Avec « Nantes en commun-e-s », le retour des enfants de Robespierre ?

A LA UNE

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

Vendredi avait lieu à Nantes le meeting de Margot Medkour, candidate d’extrême gauche à la mairie de la capitale historique de la Bretagne. Un meeting suivi d’une soirée, qui fut longue, près de quatre heures, mais durant laquelle l’ambiance était plutôt festive et cordiale. Contrairement aux exactions de l’extrême gauche comme en début de semaine dernière, personne ne « s’amuse » à attaquer ou à perturber leurs meetings…

Un buffet léger à disposition des participants, bar avec bières et jus de fruits à disposition pour se désaltérer. La scène pour patienter était occupée par trois musiciens et un chanteur en langue anglaise. Point de barde breton à l’horizon.

Parmi les 500 participants présents, beaucoup de curieux, mais aussi des syndicalistes, des enseignants nostalgiques d’une gauche dure et musclée, mélenchonistes, militants associatifs de tous poils, une poignée  de Gilets jaunes, nombre de jeunes insoumis et idéalistes, des écologistes militants, féministes et bobos. Tout cela formait un mélange hétéroclite mais peu représentatif des quartiers dits « populaires ». Contrairement à la société « inclusive » prônée pour les autres par l’extrême gauche, il s’agissait d’un meeting à très large majorité blanche. Les quartiers dits « populaires » pour ne pas dire immigrés, n’avaient visiblement pas été invités…

En première partie de la soirée, comme à la messe, on demande aux participants de serrer la main de son voisin (en pleine période de coronavirus…), de faire sa connaissance, de se présenter… pourquoi pas.

Mais le moulin à prière se met vite en marche ; les candidats de la même chapelle des communes voisines  de Nantes se succèdent  à la tribune : Rezé, Vertou, Bouguenais, La Montagne, Saint Sébastien, mais aussi Rennes avec sa tête de liste radicale féministe au discours caricatural, et enfin NANTES.

Tous récitent le même chapelet, avec un talent très inégal et souvent médiocre. La tête de liste nantaise Margot Medkour parvient à chauffer la salle avec des incantations répétées sans cesse accompagnées du mot « populaire » et appelant à la lutte et à la résistance. Concernant les idées, quelles sont-elles ?

  • Occuper tous les espaces de contre-pouvoirs ;
  • placer « l’humain » au centre de la vie, de  la ville ;
  • instaurer la souveraineté populaire : ateliers communaux, le peuple aux commandes, comités de citoyens…
  • justice sociale, lutte contre « les  discriminations »  et anti-racisme ;
  • sauver la planète ;
  • arrêter la métropolisation et le bétonnage (ce qui est une bonne proposition).

On nage en pleine utopie, avec de grands mots, de longs discours, mais peu de propositions concrètes sont énoncées. Un remake des États généraux de 1789. Camarades, rentrez pleins d’espérance, la Révolution nantaise est en marche !

Marceline GALIREL

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Patrick Buisson interrogé par Charlotte d’Ornellas : « La modernité nous met face à notre propre vide » [Interview]

Patrick Buisson politologue et ancien conseiller personnel du président Sarkozy, publie un nouvel essai qui raconte tout ce que...

Tour d’Italie. Caleb Ewan remporte la 7ème étape du Giro

Deuxième victoire d'étape pour Caleb Ewan (Lotto-Soudal) le 14 mai 2021, à l'occasion de la 7ème étape du Giro....

Articles liés

« Je n’avais pas envie d’appartenir au camp des menteurs et des traitres ». De la France insoumise à « facho »

Ex-sympathisant de La France insoumise, Victor a été déçu par la dérive racialiste de l'extrême-gauche et s'est tourné vers des idées plus ancrées dans...

Qui sont les Blacks Blocs ? Par Xavier Raufer

Xavier Raufer fait un point sans concession sur les militants en noirs en guerre contre le mobilier urbain. Se réclamant antifascistes, leurs méthodes discutables...

I-Média n°325 – Les médias et l’extrême gauche attaquent la police

I-Média n°325 – Les médias et l’extrême gauche attaquent la police https://www.youtube.com/watch?v=gME0KjYobbE Sommaire  01:37 L’image de la semaine L’image de la semaine, ce sont ces pistes de...

Nantes, Saint-Nazaire. Blocus et dégradations devant des lycées où l’extrême-gauche essaie d’étendre le confinement

En ce moment, l’extrême-gauche essaie d’étendre le confinement – et donc la dictature sanitaire – aux lycées qui en sont exemptés sous prétexte de...