Italie. Adriano Scianca (Il Primato Nazionale) : « Giuseppe Conte est un président incompétent »

A LA UNE

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Nous avons plusieurs fois sur Breizh-info évoqué la situation sanitaire liée au coronavirus en Italie mais également les causes et les conséquences potentielles de la crise. En complément, nous avons interrogé   Adriano Scianca, du journal Il Primato Nazionale, afin de recueillir le témoignage d’un journaliste particulièrement au fait de ce qu’il se passe sur le terrain, chez lui.

Breizh-info.com : Tout d’abord, à cet instant, quelle est la situation sanitaire de l’Italie ? Certaines régions ont-elles été totalement épargnées par le coronavirus ?

Adriano Scianca (Il Primato Nazionale) : La situation sanitaire est en nette amélioration, mais nous avons toujours environ 400/500 morts par jour…

L’épidémie a particulièrement touché les régions du nord, la Lombardie en particulier, tandis qu’au Centre et au Sud la situation est complètement différente. Je suis actuellement dans le nord de la Lombardie, dans une province heureusement plus chanceuse que les autres, mais dans ma région d’origine, l’Ombrie, qui est exactement au centre de la Péninsule, on arrivera bientôt au seuil de zéro infection.

Breizh-info.com : En France, les autorités se sont montrées dépassées. Comment cela s’est passé en Italie ?

Adriano Scianca (Il Primato Nazionale) : En Italie, le gouvernement s’est comporté de manière désastreuse : lenteur des mesures pour contre l’épidémie, peu de clarté sur les règles de la quarantaine, aucune idée de la manière de faire face à la crise économique à venir.

Il suffit de penser que le premier décret qui a isolé la Lombardie du reste du pays a été annoncée à la presse plusieurs heures avant son entrée en vigueur, avec pour résultat une grande évasion de Milan dans la nuit de centaines d’étudiants et de travailleurs originaires du Sud qui revenaient à la maison, avec le risque d’aggraver l’infection au lieu de la contenir. Giuseppe Conte est incompétent, un président du conseil des ministres qui ne cesse de parler aux Italiens uniquement pour leur demander d’être patient et de rester à la maison.

Même dans la vie quotidienne et ses petits aléas, le chaos absolu règne : par exemple, pour quitter la maison, nous avons besoin d’un formulaire à signer et éventuellement à montrer à la police, mais ce formulaire a changé au moins cinq fois…

Breizh-info.com : La crise économique pointe le bout de son nez partout dans le monde et s’annonce terrible. En Italie, quel a été le choix des autorités ? Est-ce que la planche à billet a été activée pour permettre aux Italiens de toucher leurs salaires ou de maintenir leurs entreprises ?

Adriano Scianca (Il Primato Nazionale) : La crise économique s’annonce terrible. Au premier semestre 2020, le PIB baissera de 15%, une baisse jamais vue dans l’histoire de la République. La demande de chômage partiel est trois fois plus élevée que durant la grande crise économique de 2008.

Pour le moment, le gouvernement a mis en œuvre des mesures largement insuffisantes pour soutenir l’économie, en se concentrant entièrement sur l’aide de l’Union européenne. Mais cette aide prendra la forme d’un prêt du Mécanisme européen de stabilité, à des conditions qui ne sont pas encore claires et qui pourrait mettre l’Italie dans la situation de la Grèce en 2011.

Breizh-info.com : Quelles vont être les conséquences selon vous ?

Adriano Scianca (Il Primato Nazionale) : Les conséquences ne sont pas envisageables actuellement, car nous ne savons pas à quel point l’Italie sera durement touchée.

Breizh-info.com : Les autorités parlent de régulariser 200 000 clandestins en Italie. N’est-ce pas une folie totale ? Comment le prennent les gens en Italie ?

Adriano Scianca (Il Primato Nazionale) : C’est certainement de la folie, mais cela découle logiquement d’un type d’économie esclavagiste qui utilise les immigrants comme une main-d’œuvre bon marché et non sécurisée pour faire des travaux difficiles, comme ceux des champs.

