Le coronavirus, peste noire pour le mondialisme

A LA UNE

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

Nul ne peut dire si l’épidémie de coronavirus sera endiguée ou se transformera en pandémie mondiale. Sur le plan humain, c’est l’incertitude. Mais sur le plan de l’idéologie, il y a une victime en état de mort clinique : le mondialisme.

Les frontières, espoirs suprêmes

Pour endiguer le virus, c’est un peu partout le recours aux frontières. La frontière, espoir suprême et suprême pensée pour limiter et contrôler tant que faire se peut la libre circulation des biens et des personnes. Mais rétablir, c’est avoir un coup fatal de retard sur le virus.

Frontières fermées, c’est vrai pour la Chine, mais ce l’est aussi pour tous les pays touchés, et notamment l’Iran et demain l’Italie. La Chine a pris des mesures qui sont possibles dans des pays autoritaires. Cela pourrait porter ses fruits et le régime, aujourd’hui critiqué pour ses erreurs et ses lacunes évidentes, pourrait s’en tirer mieux que d’autres plus récemment contaminés.

La Chine a toussé et le monde a tremblé et tremble encore. Ce virus a souligné la dépendance de l’économie mondiale à la croissance chinoise, eldorado d’un capitalisme condamné à s’étendre pour survivre. Ce mondialisme mercantile vient de trouver sa limite. Le protectionnisme si décrié devient presque un principe de précaution humain et économique. Les pays se ferment au tourisme chinois et rapatrient leurs ressortissants, c’est le cas du Maroc plus que de la France d’ailleurs.

L’Italie première touchée en Europe

En Iran, on reconnait 5 morts, un bilan maintenant égal à celui de l’Italie. Tous les pays voisins ferment leurs frontières avec l’Iran. L’Europe pourrait-elle faire la même chose en commençant par la France vis-à-vis de l’Italie ? On en doute. L’épidémie de coronavirus Covid-19 traversera-t-elle les Alpes ? Les autorités italiennes ont révélé que plus de deux cents personnes avaient contracté le virus et annoncé la mise en quarantaine de plus de 50 000 personnes, réparties dans onze communes de Lombardie et de Vénétie, soit à quelques centaines de kilomètres de la frontière française.

En Italie, où la psychose règne, les attaques contre le gouvernement se multiplient. Des villes sont isolées, des files interminables se forment devant les supermarchés. On recherche toujours le patient zéro. Pour les Italiens, on a perdu du temps — par idéologie, estime un nombre croissant de personnes car le gouvernement actuel, en difficulté dans tous les domaines, reste obsédé par la menace Salvini et, pour lui, le seul virus à combattre serait celui de la xénophobie. On a donc laissé débarquer des migrants avant de les isoler, on a hésité sur le contrôle des vols chinois. L’OMS dénonce clairement le retard italien. Dans ce pays certains ont confondu confinement avec discrimination. Là aussi, l’idéologie mondialiste a montré ses limites.

Le titre de Nice Matin, « La tension monte aux frontières », est particulièrement anxiogène pour les populations des Alpes-Maritimes C’est vrai que le Carnaval de Venise a été écourté mais que, chez nous, les innombrables Italiens qui se rendent à la Fête des citrons de Menton et au Carnaval de Nice n’ont pas été contrôlés et il est maintenant trop tard pour le . L’élu Les Républicain Eric Ciotti pose la question de la fermeture des frontières et de contrôlés renforcés mais il ouvre simplement le parapluie politique. La situation du côté de Vintimille préoccupe tout le midi et l’inquiétude pourrait vite tourner à la psychose.

Le péril noir

Mais le vrai trou, c’est l’Afrique. Qui y contrôle les Chinois si actifs ? Qui peut croire qu’il n’y a aucun cas avéré dans l’Afrique subsaharienne? Et si l’épidémie est sur place, comment la combattre sur un continent de plus en plus surpeuplé et toujours sous-équipé ? L’Organisation mondiale de la Santé a averti que les systèmes de santé en Afrique n’étaient pas en mesure d’affronter l’épidémie de coronavirus si des cas de contamination apparaissaient et se multipliaient sur le continent.

Au cours d’une réunion des ministres de la Santé des pays de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba, le 22 février, le directeur général de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus a appelé les pays de l’UA à « faire front commun pour être plus agressifs » dans la lutte contre la maladie à coronavirus Covid-19. « Notre principale préoccupation continue d’être le potentiel de dissémination du Covid-19 dans les pays dont les systèmes de santé sont plus précaires », a déclaré le chef de l’OMS dans une liaison vidéo depuis Genève. Jusqu’à présent, l’Egypte est le seul pays d’Afrique à avoir officiellement enregistré un cas confirmé de contamination, le 14 février.

Quand on voit le racisme stupide qui frappe les Chinois en Europe, on ne peut bien sûr que redouter les conséquences d’une menace sanitaire africaine. Mais ce n’est pas l’antiracisme qui va endiguer le virus, il est même dans certains cas son allié objectif, comme élément constitutif du mondialisme.

Pierre Boisguilbert, journaliste spécialiste des médias et chroniqueur de politique étrangère

Source : Correspondance Polémia

Illustration : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

De La Baule à Biarritz : ces maires de la côte qui demandent la réouverture des discothèques pour éviter les « fêtes sauvages »

Une tribune signée par une quinzaine de maires du littoral français demande la réouverture des discothèques afin d'éviter des...

Ecosse. Une étudiante bientôt expulsée de son université pour avoir dit que les femmes « ont un vagin et ne sont pas aussi fortes...

L'Ecosse, comme tout le Royaume-Uni, ressemble à un asile psychiatrique grandeur nature, toutefois révélateur du terrorisme intellectuel qui germe...

Articles liés

Mutants, variants, recombinants, médicaments : L’ARN polymérase du SARS-CoV-2 au centre des débats

Mutants, variants, recombinants, médicaments : L’ARN polymérase du SARS-CoV-2 au centre des débats Avec Bruno Canard, Directeur de Recherche CNRS - AFMB Campus de Luminy. https://www.youtube.com/watch?v=2TgfYYJMQow Crédit...

Dr Gérald Kierzek : « Il faut sortir de cette hystérie sanitaire et politique »

Gérald Kierzek, médecin urgentiste à l'Hôtel Dieu, Directeur médical de Doctissimo et auteur de "Coronavirus, comment se protéger?", était l'invité de Sud Radio https://www.youtube.com/watch?v=PGYHmiZFLK8 Face à...

Covid-19. La Tanzanie ne veut pas du vaccin en l’absence de certitudes sur ses effets secondaires

En Tanzanie, les autorités conseillent à la population d'avoir recours à des remèdes traditionnels contre le Covid-19 et se refusent à commander des doses...

Covid-1984 (Telegram) : « Dans l’Histoire du monde, je n’ai pas souvenir que des esclaves aient été libérés plus vite parce qu’ils obéissaient mieux » [Interview]

Sur le canal Telegram, dont nous vous avons expliqué le process récemment, on trouve énormément de chaines qui diffusent du contenu de qualité (voir...