supporters

Les supporters au secours du monde hospitalier ! En pleine crise du coronavirus, les amateurs de football et plus particulièrement les ultras démontrent une fois encore leur engagement pour leur ville, balayant par la même occasion la mauvaise réputation que les médias leur ont donnée…

Des messages de soutiens des supporters…

De Lens à Toulouse en passant par Angers, Metz, Paris ou Marseille, sans oublier l’Italie, les ultras se mobilisent.
Comme le reste de la population, ces groupes de supporters ont pris conscience de la gravité de la situation, tant pour les malades du coronavirus que pour les soignants.

Dans plusieurs villes, des banderoles ont ainsi été déployées devant les centres hospitaliers. Elles reprennent le format que l’on est accoutumé à voir dans les stades mais honorent non plus les équipes ou les joueurs mais ceux qui se battent pour accueillir, accompagner et soigner les malades.
Souvent accusés d’être « idiots » et de ne pas s’occuper des vrais problèmes de la société, les ultras ont bien montré qu’ils connaissaient l’ordre des priorités. À Angers, Beauvais, Metz comme à Pérouse, ils saluent en effet ceux qu’ils appellent « nos champions » ou « les vrais héros ».

supporters angers
Le message des ultras angevins (crédit photo: KDLB)
La banderole du Collectif Isarien devant le CHU de Beauvais (Oise)

Les ultras de Bergame et de Brescia entretiennent une grande rivalité. Mais face à la maladie et à la mort, les seconds soutiennent les premiers de toutes leurs forces.

Des collectes de dons, matériel et denrées alimentaires

Critiqués pour s’être rassemblés devant le Parc des Princes le 11 mars dernier alors que le match PSG-Dortmund se déroulait à huis clos, les supporters parisiens ont eux aussi adressé un mot au personnel hospitalier.

À l’image de différents groupes de supporters de l’Hexagone, ils ont décidé d’en faire plus et d’organiser une collecte de dons sur internet. Une autre collecte en ligne a vu le jour à Marseille à l’initiative des « MTP ».

À Lens, les Red Tigers récupèrent du matériel pour les enfants hospitalisés dans leur ville mais aussi de la lecture pour occuper les patients dans les salles d’attentes et de quoi « faire sourire et aider à tenir » le personnel, comme des chocolats et des biscuits. Une opération similaire est menée à Toulouse par le groupe des Indians, dont le but est de ravitailler les salles de pause du CHU de la ville rose avec des gâteaux, jus de fruits et friandises.

Grâce à eux, ceux qui sont en première ligne dans la guerre contre la pandémie ne manqueront pas de nourriture et des produits de première nécessité.

À l’État désormais de s’occuper du matériel médical…

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine  – V