Coronavirus. Et si vous intégriez la réserve civique pour aider autour de vous ?

A LA UNE

Le Gouvernement a lancé, dimanche 22 mars, la réserve civique, pour permettre à ceux qui le souhaitent d’aider autour d’eux. Une façon de reconnaitre que l’Etat est incapable de faire face à la crise sanitaire qui frappe le pays. Une façon néanmoins, pour ceux qui le souhaitent, notamment dans la ruralité où les plus anciens sont souvent isolés, d’aider votre communauté.

Créée initialement en 2017, la réserve civique vise à encourager l’engagement citoyen dans un phrasé Bisounours et gnangnan pour « développer la fraternité, la cohésion nationale et la mixité sociale ». Elle permet à tous les citoyens de s’engager de manière ponctuelle et volontaire, « en faveur de l’intérêt général et incarnant les valeurs de la République ». 

Mais concrètement, pendant cette pandémie, vous pouvez vous inscrire en ligne pour :

  1. Aide alimentaire et d’urgence : distribution de produits de première nécessité (aliments, hygiène…) et de repas aux plus démunis.
  2. Garde exceptionnelle d’enfants de soignants ou d’une structure de l’Aide Sociale à l’Enfance.
  3. Lien (téléphone, visio, mail…) avec les personnes fragiles isolées, personnes âgées, malades ou en situation de handicap.
  4. Solidarité de proximité : courses de produits essentiels pour mes voisins les plus fragiles.

Après inscription, vous avez accès à une liste de missions proposées par des structures associatives ou publiques (collectivités territoriales, organismes publics…). Il vous suffit de cliquer et de proposer votre aide. Vous serez alors mis en relation avec la structure.

Qui peut participer ?

Tous les citoyens français âgés de plus de 16 ans, ou étranger résidant régulièrement en France, peuvent participer. Les personnes de plus de 70 ans et celles atteintes d’une maladie chronique n’ont pas l’autorisation de s’engager.

Précautions à prendre :

En cette période d’épidémie, le gouvernement rappelle les gestes barrière pour se protéger soi-même et protéger les autres.

  • En tant que bénévole :
    • Se laver les mains régulièrement (pendant 30 secondes avec de l’eau et du savon) ; Éternuer et tousser dans son coude ;
    • Utiliser un mouchoir à usage unique ;
    • Eviter de se toucher le visage, en particulier le nez et la bouche ;
    • Assurer une distance de sécurité avec les autres bénévoles et les bénéficiaires ;
    • Ne pas venir sur une action bénévole en transport en commun ;
    • Au moindre doute d’infection, rester chez soi.
    • Remplir son autorisation de déplacement en cochant la 4ème case relative à l’aide aux personnes vulnérables.
  • En tant qu’associations :
    • Organiser les activités de façon à garantir des distances de sécurité d’au moins un mètre entre chaque personne (bénévoles et bénéficiaires) ;
    • Afficher les règles de sécurité et le rappel des gestes barrière dans l’ensemble des lieux accueillant des bénévoles et des bénéficiaires ;
    • Faire respecter les règles de sécurité aux bénévoles et aux bénéficiaires (voir ci-dessous).
  • En tant que bénéficiaire :
    • Se laver les mains régulièrement (pendant 30 secondes avec de l’eau et du savon) ;
    • Éternuer et tousser dans son coude ;
    • Utiliser un mouchoir à usage unique ;
    • Eviter de se toucher le visage, en particulier le nez et la bouche ;
    • Assurer une distance de sécurité avec les bénévoles et les autres bénéficiaires lors de votre venue ;
    • Porter un masque jetable uniquement quand on est malade. Si vous avez une présomption d’infection, évitez au maximum de sortir de chez vous. Faites-vous aider par un voisin
.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Pass-sanitaire, 3ème dose : les Français vont-ils se réveiller ?

Au programme ce soir, les dernières informations relatives au Covid-19. A la veille de l’examen de l’Assemblée nationale de...

Cyclisme. Breizh Ladies : composition de l’effectif 2022

Le Comité de Bretagne soutient le cyclisme féminin en proposant aux cyclistes bretonnes d’intégrer le collectif régional nommé Breizh...

Articles liés