Des mesures spécifiques pour soutenir les professionnels du transport maritime et de la pêche dans le cadre de la crise sanitaire

A LA UNE

Toussaint Louverture. Le héros noir était-il propriétaire d’esclaves ?

Interrogée sur ce point troublant par Stéphane Bern, Rokhaya Diallo dédramatise : avant la Révolution, c'est vrai, Louverture a...

Christophe Dolbeau : « Lorsque je parle de parias, je pense aux intouchables, aux lépreux, aux pestiférés de la politique » [Interview]

Christophe Dolbeau, écrivain et correspondant de presse (il a collaboré à des journaux croates de l'émigration comme Studia croatica...

L’immigration clandestine redouble en Mer Méditerranée, l’Union européenne baisse la garde

Il y a un an, trois organisations internationales paragouvernementales prédisaient un afflux massif de clandestins en Europe lors du...

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

En cette période de crise sanitaire, le secteur maritime continue d’assurer sa mission stratégique d’approvisionnement du pays en denrées alimentaires et en marchandises. Le Gouvernement a décidé de prolonger pour une durée de six mois après la fin de l’état d’urgence l’ensemble des titres professionnels maritimes. De plus afin de mieux protéger les marins pêcheurs, des dispositions spécifiques sont prises pour le calcul de leur indemnité d’activité partielle, tenant compte des particularités du mode de rémunération de la profession.

Les titres professionnels maritimes prolongés six mois après la fin de l’état d’urgence

Toutes les décisions individuelles administratives qui encadrent les activités et professions maritimes indispensables à la conduite des navires et à l’activité des marins, arrivées à échéance durant la période d’état d’urgence, sont prolongées jusqu’au 24 novembre 2020.

La mesure s’inscrit dans la lignée des recommandations européennes et internationales. L’objectif est de limiter les conséquences économiques et sociales de l’épidémie de COVID-19, en permettant aux professionnels d’assurer leurs activités durant toute la période d’état d’urgence et la période de reprise qui démarre.

Il s’agit aussi de temporairement limiter les déplacements des agents de l’administration maritime amenés à se rendre dans des pays étrangers pour mener les plus de 12 000 vérifications annuelles du niveau de sécurité et de conformité des navires français, des équipages qui rejoignent des centres de formation pour suivre des stages de revalidation, mais aussi des médecins et infirmiers du service de santé des gens de mer qui assurent le contrôle de l’aptitude médicale des marins, déjà très fortement engagés dans la lutte contre le COVID-19.

Les autorités françaises veillent toutefois à ce que cet assouplissement temporaire des règles ne compromette pas la sécurité maritime et la protection de l’environnement marin.

Une indemnisation de l’activité partielle des marins pécheurs qui tient compte des spécificités de la profession.

Par un décret du 5 mai, le Gouvernement garantit que comme pour les autres secteurs d’activité, l’indemnité de chômage partiel versée par les employeurs aux marins, ainsi que l’allocation versée par l’État aux employeurs, couvrira 70 % de la rémunération brute des salariés. En effet, la grande majorité des marins du secteur de la pêche disposent d’une rémunération fondée sur un salaire forfaitaire et sur un salaire à la part. Or, les dispositions jusqu’alors en vigueur ne permettaient pas de prendre en compte une rémunération brute horaire suffisante pour le calcul de l’allocation et de l’indemnité d’activité partielle.

Pour les marins pêcheurs rémunérés à la part, la rémunération qui sert de base de calcul de cette indemnité repose sur un salaire forfaitaire majoré défini par arrêté, suivant la dernière catégorie déclarée au régime social des marins (Enim) pour la fonction exercée à bord du navire et le type de pêche concerné par la réduction d’activité.

Cette mesure doit permettre une application harmonisée du mécanisme de soutien à l’activité partielle pour le secteur de la pêche professionnelle sur l’ensemble du territoire hexagonal et ultramarin. Elle sera déployée localement par les directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIRECCTE), en relation avec les directions interrégionales de la mer (DIRM), les directions de la mer (DM) et les directions départementales des territoires et de la mer (DDTM).

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Etienne Chouard : Introduction à la thèse que je défends depuis 2005

Etienne Chouard : Introduction à la thèse que je défends depuis 2005 https://www.youtube.com/watch?v=MtLH-S-3WUs Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de...

Thaïs d’Escufon lance l’association de soutien aux lanceurs d’alerte (ASLA)

Jusqu’à aujourd’hui, Internet était un lieu où la liberté d’expression demeurait vivace. Mais depuis quelques années, le web subit...

Articles liés

Isabelle Le Callennec (LR) : « Jersey, Saint-Brieuc… ou l’échec de la méthode »

Isabelle Le Callennec, tête de liste Les Républicains à l'occasion des élections régionales de juin 2021, vient d'adresser à la presse une tribune intitulée...

Brexit, pêche. Littoral, la marée du passage

Cette histoire se déroule sur le front maritime du Brexit, à bord du chalutier l'Itasca basé à Roscoff. Ce chalutier hauturier (21 mètres, 5...

Nominoë et les Rois de Bretagne Episode 20

L'implantation des Vikings pèse lourdement sur la Bretagne, le peuple est éreinté, les hommes du nord établissent des bases proches du littoral et se...

Sondages régionales 2021 en Bretagne. Vers un second tour à 5 listes ?

Se dirige-t-on vers un deuxième tour des régionales à 5 listes ? À moins de deux mois des élections régionales en Bretagne, ce serait...