Appel aux familles de victimes de migrants. Il faut multiplier les plaintes contre l’État et les collectivités [L’Agora]

A LA UNE

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Il faut savoir se servir des armes à disposition dans la législation et le code pénal en France. Et notamment l’arme consistant à déposer désormais systématiquement plainte contre l’État et les collectivités, ainsi que pourquoi pas nominativement contre les responsables de ces collectivités, en cas d’agressions ou de violences commises par des migrants.

Pour quelles raisons ? Tout simplement car les collectivités et les autorités chargées de notre sécurité ne sont plus garantes de rien du tout à partir du moment où elles permettent violences et agressions par la présence et le non-contrôle d’individus qui n’ont pas à être rentrés sur notre territoire.

Familles de victimes, il faut vous déplacer – et les cas sont nombreux en France, eu égard aux actualités quotidiennes de plus en plus sordides –, et en plus des plaintes visant les agresseurs, déposer plainte contre les représentants de l’autorité, contre ceux qui sont chargés d’assurer votre sécurité et qui ne le font pas.

Il faut que des responsables de collectivités qui œuvrent à l’immigration (et donc à ses conséquences) aillent en prison. Soient enfermés, ne peuvent plus nuire au peuple français. Il faut que plus aucun haut fonctionnaire n’ait envie de devoir assumer judiciairement le fait de valider un titre de séjour, ou le maintien d’un individu indésirable sur notre territoire.

Patricia Bessière, mère de famille dans le sud-ouest de la France, vient de montrer l’exemple. Son fils a été poignardé par 4 Albanais, mineurs isolés étranges, devant son lycée, le 11 janvier 2019. L’enquête est au point mort, comme beaucoup d’enquêtes dans ce style. Cette mère courage a fait d’une pierre deux coups : main courante au commissariat, mais a également déposé plainte auprès du procureur de la République, contre l’État, le Département et la Préfecture. Pour que chacun prenne ses responsabilités.

Il faut que des avocats se groupent en collectifs, de manière militante pour permettre, y compris aux plus modestes, d’être aidés et bien aidés. Les défenseurs des clandestins font de même, pourquoi les défenseurs des victimes de clandestins n’embrayeraient pas ?

Il faut multiplier les plaintes auprès des commissariats, des gendarmeries, des procureurs de la République, dès lors qu’un migrant extra-européen est impliqué dans un dossier (bien entendu, il faut également déposer plainte contre n’importe quel agresseur quelle que soit sa nationalité, mais nous parlons là de plaintes visant l’État et les collectivités).

Cela doit être un véritable harcèlement judiciaire visant les collectivités, les autorités, la bureaucratie française. Car derrière ces agressions, derrière ces viols, derrière ces violences, il y a souvent des individus qui ont bénéficié de lois ou de décisions administratives appliquées par des responsables politiques et des hauts fonctionnaires, qui sont donc responsables, eux aussi.

Il est temps que la peur change de camp. Il est temps que les autochtones se fassent respecter, y compris judiciairement, dans leur propre pays.

Vous estimez l’État et les collectivités coupables de cette explosion de la violence gratuite qui parcourt aujourd’hui chaque rue de notre pays ? Déposez plainte ! Et massivement ! Asphyxiez la bureaucratie !

Julien Dir

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Cyclisme. Gino Mäder remporte la 6ème étape du Giro

La sixième étape du Giro 2021 s'est déroulé le jeudi 13 mai, première étape s'achevant par une ascension... ce...

Articles liés

Laxisme, erreurs judiciaires. On veut pouvoir juger les juges ! [LAgora]

Gabrielle Cluzel, journaliste qui intervenait récemment sur Cnews, revenait sur ce nouveau drame de l'immigration, un de plus, qui a vu une femme se...

Vannes. Un migrant dealer condamné à trois mois de prison ferme pour agression

Lundi 22 mars, le tribunal de Vannes a condamné un migrant dealer, âgé de 20 ans et présent depuis trois ans en France, pour...

Peut-on réellement pleurer sur le sort de Nicolas Sarkozy ? [L’Agora]

Ainsi donc, l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy a été condamné en première instance à trois ans de prison, dont un ferme dans...

Trafic de drogue. 3 relaxes…pour cause de géolocalisation illégale

Le système judiciaire français est en perdition. Mardi 9 février, nouvel exemple avec cette relaxe prononcée dans une affaire de trafic de drogue, à...