Nous poursuivons notre tour d’horizon avant ces élections municipales, toujours à Saint-Malo, où 7 candidats sont en lice pour devenir maire.

Aujourd’hui, rencontre avec le député Gilles Lurton (LR), Malouin de souche, qui candidate afin de devenir maire de la Cité corsaire. Un député qui, a son crédit, peut se targuer d’être très actif à l’Assemblée nationale.

Breizh-info.com : Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Gilles Lurton : J’ai une passion pour les habitants de mon pays, et j’aime les servir,  une passion aussi pour la ville dans laquelle je suis né, Saint-Malo. Dès l’âge de 16 ans je me suis engagé dans la vie publique, d’abord comme militant, puis comme élu, au sein du conseil municipal de Saint-Malo ou je suis toujours aujourd’hui. Élu conseiller général en 2011, député en 2012, j’ai été réélu à l’assemblée nationale en 2017 où je siège au sein du groupe Les Républicains, et me consacre aux affaires sociales, à la politique familiale, aux  personnes en situation de handicap, et à celles qui sont le plus en difficulté.

Breizh-info.com : Qu’est-ce qui vous a décidé à vous présenter à St-Malo ? Il semblait que cela soit une longue histoire entre la Cité Corsaire et vous …

Gilles Lurton : J’ai beaucoup consulté les malouines et les malouins pendant ces derniers mois, et j’ai ressenti une très grande attente de leur part. Après mûre réflexion, j’ai pris cette décision difficile de conduire une liste pour les élections municipales du mois de mars 2020. J’avoue être passionné par mon travail à l’Assemblée nationale, mais il y a des moments ou dans la vie publique il faut faire des choix et celui-là en est un.

Breizh-info.com : Vous définissez vous comme l’héritier de René Couanau ?

Gilles Lurton : Je ne suis pas un héritier et je me suis construit d’abord par ma vie militante avec des convictions fortes au sein du centre des démocrates sociaux auquel j’appartenais. Je crois profondément que l’être humain est au centre de toutes nos préoccupations et c’est pour cela que je travaille sans compter. René Couanau m’a offert cette opportunité de travailler avec lui pendant plusieurs années. J’ai beaucoup appris à ses côtés, par son dynamisme, son charisme, sa volonté de faire de grandes choses pour Saint-Malo, et combien il est important de toujours vouloir le meilleur dans l’ensemble de mes décisions.

Breizh-info.com : Quel bilan tirez-vous de la mandature précédente ? Quelles sont vos principales propositions ?

Gilles Lurton : Du travail certes, mais un manque total de relation avec la population. Je veux recréer ce lien entre les habitants et les élus qui a tant manqué pendant ce mandat. Je souhaite associer les habitants à l’ensemble de nos décisions et, dans la mesure du possible les conduire à y adhérer. Nos propositions sont multiples. Elles sont le fruit de la grande consultation que nous avons lancée au mois d’octobre dernier et à laquelle les malouins ont répondu très nombreux. C’est comme cela que nous voulons travailler : avec eux, demain, et si nous ne nous étions pas appliqué cette méthode pendant la campagne électorale alors quelle crédibilité aurions-nous eu à la veille des élections ?

Breizh-info.com : La population locale, notamment la jeunesse, se retrouve petit à petit obligée de s’expatrier hors de la Côte d’émeraude en raison des prix de l’immobilier, mais aussi des perspectives d’emploi très saisonnières. Quel rôle un maire peut-il jouer pour endiguer cela ?

Gilles Lurton : Au niveau de l’emploi les choses ont beaucoup changé ces dernières années et le taux de chômage à beaucoup diminué à Saint-Malo. Mais il est vrai que de nombreux jeunes continuent de s’expatrier en dehors de notre ville, souvent, pour cause du prix du foncier trop élevé, mais également par ce que les jeunes ménages souhaitent pouvoir bénéficier de petits pavillons avec jardin et que nous ne pouvons plus leur offrir ce produit à Saint-Malo. Pourtant je reste persuadé qu’un maire peut influer sur le prix du foncier, avec tous les outils qu’il a sa disposition (modification du Plan Local d’Urbanisme, création de zones d’aménagement concertés, …)

Breizh-info.com : Saint-Malo, comme d’autres moyennes villes de Bretagne, est touchée par le trafic de drogue, par la montée d’une certaine violence. Qu’est-ce qu’un maire peut y faire ?

Gilles Lurton : Qu’il y ait des problèmes certes, et je ne les méconnais pas, mais il ne faut cependant pas dramatiser. Ces difficultés relèvent souvent de la police nationale, mais le maire doit y travailler aussi quotidiennement à travers les conseils de prévention de la délinquance, à travers une politique d’animation pour la jeunesse, et une relation quotidienne avec les services de l’état et ceux de la police nationale.
Le maire de Saint Malo dispose aussi d’un service de police municipale qui travaille en parfait coordination avec la police nationale pour faire face à ce type de difficulté.

Breizh-info.com : Si vous êtes élu maire, quelle sera votre position sur l’accueil de migrants à Saint-Malo ?

Gilles Lurton : Chaque commune a un devoir de partage de cet accueil pour que tout ne se concentre pas sur une seule ville. Nous assumons ce choix comme cela a déjà été fait dans le passé.

Breizh-info.com : Un mot sur vos concurrents ?

Gilles Lurton : Je ne m’occupe jamais de mes concurrents en campagne électorale, je fonce, et fait tout mon possible pour persuader que l’alternative que je propose reste la meilleure et en tous cas la plus crédible.

Propos recueillis par YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve jan de mention et de lien vers la source d’origine