, dans une...