Il y a des femmes qui sont moins protégées par la Justice française que d’autres. Ainsi, le tribunal de Saint-Brieuc vient de condamner à huit mois de prison avec sursis le mari d’un couple de musulmans de Saint-Brieuc, quand bien même ce dernier a tabassé sa femme, occasionnant une fausse couche, et 30 jours d’ITT pour la jeune femme.

La même peine a été donnée, le même jour (avec en plus 5 années de mise à l’épreuve), au même tribunal, pour un Roumain ayant donné une fessée à son enfant et pour avoir frapper sa femme. 1 an de prison ferme avait été donné par le même tribunal il y a quelques mois pour une affaire similaire.

Les personnes ayant assisté aux débat sont restés scotchés en entendant la réquisition du procureur (8 mois avec sursis) suivi de la condamnation (comme la réquisition) assortie d’une mise à l’épreuve de 2 ans.

Pour adoucir le procureur, l’homme violente a visiblement trouvé les bons mots : « On a été voir l’Imam, qui nous a bien conseillé, j’aime ma femme. » explique-t-il, tandis que la femme, visiblement autant sous son emprise que sous celle de l’Imam déclare :  « d’accord pour qu’on recommence sur de bonnes bases ». L’homme explique aussi vouloir….devenir gendarme. On est rassuré !

On connaissait les tribunaux islamiques de Londres, on ne savait pas qu’ils avaient traversé la Manche. Car après 5 mains courantes déposées par la victime, des coups à répétition et des menaces, on pouvait penser qu’en cette période où les violences faites aux femmes occupent une place majeure dans l’actualité médiatique, une peine plus lourde serait prononcée à l’encontre du mari violent, dont la femme avait tout de même été retrouvée gisant dans son sang le 31 août dernier, après une nouvelle tentative, d’égorgement cette fois-ci.

Un jugement qui laisse les observateurs perplexes, et des citoyens qui se demandent si les magistrats rendent bien la Justice au nom du peuple et pour protéger le peuple…

Dans d’autres affaires du même type, un homme a été condamné à 12 mois de prison dont 3 mois fermes récemment, à Guéret. 3 années de prison dont deux fermes pour des violences à répétition, ici. 4 ans fermes ici à Castres. 10 mois fermes et 14 mois avec sursis à Montpellier. Ou encore 12 mois dont 6 fermes ici. Il suffit de lire les comptes rendus d’audience partout en France, ces dernières semaines, pour s’interroger sur la clémence du tribunal de Saint Brieuc.

Crédit photo : Photo d’illustration, capture d’écran d’un reportage sur les tribunaux islamiques à Londres
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine