Rome

Une fausse agression raciste a été mise à jour en Italie, où un Sénégalais, gravement blessé à la gorge, avait inventé toute une histoire. Aux frais des Italiens.

Agression raciste sur un Sénégalais

Les faits avaient eu lieu en juillet 2019. Une certain Sadio Camara, ressortissant sénégalais âgé de 27 ans, avait dû être hospitalisé aux urgences de l’hôpital de Sulmona, une ville de la province de L’Aquila dans la région des Abruzzes, dans un état grave en raison d’une profonde coupure au niveau de la gorge. Par la suite, compte tenu de la gravité de ses blessures, il sera transféré à l’hôpital d’Avezzano puis à celui de Pescara.

Dans un premier temps, l’Africain avait expliqué qu’il avait été attaqué par deux individus aux motivations racistes, insultes à l’appui. Employé dans une maison de retraite, il avait alors indiqué aux policiers que l’agression était survenue tandis qu’il regagnait son logement. Ses deux prétendus assaillants s’étant violemment jetés sur lui avant de lui asséner un coup de couteau à la gorge, non loin de la carotide. Par la suite, le Sénégalais confiait avoir été chargé dans une voiture par les deux individus. Qui l’auraient jeté dans un fossé un peu plus tard. Le lendemain matin, Sadio Camara avait alors réussi à gagner son domicile puis à être pris en charge par les services médicaux.

L’affaire, à cette époque, suscitera l’émoi dans la société italienne et plusieurs associations monterons alors au créneau pour dénoncer ce déferlement de « racisme ». Qui n’en n’était pas vraiment un après coup…

…inventée par l’extra-européen

Interrogé à plusieurs reprises sur les faits et les circonstances de son « agression », le Sénégalais va alors donner des explications qui ne vont pas convaincre les enquêteurs italiens avec des informations inexactes et incomplètes. Avant de finir par avouer la vérité en ce mois de février 2020 tandis qu’il était conduit par les policiers sur la scéne présumée de l’attaque : il n’a subi aucune agression et s’est lui-même blessé, selon ses derniers aveux consignés dans un procès-verbal et rapportés par la presse italienne.

Depuis, l’enquête a donc été clôturée et le jeune Africain pourrait être accusé de dénonciation de crime imaginaire. Si des questions se posent sur l’état de fragilité psychologique de cet extra-européen, il faut aussi souligner le déploiement de moyens, tant médicaux que policiers, qui ont été nécessaires dans cette affaire dont la « victime » en question en serait, selon ses dernières déclarations, la seule responsable. Un déploiement financé par les contribuables italiens qui doivent apprécier à juste titre ce genre de « canular ».

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine