Et si les Alsaciens voulaient sauver l’Alsace et sa langue ?

A LA UNE

Irlande du Nord. 3 200 meurtres liés aux Troubles pourraient être prescrits judiciairement

Le gouvernement britannique envisage de modifier un élément de la législation de l'Accord du Vendredi Saint afin de protéger...

A la rencontre d’Estelle Redpill, « l’influenceuse » qui fait fantasmer une certaine presse de gauche [Interview]

Les réseaux sociaux regorgent de jeunes et moins jeunes qui parviennent, après quelques vidéos tournés sur un sujet en...

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Napoléon : « Ma vie est un roman »

Ce mot, peut-être apocryphe, ne manque pas, de toute façon, de justesse. C’est d’ailleurs pourquoi Napoléon Bonaparte a autant...

Brest. Une semaine « brûlante » dans les quartiers « sensibles » de Pontanézen et Bellevue

Brest a été le théâtre de plusieurs épisodes de violence urbaine, dans les quartiers de Pontanézen et de Bellevue,...

L’Alsace va-t-elle redevenir l’Alsace au plan administratif ? Un sondage indique qu’une majorité d’Alsaciens ne veulent plus de la région Grand Est. Et ne seraient d’ailleurs pas défavorables à la création d’un parti autonomiste…

Alsace : 68 % d’Alsaciens souhaitent sortir du Grand Est

Un sondage dont les résultats ont été publiés le 7 janvier dernier confirme qu’une majorité d’Alsaciens ne souhaitent pas voir leur identité diluée dans la région Grand Est, entité administrative désincarnée et créée en 2015 à la suite de la réforme territoriale mise en place sous la présidence Hollande.

Réalisée par l’IFOP et commandée par le Club perspectives alsaciennes (CPA), l’enquête a été menée au début du mois de décembre 2019 auprès d’un échantillon de 1 004 personnes, représentatif de la population d’Alsace âgée de 18 ans et plus. De ce sondage, il faut d’abord retenir que deux tiers (68 %) des Alsaciens interrogés souhaitent que la nouvelle collectivité alsacienne devienne une région à part entière en dehors du Grand Est. 20 % y sont quant à eux fermement opposés.

Soulignons que cette volonté s’effrite progressivement avec les nouvelles générations, bien que les 18 à 24 ans restent majoritairement favorables à la création d’une collectivité alsacienne indépendante.

Alsace
Âge des habitants souhaitant que la nouvelle collectivité alsacienne devienne une vraie région, hors du Grand Est. Source : Ifop.com

Cette Collectivité européenne d’Alsace va notamment consister à fusionner les départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin et doit voir le jour le 1er janvier 2021. Toutefois les deux préfectures de Strasbourg et de Colmar seront maintenues. De cette Collectivité en devenir, un peu plus d’un Alsacien sur deux (54 %) en connaît le projet.

Favorables à un parti autonomiste alsacien ?

Par ailleurs, le sondage posait aussi une autre question clé : Seriez-vous favorable ou opposé à la création d’un nouveau parti politique alsacien qui aurait comme principale revendication la sortie de l’Alsace de la région Grand Est ? Les résultats indiquent qu’un peu plus d’un répondant sur deux (55 %) est favorable à cette perspective.

Alsace
Source : Ifop.com

Ils seraient même 57 % à voter pour cette formation « régionaliste » en cas de scrutin. Les Alsaciens bilingues (86 %) et parlant principalement l’alsacien (66 %) étant les plus sensibles au discours d’un tel parti.

Alsace

Enfin, point encourageant pour l’idée alsacienne, les jeunes interrogés (18-24 ans) sont les plus nombreux (70 %) à se dire prêts à voter pour un parti alsacien. Ils ne sont que 51 % chez les 65 ans et plus.

Les locuteurs alsaciens en voie de disparition ?

D’autre part, le sondage s’intéresse aussi aux pratiques linguistiques des Alsaciens dans leur quotidien. Il s’avère que seuls 21% d’entre eux parlent alsacien dans leur famille. Ils étaient encore 57 % en 1971 ! Dans le même temps, 70 % des sondés indiquent qu’ils parlent uniquement français dans les trois situations suivantes : en famille, entre amis et au travail.

Alsace
Source : Ifop.com

Mais ce recul de la langue ne doit pas rester sans réaction pour une partie non négligeable des sondés : 50 % d’entre eux souhaitent la mise en place d’un plan d’action global visant à renforcer leur langue alsacienne. À l’inverse, seulement 6 % souhaitent l’abandon du soutien public.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Pays de Galles. Les travaillistes remportent 30 sièges et une majorité au Parlement gallois. Echec pour le Plaid Cymru

A l'occasion des élections du moi de mai 2021 au Royaume-Uni, concernant le Pays de Galles, les travaillistes ont...

Le Québec face à la menace progressiste. Dialogue avec Alexandre Cormier-Denis

Le Québec fait rêver de nombreux Français, notamment ceux qui sont candidats à l'expatriation. Face aux menaces aux menaces...

Articles liés

Et si la Bretagne expérimentait la Sécurité sociale à l’Alsacienne ?

Et si on expérimentait la Sécurité sociale alsacienne en Bretagne ? C'est en tout cas ce que propose l'UDB, l'Union Démocratique Bretonne, dans une...

Elzas ha Mozel a venn dezhe kuitaat ar Reter-Meur

N'eo ket ur sekred eo : Bro-Elzas a venn dezhi kuitaat ar rannvro Reter-Meur bet savet gant Hollande e 2015-2016 diwar deuziñ ar rannvrioù kozh...

Les Alsaciens ont réglé la question de la capitale

Les élus bretons – régionaux et départementaux – gagneraient à s’intéresser à ce qui se passe actuellement en Alsace. Le droit à la différenciation...

Karl Roos, autonomiste et Dreyfus alsacien ? Interview de Bernard Witmann

Karl Roos (1878-1940), leader emblématique de l’autonomisme alsacien de l’entre-deux-guerres, est arrêté pour espionnage en 1939. C'est à cette figure de l'autonomisme alsacien qu'a...