Violences et agressions à Nantes. Une jeune femme interpelle Johanne Rolland

A LA UNE

Voyages : 3 Français sur 4 prêts à prendre une assurance annulation depuis la crise sanitaire

Compte tenu de l’instabilité et des incertitudes entrainées par la pandémie de Covid-19, voyager n’est plus aussi simple qu’avant,...

Baromètre 2020 du prénom musulman : 21,7% des naissances en France, entre 5 et 12% en Bretagne

L’INSEE a publié comme chaque année les chiffres de l’État Civil relatifs aux prénoms attribués aux enfants nés en...

Nantes. La manifestation contre le pass sanitaire attaquée par l’extrême gauche [Témoignage exclusif]

À la fin de la manifestation contre le pass sanitaire samedi 31 juillet à Nantes, un groupe d'individus affiliés...

L’abstention selon Richard, Bernard, Arnaud et les autres…

De consultation électorale en consultation électorale, l’abstention progresse. C’est particulièrement vrai pour les élections régionales : de 20% en 1986,...

Bretagne. Retour sur les manifestations du 31 juillet contre le pass sanitaire

Plusieurs dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans de nombreuses villes bretonnes contre le pass sanitaire, le samedi...

Les révélations autour des agressions multiples (sexuelles, racket, vol) dans la ville de Nantes et sa périphérie se multiplient sur les réseaux sociaux.

La guerre des modérateurs y fait rage sur les différents groupes dédiés, entre ceux qui censurent toutes références aux origines des agresseurs décrites par certaines victimes et ceux pour qui celles-ci n’auraient rien à voir avec les agressions, et pour qui il y a autant de probabilité de se faire agresser par un Suédois que par un réfugié afghan…

Une jeune femme, Mathilde, vient d’écrire une lettre pour interpeller Johanna Rolland au sujet des problèmes qu’elle a rencontrés à Nantes. Nous la reproduisons ci-dessous :

Objet : Insécurité dans la ville de Nantes

Madame le Maire,

Je suis une étudiante à la faculté de médecine dans notre merveilleuse ville de Nantes.
Je me permets de vous contacter en espérant que vous apportiez des solutions à mes problèmes.
Ces deux dernières années un climat d’insécurité s’est installé, notamment dans le centre-ville de Nantes la nuit.
Nous, les femmes, nous faisons régulièrement harcelées, accostées, par des hommes dans la rue. Si nous avons le malheur de leur répondre nous risquons de nous faire agresser. Si nous baissons les yeux nous leur faisons comprendre que leur comportement est toléré et non réprimé.

Je voudrais vous faire part d’une mésaventure qui m’est arrivée ce mercredi 8 janvier.

Je rentrais de mon travail étudiant – standardiste à SOS MEDECIN – à 23h45. Le bus me dépose à place du Cirque et je continue à pied jusqu’à mon appartement . Durant ce trajet je me suis faite harcelée deux fois.

Au niveau de Commerce, j’entends quelqu’un m’appeler « Madame ! » plusieurs fois.
Je me retourne et je me retrouve face à un homme d’environ 25 ans, 1m80, 100kg, aviné, qui me parle, me demande comme je vais, me prend la main, et commence à la masser. J’essaie plusieurs fois d’enlever ma main, mais il la tient fermement.
Il finit par essayer de me faire la bise, de m’enlacer, je le repousse et lui demande à plusieurs reprises de me laisser tranquille parce qu’il faut que je rentre chez moi.
Il me demande ensuite si je peux lui donner mon numéro de téléphone afin que l’on s’appelle plus tard. Je lui réponds que non, je ne suis pas intéressée et qu’il faut que je rentre chez moi.
Il me dit alors « franchement tu as l’air trop bonne à masser », puis me demande mon âge, je réponds 16 ans alors que j’en ai 21, en espérant que ça le dissuade. Heureusement il décide enfin de me laisser partir en essayant une énième fois de m’enlacer.

Il était maintenant 23h50, je sortais de 8h de garde, je voulais juste rentrer chez moi.

Je continue ma route, et environ 50m plus loin, un groupe d’homme me fixe.
Au moment où je passe devant eux, je les entends me crier « Mademoiselle ! Mademoiselle ! », Je leur réponds « non, arrêtez ».
Ils me crient alors « ça se voit t’es raciste ! »
Je m’arrête, énervée, et indignée par la situation, et leur demande de répéter. Un jeune homme de 25 ans, s’approche de moi et commence à dire que je n’ai pas à leur parler comme ça, à les ignorer, que la manière dont je me tiens – c’est-à-dire la tête haute et non les yeux baissés- ne leur plait pas. Il a ensuite enchaîné, pour me demander d’où je venais, si je passais une bonne soirée, ce que j’allais faire.
A force de répéter de leur demander de me laisser tranquille et de me laisser rentrer chez moi, ils ont fini par me laisser et j’ai enfin pu rentrer chez moi.
Je continuais malgré tout à les entendre me crier « c’est ça rentre chez toi ».

Heureusement pour moi cette histoire s’est bien finie et j’ai pu rentrer chez moi. Néanmoins toutes les femmes n’ont pas cette chance :
– Le 28 décembre dernier, une femme qui reçoit des coups de cutter vers 00h au niveau de Cité des Congrès
– Agression sexuelle d’une femme sur le parking de la Beaujoire à 19h30 le 5 décembre 2019
– Une femme âgée de 58 ans a été victime d’une agression sexuelle alors qu’elle regagnait son appartement, rue des Hauts-Pavés à Nantes, vers 2 h 15 le dimanche 03/11/2019.
– 2 femmes violées la nuit du 04 au 05 février 2019 sur l’île de Nantes vers 2h du matin

Ce ne sont que quelques exemples parmi tant d’autres

J’en appelle à vous, femme et Maire de Nantes. Pouvez vous apporter de la sécurité à notre ville Nantes ? Il s’agirait de prévenir ces agressions en rendant les rues de Nantes plus sures.

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie d’agréer Madame le Maire, mes sincères salutations.

Mathilde

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Occupation d’Arbonne : les agriculteurs basques s’invitent chez la propriétaire parisienne

Les terrains d'Arbonne au Pays Basque Nord cristallisent la contestation autour de la hausse du foncier et de l'immobilier...

Ober anaoudegezh gant Bro ar Gwin e Liger-Atlantel

E-pad ar vakañsoù e-lec'h mont da vro-Euskadi evel boaz e c'hell ar vretoned kar o bro ober anaoudegezh gant...

Articles liés

Propaganda e Naoned : atalier « Journées du MATRIMOINE » e Kastell Duged Breizh

Gwelloc'h-gwellañ : goude an diskouezhadegoù liv an didrevadenniñ warne (Expression(s) Décoloniale(s)) e vo aozet atalieroù benelour gant Kastell Duged Breizh ! D'an 18 a viz gwengolo,...

Université de Nantes : une formation en archéologie contemporaine

Il y a 77 ans, les Alliés débarquaient en Normandie. De moins en moins d'anciens combattants sont là pour relater ce qu'ils ont vécu...

Entretien avec Marc Le Bourhis à propos de l’incendie de la cathédrale de Nantes

Le 18 juillet 2020, la cathédrale de Nantes était en proie à un incendie. Les flammes ont notamment détruit le grand orgue dont la...

FC Nantes – FC Lorient : le résumé de la rencontre (0-1)

Ce mercredi, le FC Nantes affrontait le FC Lorient, au Stade Moreau-Defarges de La Baule pour le cinquième match amical des hommes d'Antoine Kombouaré....