L’Afrique réelle n°125. Sahel : et si le développement provoquait la guerre ?

A LA UNE

Violences policières internationales. Avec 32 morts, la France est plutôt bien classée

Le dernier rapport de l'IGPN, la police des polices, vient de sortir, balançant toutes les turpitudes supposées des policiers...

Pass sanitaire. Chute de fréquentation dans les cinémas et salles de sport

Instauré depuis le 21 juillet en France pour certaines activités, le pass sanitaire n'aura mis que quelques jours à...

4e vague de Covid-19 à l’hôpital ? « Un mensonge d’État » selon le fondateur de la Société Française de Virologie [Vidéo]

La vidéo de l'intervention de Jean-Michel Claverie, fondateur de la Société Française de Virologie dimanche 25 juillet sur BFMTV...

Reportage. Au cœur des manifestations parisiennes contre la tyrannie sanitaire

Ce 24 juillet, il fait relativement chaud à Paris, et à quelques centaines de mètres de la place Trocadéro,...

Rennes. Une femme de 74 ans mortellement agressée au Blosne : des mineurs déjà connus de la justice arrêtés

Des mineurs âgés de 13 à 15 ans ont été placés en détention provisoire Rennes pour des faits de...

Le 125ème numéro de la revue L’Afrique réelle vient de paraitre. En voici l’édito et le sommaire ci-dessous.

Sommaire

Dossier : Qui sont les jihadistes sahéliens ?
– Sahel : jihadisme ou banditisme jihadisé ?
– Au nord, des trafics abrités derrière le paravent islamique
– Macina-Soum-Liptako, des causes d’abord endogènes
– La région des « quatre frontières », front oriental du Sahel

Éditorial de Bernard Lugan

Sahel : et si le développement provoquait la guerre ?

Les conflits du Sahel central ne sont pas une conséquence de la raréfaction des ressources alimentaires puisque, entre 1999 et 2016, la production céréalière y a été multipliée par trois. Parallèlement, le terrorisme a embrasé la région. Pourquoi ?

Si les ressources alimentaires ont été multipliées par trois, c’est parce que les surfaces cultivées ont augmenté de 25 %. Un résultat essentiellement obtenu par la mise en culture de pâturages. Donc aux dépens des pasteurs. Sur leurs anciens terrains de parcours, les Peul ont ainsi vu s’installer des colons allochtones dont, avant la colonisation, ils razziaient les ancêtres. Leur mode d’existence étant menacé, ils se sont tournés vers les jihadistes.

Plus généralement, si nous regardons les microphénomènes, et non plus les seuls macrophénomènes, nous constatons que ce n’est pas tant autour des anciens points d’eau qu’ont lieu les affrontements, mais autour des nouveaux puits creusés par les ONG et des surfaces d’irrigation subventionnées par l’Union européenne. Certains projets maraichers portés par les « sauveurs de la planète » sont même de véritables facteurs de guerre. Ils quadrillent en effet des zones humides désormais interdites aux pasteurs et qui leur sont pourtant vitales.

La religion du « développement » bouleverse donc les subtils équilibres fonciers traditionnels. D’où la plupart des affrontements ethniques actuels au Macina, au Soum et au Liptako.

Comme je l’explique dans mon livre Les guerres du Sahel des origines à nos jours, en raison de l’ethno-mathématique électorale, les États sahéliens qui sont dirigés par les agriculteurs sédentaires favorisent les leurs aux dépens des pasteurs. Enrichis, les sédentaires investissent dans l’élevage, concurrençant ainsi directement les pasteurs. Cela est notamment le cas dans le Macina-Soum. D’où la confrontation entre Peul et Dogon.
Le résultat de cette double dépossession des pasteurs fait que les sédentaires enrichis et devenus possesseurs de bétail, engagent comme bergers de jeunes peul prolétarisés. Dès lors, il est facile aux jihadistes de proposer à ces derniers de sortir de leur humiliation par la loi des armes. Celle de leurs ancêtres quand ils étaient dominants.

Autre exemple, le Soum, où, comme je ne cesse de l’écrire depuis des années, l’introduction de la riziculture qui s’est faite aux dépens du pastoralisme est une des clés de compréhension de l’actuel jihadisme.
Cette nouveauté a en effet attiré dans la région de nouvelles populations. Les colons riziculteurs mossi ou fulsé-kurumba ont dans un premier temps évincé les pasteurs peul de leurs terrains de parcours. Puis au nom de l’ethno-mathématique, devenus localement plus nombreux que les Peul, ils ont combattu leur chefferie afin de changer les règles d’attribution des terres.

Ici également, le développement a donc ouvert une voie royale aux jihadistes…

Pour s’abonner à la revue, c’est ici.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Primaire du PS : une Espagnole contre un Breton ?

Devenir candidate socialiste à l’élection présidentielle de 2022 sans avoir d’efforts particuliers à faire aurait bien arrangé Anne hidalgo...

Coteaux et fourchettes : toute les saveurs de la cuisine méditerranéenne

Planté au milieu d’un océan de vignes – on est au cœur des côtes du Rhône sud, au pied...

Articles liés

La démocratie directe suisse est-elle populiste ? Par François Garçon

François Garçon est président de Démocratie directe pour la France. Dans son livre "France, démocratie défaillante - Il est temps de s'inspirer de la...

Tyrannie sanitaire. « Le peuple français ne se laissera pas faire ». La lettre ouverte d’un citoyen

Michel Massonier nous adresse une lettre ouverte adressée aux députés français en réaction aux mesures tyranniques qu'Emmanuel Macron a annoncé récemment avec la mise...

Patrick Buisson – Requiem pour la France d’avant

Qu’est-ce qui fait tourner le monde ? L’argent, le sexe, l'envie ? Rien de tout cela, répond Patrick Buisson. Le carburant des hommes, c’est...

France-Afrique. Bernard Lugan interviewé par Charles Gave

Bernard Lugan est incontestablement, dans le monde, l’historien qui connaît le mieux l’Afrique. Il rappelle que les « décoloniaux » ont entrepris de déconstruire...