immobilier

Le marché de l’investissement en immobilier en France, qui a terminé l’année 2019 sur une bonne dynamique, s’annonce tout aussi prometteur pour l’année 2020.

Investissements en immobilier : ce qu’il faut retenir de 2019

L’année 2019 aura été porteuse en matière d’investissements en immobilier selon la dernière étude sur le marché publiée le 5 février et réalisée par Cushman & Wakefield, société spécialisée dans l’immobilier d’entreprise. Au second semestre 2019, le marché français a même connu une accélération avec 34,5 milliards d’euros actés, soit une hausse de 9% en un an.

Cette bonne santé du secteur s’explique notamment par une prime de risque très attractive et un coût du financement très faible pour les investisseurs. Avec pour conséquences un volume croissant de liquidités disponibles et une très forte activité sur le segment des actifs de plus de 200 millions d’euros (65 transactions de ce gabarit et 43% du volume total investi).

Compte tenu de ces conditions favorables, l’ensemble des classes d’actifs immobiliers a vu son volume augmenter. Tout particulièrement l’immobilier commercial avec la barre des six milliards d’euros atteinte (+26% en un an). Mais aussi la logistique, un domaine d’activité qui décroche un nouveau record avec plus de quatre milliards d’euros engagés en 2019.

Autre enseignement majeur de l’étude, la croissance du volume d’investissement en 2019 a été essentiellement portée par l’afflux des capitaux étrangers (16 milliards d’euros engagés, + 19% en un an). Parmi ces investisseurs, se trouvent principalement des fonds qui se concentrent sur des deals supérieurs à 200 millions d’euros (2/3 du volume engagé) avec une appétence marquée pour les segments des bureaux et de la logistique où ils affichent une position dominante.

Quelles tendances en 2020 ?

Quant à cette nouvelle année 2020, parmi les tendances clés du marché de l’investissement, on note une anticipation du volume d’investissement au moins égal à celui de 2019, donc supérieur à 35 milliards d’euros. D’autre part, une nouvelle compression est attendue sur les taux de rendement prime bureaux et logistiques au cours du 1er semestre 2020, établissant ainsi des records historiques mais conservant une prime de risque toujours très attractive.

Par ailleurs, compte tenu d’une forte pression des liquidités, les investisseurs vont devoir encore davantage diversifier leur allocation d’actifs tandis que les actifs alternatifs, à savoir le résidentiel, l’hôtellerie et l’immobilier de santé, avec près de sept milliards d’euros investi, devraient continuer de monter en puissance. Dans le même temps, au regard de l’augmentation des capitaux étrangers, l’Île-de-France va devenir la première zone d’investissement européenne dans l’immobilier de bureau devant Londres. Une région parisienne qui concentre sans surprise la quasi-totalité du volume d’investissement dans l’Hexagone…

immobilier
Source : étude Cushman & Wakefield février 2020

AK

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine