Front Populaire. La nouvelle revue lancée par Michel Onfray

A LA UNE

Dimanche 12 avril, le philosophe normand Michel Onfray a annoncé sur les réseaux sociaux le lancement de Front Populaire, qu’il présente lui-même comme « une nouvelle revue pour les jours d’après ».

Souhaitant s’affranchir des financements publicitaires pour conserver son indépendance, ce lancement s’accompagne d’une forme de financement participatif avec diverses formules d’abonnement (papier ou numérique) et des privilèges accordés aux premiers souscripteurs (dédicaces, remerciements nominatifs ou encore invitation au dîner de lancement de la revue avec Michel Onfray). En plus des abonnements, cette publication qui a vocation d’être accessible au plus grand nombre sera disponible dans les librairies et les maisons de la presse, sur l’ensemble du territoire.

Il y a déjà 4 000 contributeurs quasiment.

Voici le texte de présentation :

Sauvagerie de la mondialisation, dévoiement de l’Europe, arrogance des gouvernants, appauvrissement des classes populaires, collusion des médias et du pouvoir, casse de l’hôpital public, sécession des territoires perdus de la République : l’épidémie de coronavirus agit comme un révélateur photographique qui met au jour l’état désastreux de notre pays.

Mais nos malheurs ne s’arrêtent pas là. Après la crise sanitaire viendra le temps de la facture économique. Et les ménages modestes seront à n’en point douter bien plus pénalisés que la France d’en haut. Il suffit de voir le durcissement du Code du travail décrété dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire… alors que le droit du capital, lui, n’a été retouché en aucune manière. En cette période troublée, la finance continue de régner.

Alors que faire ? Avec ses amis, Michel Onfray a décidé de créer une revue pour penser les jours « d’après ». Son nom : FRONT POPULAIRE. Les auteurs : d’anciens élus, des gilets-jaunes, des enseignants, des juristes, des journalistes, des démographes…

Les uns sont de gauche, les autres sont de droite. Les uns croient au Ciel, les autres n’y croient pas. Mais tous sont convaincus qu’il faut plus que jamais mener le combat des idées pour retrouver notre souveraineté. Car à quelque chose malheur est bon, le confinement généralisé les rend encore plus déterminés !

FRONT POPULAIRE prendra la forme d’un mook trimestriel qui ne recevra, par choix d’indépendance, aucun financement publicitaire. Qu’est-ce qu’un mook ? Il s’agit d’un objet éditorial hybride, à mi-chemin entre le magazine et le livre (book). Les lecteurs pourront ainsi se le procurer aussi bien chez leur libraire favori que dans les maisons de la presse. Une façon pour nous d’être présents dans tout le pays, aussi bien dans les grandes villes qu’à la campagne.

FRONT POPULAIRE, c’est aussi un style éditorial. Il tient en une formule : ne pas prendre les Français pour des enfants. Depuis le début de la crise du coronavirus, le pouvoir nous parle comme si nous savions à peine lire et écrire. C’est parce que nous voulons résister à cette petite musique crétinisante qui fait tant de mal à la République que nous avons l’ambition d’une revue de haute tenue et ouverte au débat.

À parution, les enquêtes et analyses de FRONT POPULAIRE seront également disponibles sur le présent site Web, où l’on trouvera aussi des informations régulièrement mises à jour quant au projet (dévoilement des auteurs, des thèmes…) et une fonctionnalité « Vos idées », permettant aux internautes de nous soumettre leurs suggestions. Sans oublier bien sûr une page « Contributeurs », dans laquelle nous remercions tous ceux qui nous soutiennent, soit par leur abonnement soit par leur pré-achat.  

Pour que FRONT POPULAIRE voie le jour au plus vite (c’est-à-dire avant l’été) nous avons besoin de votre contribution. Envoyez-nous vos suggestions, informez-vous sur l’avancement du projet, pré-abonnez-vous. Et ensemble, imaginons un avenir souverainiste, aux antipodes du rêve anti-social et anti-civilisationnel de Jupiter…

Pour vous abonner et découvrir la revue, dont le premier numéro est prévu pour juin, c’est ici.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Port d’armes. Un membre de l’ARPAC répond à Stanislas RIGAULT (Zemmour 2022)

Un membre de l'ARPAC répond à Stanislas RIGAULT au sujet d'une intervention récente concernant les Français qui cherchent à...

« J’ai pensé à me suicider » : un producteur de lait breton soutenu par la cellule « Réagir » ose parler

Crise du lait, accumulation de dettes... De nombreux agriculteurs rencontrent des difficultés sur leurs exploitations. Pour éviter de sombrer,...

Articles liés