En demandant plus d’immigrés pour travailler dans les champs, la gauche dévoile sa nature, esclavagiste: pourquoi ces travaux ne peuvent-ils pas être effectués par les Italiens ? Simplement parce que les Italiens demanderaient un salaire décent. Cependant, les gens accueillent très mal ces propositions. Pour la majorité des Italiens, il est impensable que les hommes politiques pensent aux autres peuples alors que l’Italie est à genoux.

Breizh-info.com : Et politiquement parlant, peut-on déjà savoir quelles vont être les conséquences de cette crise en Italie ? Le mouvement de Salvini en sortira-t-il renforcé, par exemple ?

Adriano Scianca (Il Primato Nazionale) : La Ligue de Matteo Salvini reste autour de 30% d’intentions de vote, donc on ne peut pas parler d’un parti en crise. Mais il est  vrai que Salvini a été mis un peu en difficulté par cette crise, car il est un grand communicateur au style très agressif, ce qui ne convient pas dans une crise comme celle-ci.

Le parti Fratelli d’Italia, de Giorgia Meloni, qui a des propositions plus mesurées, a mieux réagi et a aujourd’hui presque les mêmes intentions de vote (13%) que le Mouvement 5 étoiles, qui lors les dernières élections était le premier parti en Italie.

D’une manière générale, j’ai l’impression que le souverainisme n’a pas été en mesure d’articuler une véritable alternative révolutionnaire au pouvoir globaliste. Pour le moment, ce n’est qu’une rhétorique. Certes, si le gouvernement actuel active le Mes et si la situation sociale empire beaucoup, Salvini et Meloni verront forcément leurs poids respectifs augmenter considérablement.

Breizh-info.com : Comment se porte Il Primato Nazionale ? Cette crise a-t-elle permis à des médias indépendants comme le vôtre de progresser en offrant un regard alternatif sur l’actualité ?

Adriano Scianca (Il Primato Nazionale) : Il Primato Nazionale se porte très bien. Notre quotidien en ligne fait d’excellents résultats. Notre magazine papier se porte également bien, mais actuellement avec quelques difficultés liées au fait que, même si les kiosques restent ouverts, il y a certainement quelque problèmes de diffusion supplémentaires avec la quarantaine.

Propos recueillis par YV

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Michel Onfray : « Quand des jeunes tirent à bout portant sur un policier, quand des quartiers font sécession, cela s’apparente à une guerre...

Michel Onfray : « Quand des jeunes tirent à bout portant sur un policier, quand des quartiers font sécession,...

Eric Zemmour : « Il y a des attaques de pompiers, de policiers, de médecins, d’infirmières,… parce qu’ils symbolisent la France »

Eric Zemmour : « Il y a des attaques de pompiers, de policiers, de médecins, d’infirmières,… parce qu’ils symbolisent...

Articles liés

Vague migratoire. 1400 migrants ont abordé l’Europe ce week-end

Nouvelle vague migratoire en Europe, nouvelle capitulation des autorités. Plus de 1400 migrants sont arrivés, samedi et dimanche, à Lampedusa dans le sud de...

1er-Mai : des manifestants installent une guillotine à l’effigie de Mario Draghi en Italie

Des affrontements ont eu lieu le 1er mai à Turin entre les forces de l’ordre et des manifestants descendus dans la rue pour protester contre la...

Cyclisme. Giro 2021 : Le parcours détaillé du Tour d’Italie, étape par étape

Après les classiques flamandes et ardennaises, voici qu'une nouvelle partie de la saison cycliste pointe le bout de son nez, et mènera les coureurs...

Pompéi : la vie avant la mort

Que savons-nous réellement de Pompéi, ensevelie sous les cendres par l'éruption du Vésuve en l'an 79 de notre ère ? Décryptage des plus importants...