Italie. Une défaite toute relative de Salvini en Émilie-Romagne mais une large victoire en Calabre

A LA UNE

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Malgré un bon score, c’est une petite désillusion pour Matteo Salvini (Lega) à l’occasion des élections régionales d’Émilie-Romagne qui se sont déroulées ce week-end. Le leader de la droite italienne, en forte poussée partout dans le pays, n’a en effet pas réussi, comme il l’entendait, à arracher ce bastion historique de la gauche italienne, alors que les sondages laissaient entrevoir une possible victoire.

Au final, alors qu’une bonne partie des dépouillements avaient eu lieu dimanche 26 au soir, le président sortant de la région, Stefano Bonaccini (Parti démocrate, centre gauche), devançait l’alliance de la droite et du centre droit avec un score autour de 50 % des voix, son adversaire Lucia Borgonzoni  aux environs de 43 %. Car ce que ne précise pas ou peu la presse, c’est qu’il ne s’agit pas que de la Lega, mais aussi de 6 partis de droite et de centre droit, notamment les Jeunes pour l’environnement, qui s’étaient ralliés derrière la Lega.

C’est la forte mobilisation (67,67 %) qui a sans doute provoqué l’échec du candidat soutenu par Salvini, sachant que le système s’est mobilisé comme rarement (avec notamment cette création artificielle du mouvement des sardines) pour « faire barrage » à Salvini. « L’arrogance ne paie jamais » a commenté Bonaccini, faisant référence à la campagne électorale de la Lega qui insistait notamment sur la volonté de « libérer » la région de la gauche. « Nous avons déjà été libérés il y a 75 ans » a renchérit le président de la région, tandis que Salvini, reconnaissant sa défaite, a toutefois signalé que « Quelque chose va changer à Rome demain ». Il faudra pour cela remporter les autres élections à venir en mai et juin…

On notera aussi la déroute du Mouvement 5 étoiles, qui ne dépasse pas les 4 %.

La défaite en Émilie-Romagne ne peut toutefois pas masquer la percée historique de la droite et du centre droit dans un bastion rouge. À comparaison avec la France, c’est un peu comme si une alliance à droite emmenée par le Rassemblement national réalisait un score de 45 % en Bretagne, à l’occasion d’une élection régionale…

Victoire du candidat soutenu par Salvini en Calabre

Dans le récit de cette soirée électorale, vous risquez de chercher un peu avant de trouver le résultat d’une autre élection régionale (la deuxième) en Italie en cette fin janvier (les autres se dérouleront en mai et juin). La Calabre. Il est vrai que l’AFP n’a sans doute pas envie d’évoquer à voix haute la victoire du candidat soutenu par Salvini dans la région.

La candidate du centre droit, Jole Santelli, qui faisait partie elle aussi de l’alliance de tous les partis de droites et du centre droit, a écrasé la concurrence avec 55,7 %, devant la gauche qui obtient 30,2 % (de nombreux bureaux n’ont pas encore été dépouillés). Là encore, le candidat du Mouvement 5 étoiles s’effondre, avec moins de 7 %.

Désormais, cap sur les mois de mai et juin en Italie. La gauche détient actuellement 7 régions sur 8. Voici désormais que le score est de 1-1. Balle au centre, tandis que les 6 autres régions pourraient basculer dans l’escarcelle de l’alliance de la droite et du centre dont la Lega constitue le vaisseau amiral.

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Le Fer pour relier nos territoires. Un film en faveur de la réouverture de la ligne Saint-Brieuc / Auray.

Le collectif Centre-Bretagne en train pour la réouverture de la ligne Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) reliant Auray (Morbihan) via Loudéac et Pontivy vient de mettre en ligne sur...

Semaine de l’Agriculture : le programme en Côtes d’Armor et Finistère

Du 13 au 24 mai prochains, se déroulera partout en France la Semaine de l'Agriculture Française. De nombreuses actions,...

Articles liés

Vague migratoire. 1400 migrants ont abordé l’Europe ce week-end

Nouvelle vague migratoire en Europe, nouvelle capitulation des autorités. Plus de 1400 migrants sont arrivés, samedi et dimanche, à Lampedusa dans le sud de...

Pays de Galles. Les travaillistes remportent 30 sièges et une majorité au Parlement gallois. Echec pour le Plaid Cymru

A l'occasion des élections du moi de mai 2021 au Royaume-Uni, concernant le Pays de Galles, les travaillistes ont remporté 30 sièges au Parlement...

Elections au Royaume-Uni. Les résultats en Angleterre, en Ecosse et au Pays de Galles [MAJ]

Après la fermeture des bureaux de vote pour les élections locales en Grande-Bretagne, jeudi soir, le long dépouillement a commencé. Les résultats définitifs ne...

Super Thursday. On vote ce jeudi en Angleterre, en Ecosse et au Pays de Galles lors d’élections cruciales

Le Royaume-Uni vote ce jeudi 6 mai. Tout le Royaume-Uni ? Non, car l'Irlande du Nord ne participe pas à ce « super Thursday...