Nuremberg pour les boomers ! [L’Agora]

A LA UNE

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

Les boomers, cette génération inutile et jouisseuse née au lendemain de la guerre, qui s’est épanouie pendant les Trente Glorieuses en France, mérite un grand procès pour crime contre le courage et l’intelligence. On pourra d’ailleurs étendre le chef d’accusation à leur marmaille, cette fange de consommateurs barbus, sapés n’importe comment, collabos sournois et narcissiques du grand capital et de la diversité.

Quand j’étais jeune, on désignait les boomers sous l’appellation de soixante-huitards. C’était vague mais partiellement correct puisque si tous ceux qui avaient eu entre 15 et 25 ans en mai 68 n’étaient pas forcément gauchistes, en revanche, même de droite, ils épouseraient bientôt les fondamentaux de cette boursouflure, sidérés qu’ils étaient par le conformisme qui s’étalait comme une marée noire.

Combien de ces salauds ont pu me faire la morale, ricané devant mes « lubies » en m’invitant à « faire la fête », à « faire des concessions », à épouser toutes les modes successives depuis le milieu des années 70.

Dans les années 80, quand le FN a commencé à mettre les pieds dans le plat, l’atmosphère était étouffante pour moi qui ne me suis jamais cantonné à notre « milieu ». Quoique de tempérament solitaire, j’étais, comme tout un chacun, confronté à ces boomers qui tenaient le haut du pavé et dispensaient (ou suivaient) les mots d’ordre de Libération. Quand tu émettais un doute sur l’apport à la civilisation de toute cette immigration et à ses crimes inhérents, tu finissais au ban. Et que dire lorsque tu leur mettais le nez dedans en rapportant ces viols collectifs (on disait « tournantes » pour édulcorer), les vieux massacrés, les bagnoles cramées, etc. Pareil dans les 90’s et ensuite.

Et voilà qu’aujourd’hui, les mêmes connards, qui s’incarnent dans la pensée d’un Finkielkraut, tous ces moutons qui, une vie durant, ont écouté la même musique, vu les mêmes films, baisé les mêmes nanas, lu les mêmes bouquins et porté les mêmes fringues, voilà que ces robots, parvenus à 70 piges, n’ont plus à la bouche que « laïcité en danger », « Islam conquérant » et « Gilets jaunes fascistes ». Et, bien sûr, « Refugees welcome ! » puisqu’ils n’aiment rien tant que les incohérences et leur fameux « relativisme ».

Ils « sont » Charlie, bien sûr, Hyper Casher, n’en doutons pas. De même qu’ils ont vibré au « Grand Bleu », idolâtré les moustaches de Lech Walesa et les brushings de Jack Lang et Tapie, ils ont également voté Mitterrand, Chirac, Sarko ou Macron.

Cette armée de réserve de tous les conformismes, de tous les renoncements et sabotages est désormais une armée de bouches inutiles qui pèse, non seulement sur les nerfs, mais également sur nos finances. Il conviendra donc de juger tout ça pour crimes par omission.

Au terme de ce réquisitoire, et en tant qu’avocat général des causes perdues, je réclame donc la déportation de cette génération de vieux cons dans le 93.

C. Rol, écrivain et romancier

Précision : les points de vue exposés n’engagent que l’auteur de ce texte et nullement notre rédaction. Média alternatif, Breizh-info.com est avant tout attaché à la liberté d’expression. Ce qui implique tout naturellement que des opinions diverses, voire opposées, puissent y trouver leur place.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

De La Baule à Biarritz : ces maires de la côte qui demandent la réouverture des discothèques pour éviter les « fêtes sauvages »

Une tribune signée par une quinzaine de maires du littoral français demande la réouverture des discothèques afin d'éviter des...

Ecosse. Une étudiante bientôt expulsée de son université pour avoir dit que les femmes « ont un vagin et ne sont pas aussi fortes...

L'Ecosse, comme tout le Royaume-Uni, ressemble à un asile psychiatrique grandeur nature, toutefois révélateur du terrorisme intellectuel qui germe...

Articles liés