Nantes. Un Soudanais clandestin condamné pour trois agressions sexuelles

A LA UNE

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Les victimes des viols de rue et des agressions sexuelles, qui se multiplient dans les rues de Nantes, sont en mesure d’apprécier le fardeau de l’enrichissement culturel, comme en témoigne un récent jugement.

Ainsi, un immigré soudanais clandestin, connu sous l’identité de Salim Ahmed, âgé de 24 ans – du moins le dit-il – a été jugé pour trois agressions sexuelles commises à l’été 2018 dans les rues de Nantes. Deux victimes avaient été projetées à terre par le violeur, qui leur disait « je veux du sexe » en les agrippant, en les violentant. Une a du le mordre et lui envoyer un coup de poing pour qu’il lâche prise.

Commises sous l’emprise d’un état fortement alcoolisé, ces agressions sexuelles ne font pas réfléchir Salim. Il ne s’excuse pas non plus. « Quand je bois et je prends des médicaments, je ne sais pas ce que je fais. En plus je dormais à la rue ». Résultat : quatre ans dont trois ans ferme.

Pendant ce temps, les viols et les agressions sexuelles continuent d’augmenter à Nantes. « Maintenant, quand les victimes viennent au commissariat, on leur donne rendez-vous la semaine suivante : les brigades spécialisées croulent sous les dossiers », relève un policier nantais.

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

« Jésus est pédé ». Aucun problème pour le Conseil d’Etat

Le Conseil a validé il y a quelques jours, sur la forme, la dissolution de Génération Identitaire. Il vient,...

Articles liés

Nantes. Arrestation d’un suspect du meurtre de janvier aux Dervallieres

Le 11 janvier dernier, au pied du Building, immeuble assiégé par le trafic de drogue aux Dervallieres - il s'y poursuit toujours au 16,...

Deal de drogue à Nantes : la nourrice était payée 30 euros par jour

L'arrestation le 7 mai d'un dealer interpellé à la Bottière rue Paul Sabatier chez la nourrice - la personne chez qui la drogue était...

Football. Le Stade Rennais accroche le PSG, victoire du FC Nantes, défaites de Brest et de Lorient

Le sprint final est lancé concernant la saison de Ligue 1, avec la 36ème journée jouée ce week-end. Les Lillois pourront remercier le Stade...

Handball. Nantes vainqueur de l’EHF European League

Le club de Nantes Atlantique Handball a décroché le premier titre européen de son histoire en remportant l’EHF European League dimanche 9 mai au soir à Baia...