Christophe Hondelatte, journaliste emblématique, ne supporte pas le bruit des tirs militaires !

A LA UNE

Le 3 avril, Christophe Hondelatte, journaliste emblématique présentateur notamment de l’émission « Faites entrer l’accusé », s’est autorisé le tweet suivant : « Suis-je le seul à ne plus supporter les tirs continus du 1er RPIMa en plein centre-ville de Bayonne pendant ce confinement ? »

Un journaliste emblématique de la caste médiatique

Depuis 1985, Christophe Hondelatte occupe les antennes radio et télévisions. Entré à Radio France Pays basque, il est passé depuis par Radio France, France 2, RTL, BFM TÉLÉVISION, France 3 et Europe 1. Après avoir été grand reporter, il s’est concentré sur la présentation des journaux d’information et des émissions sur les faits divers comme « Faites entrer l’accusé » ou « Hondelatte raconte ».

En septembre 2003, c’est lui qui a créé sur RTL « On refait le monde », un débat quotidien après le journal du soir. Y participent essentiellement des représentants de toutes les sensibilités politiques du système de l’extrême gauche à la droite libérale.

En avril 2012, il sera contraint de s’en éloigner après s’être violemment emporté contre un de ses assistants.

Pourtant, lors des Radios Notes de 2017, 2018, 2019, « Hondelatte raconte » est récompensée en tant que meilleure émission de récit de l’année. Cela illustre sa place centrale dans la sphère médiatique.

Christophe Hondelatte ne supporte pas les militaires dans Bayonne

Confiné dans son logement de Bayonne, sis aux abords de la caserne du 1er RIPMA, le 3 avril, il a manifesté son mécontentement en raison du bruit des tirs d’entraînement de cette troupe d’élite par ce tweet :


Dans un entretien avec le journal Sud-Ouest, il en rajoute « C’est assourdissant, en pleine journée comme au milieu de la nuit, ces tireurs d’élite pourraient se calmer un peu ou aller s’entraîner au tir ailleurs en cette période de confinement, je ne sais pas moi dans la forêt landaise ou en zone non urbanisée. J’habite ici depuis toujours, c’est un souci récurrent, et c’est vrai que ces tirs, surtout depuis que les forces spéciales ont reçu de nouveaux fusils, plus puissants et… bruyants, c’est de plus en plus difficilement supportable ! ».

Mais, ce ne sont pas seulement les tirs d’entraînement qui le gênent, c’est la présence même de ces militaires dans sa ville de Bayonne :

« À un moment, il faudra peut-être se poser la question de leur maintien en pleine ville. Ce n’est pas très rationnel. Je suis un peu cash c’est vrai : mais là, ces tirs incessants, qui font un écho terrible ce n’est plus possible. »

Le maire de Bayonne Jean-René Etchegaray n’a pas laissé passer une telle attaque et a tweeté pour défendre les militaires :

Le respect des autres est-il vraiment une attitude répandue dans la caste médiatique ? Dans tous les cas, Christophe Hondelatte pourrait suivre un vieux dicton : « les plus gênés s’en vont ».

Jean Theme
Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V
.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Lorient. Un migrant tunisien s’échappe alors qu’il devait être expulsé…il ne sera pas expulsé !

Une nouvelle histoire qui témoigne de la capitulation de la République française sur la question de l'immigration - et...

Présidentielle 2022. Emmanuel Macron donné en tête devant Marine Le Pen et Valérie Pécresse

Dans un peu moins de 3 mois, si le gouvernement actuel ne fausse pas les règles du jeu, la...

Articles liés