BAFTA : quand la cérémonie du cinéma anglais s’inspire d’Evergreen

A LA UNE

Loi Molac : Jean-Michel Blanquer est un mauvais perdant

Il faut se méfier de ce que raconte Jean-Michel Blanquer. En paroles, il est favorable à la langue bretonne....

Covid-19. La situation s’améliore partout dans le monde, à l’exception de l’Asie de l’Ouest

Après avoir plafonné dans la semaine du 24 avril au 1er mai, les nombres hebdomadaires de contamination (-5%) et...

Irlande du Nord. 3 200 meurtres liés aux Troubles pourraient être prescrits judiciairement

Le gouvernement britannique envisage de modifier un élément de la législation de l'Accord du Vendredi Saint afin de protéger...

A la rencontre d’Estelle Redpill, « l’influenceuse » qui fait fantasmer une certaine presse de gauche [Interview]

Les réseaux sociaux regorgent de jeunes et moins jeunes qui parviennent, après quelques vidéos tournés sur un sujet en...

Il y a Zemmour et Naulleau, mais aussi « Zemmour et Bolloré »

Passer d’une chaîne d’information (Cnews) à une station généraliste (Europe 1), voilà l’une des tâches auxquelles Vincent Bolloré s’attaque...

Le cinéma anglais s’auto-flagèle et frôle l’hystérie! Dimanche, lors de la cérémonie des BAFTA, version britannique des Oscars, plusieurs personnalités de premier plan ont prononcé des discours plaidant la repentance et « l’ouverture ».

Le Joker et le Prince comme propagandistes

Evergreen fait des émules en Angleterre ! Souvenez-vous, en juillet 2019, Breizh Info relayait un documentaire sur l’université américaine d’Evergreen, située dans l’Oregon. On pouvait y voir les professeurs et les élèves Blancs de l’établissement s’accuser de tous les maux et se soumettre aux désidératas et caprices les plus absurdes des « minorités ». Des minorités jouant aux victimes à la moindre occasion, en déformant toujours grossièrement la réalité.

Il semble que ce phénomène se soit propagé plus férocement encore que le coronavirus puisque Joaquin Phoenix, l’acteur vedette du film Joker, a prononcé un discours digne d’Evergreen après avoir reçu le trophée de meilleur acteur masculin lors de la cérémonie des BAFTA.

Expliquant être « en conflit », il a accusé l’industrie du cinéma de mettre les « personnes de couleur » de côté en ne les récompensant pas pour leur travail, surenchérissant en disant faire partie de lui-même.  Comprenez par-là, en étant Blanc.
Joaquin Phoenix évoque ensuite « un racisme systémique à comprendre et à combattre », que ceci était le rôle de « ceux qui ont créé, perpétué et tiré des bénéfices d’un système d’oppression ». Là encore, cela désigne les Blancs.

Ce charabia insensé a été applaudit par l’assistance.

Ce n’est bien sûr pas la première fois qu’un artiste profite d’une cérémonie de ce genre pour prononcer un discours bien-pensant, le public français en sait quelque chose avec les Césars ou le Festival de Cannes, mais cette édition des BAFTA 2020 a fait encore plus fort.

En effet, en plus de Joaquin Phoenix, c’est le prince William en personne qui a pris la parole et enfoncé le clou. Le probable futur Roi a déploré « le manque de diversité » des BAFTA, car aucun Noir ou autre extra-européen n’a été nominé et donc récompensé. D’après le prince, cela ne reflète pas son pays qui a « la chance d’avoir des réalisateurs, acteurs, producteurs, cinéastes et techniciens incroyables de tous horizons et ethnies qui enrichissent nos vies à travers des films ».

En Angleterre, moins d’Europe et plus d’Afrique

C’est tout l’Occident qui se plie peu à peu au diktat de la diversité, sans se soucier de son histoire et de ses peuples.

Prenant ses distances avec l’Europe, comme le montre le Brexit, l’Angleterre s’Africanise à grands pas sous l’influence de ses anciennes colonies, y compris dans ses productions cinématographiques.

L’agent 007 devrait bientôt devenir une femme noire, et cela n’est rien par rapport aux « libertés » prises avec la réalité par les séries dites historiques produites par la BBC. Le frère Tuck, Achille, Guenièvre ou encore Marguerite d’Anjou ont tous été interprété par des acteurs Noirs.

Aux Etats-Unis, la polémique suite aux nominations pour les Oscars ne faiblit pas, certains se demandant même si les récompenses valent vraiment quelque chose sans la présence des Noirs.

Verraient-ils les Blancs comme inférieurs, moins doués et moins méritants ?

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Avec Solidarité Grand Ouest, une collecte de dons pour créer une section handivoile à Saint-Quay-Portrieux

Grâce au dispositif de collecte de dons du Fonds de dotation Solidarité Grand Ouest et au soutien du Super...

Médias mainstream : le grand errement ! Par Nicolas Vidal

Nicolas Vidal est le patron de "Putsch", média favorisant les débats culturels et sociaux. Dans son livre "Médias, le...

Articles liés

Il rend compte du climat distillé par l’extrême gauche dans une université à Paris [Vidéo]

Immergé depuis deux ans dans une université parisienne, le blogueur El Rayhan vous livre ici une partie du climat idéologique qui y règne, en...

USA. Un professeur réclame 3,8 M$ à une université sous la coupe de la gauche ultra-radicale

07/09/2017 - 05h45 Olympia (Breizh-Info.com) - Pour s’être opposé à une « Journée sans Blancs », Bret Weinstein, professeur à l'université d'Evergreen dans l'état...