Max et Lili. Des livres un peu particuliers pour les enfants.

A LA UNE

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

Quand j’ai vu la première couverture de cette série sur Facebook « Lili et Max ont un tonton en prison » j’ai cru à un montage comme on en voit avec la série des Martine, comme celui qui a valu des ennuis à un haut fonctionnaire « Martine prend l’avion et se fiche de Greta Thunberg ».

Cependant, quand j’ai vu une photo d’un tourniquet rempli de livres de ce type, j’ai été pris d’un doute et j’ai vérifié sur Amazon. Oui ! il existe bien une série, Max et Lili, dont je cite quelques titres : « le cousin de Lili et Max se drogue » « Lili n’aime pas que sa maman boive » « Lili se fait piéger sur Internet » « Max et Lili ne font pas leur devoir » « Max se fait insulter à la récré » « Lili va chez la psy » « La copine de Lili est en famille d’accueil » « Lili a été suivie » « Max ne pense qu’au zizi » « Le chien de Max et Lili est mort » « M. et L. volent des bonbons » « Le père de M. et L. est au chômage » « La maison de M. et L. a été cambriolée » .

À côté de ces titres choc on trouve d’autres plus anodins, plus « gentillets » (ils sont même bien plus nombreux) :  « Max et Lili ont peur du noir » « Lili ne veut manger que des frites » « Lili ne veut plus se laver ». Si les premiers sont trop violents à mon goût, je trouve les derniers tout à fait attrayants et je pourrais les acheter pour mes petits-enfants. Ces courts romans vendus 5,5 € l’unité et mettent en scène deux enfants espiègles un frère et une soeur. Une centaine de titres sont parus depuis 1992 et présentent tout un petit monde de personnages récurrents entre parents grands-parents, amis, ennemis et animaux de compagnie.

Le but des quelques livres problématiques (encore une fois, ils sont une minorité) est de préparer les enfants à affronter toutes sortes de situations dysfonctionnelles.  L’humour et le côté enfantin du dessin permettent paraît-il de traiter « en douceur » des sujets parfois difficiles Est-ce louable ? Est-ce utile d’angoisser les enfants en leur présentant une vie imaginaire, noire et inquiétante ? Combien d’enfants ont un proche incarcéré ? Vu le nombre de personnes en prison, on peut estimer à 300 000 au maximum le nombre d’enfants et d’adolescents ayant un parent (père, oncle, grand-père) en cellule sur 15 millions. Ce n’est quand même pas une situation de la vie courante. À quel public est bien destiné « M. et L. ont un tonton en prison ? ». Le fléau de la drogue touche plus de familles, mais reste heureusement marginal. Peut-être que si votre enfant est harcelé à la récréation lui offrir un livre sur ce phénomène peut l’aider à relativiser et à surmonter le problème.

Et si ces titres sont une nécessité ou sont simplement utiles, ne conviendrait-il pas aller plus loin ? Je propose une nouvelle série bien plus dure que Lili et Max qui est respectable et a toute sa place dans la littérature. Je suggère : « A. apprend une prière en arabe qui lui sauve la vie » « La maman de P. est poignardée par un déséquilibré », « Le cousin de P. se radicalise sur Internet », « A. est prostituée par un réseau pédophile. » « A. rencontre un vieux monsieur qui aime trop les enfants » « P. veut changer de sexe » « Le papa de P. devient sa maman » « P. va à la manifestation LGBT ». « A. avorte à 10 ans »

Je vous laisse compléter la liste au gré de votre imagination. Je serais quand même perplexe devant ce type de lectures.

Pour ma part je continuerai à lire à mes petits-enfants des livres de la série « Petit ours brun » « Petit Ours brun aime beaucoup sa maman » est quand même plus mignon que « A. ne cesse de donner des coups de pieds à sa maman ».

Christian de Moliner

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Covid-19. Gestion suédoise de la crise sanitaire : un échec, vraiment ?

Revenons aujourd'hui sur le cas suédois qui a fait couler beaucoup d'encre. Ignorant totalement l'échec de leur propre pays...

Liberté de culte : les évêques se rebiffent

La décision du gouvernement de limiter à 30 personnes l’assistance aux messes – y compris dans une cathédrale –...