Déconfinement. Que prévoit le plan du gouvernement pour sauver le tourisme ?

A LA UNE

Le RN en tête aux Régionales en Bretagne. Un sondage LREM pour faire peur ?

 La République en Marche (LREM) a fait réaliser - et volontairement fuiter semble-t-il - un sondage sur les intentions...

« L’immigration est une chance pour la France » : 40 ans déjà

« L’immigration est une chance pour la France » : le plus souvent, de nos jours, cette formule est utilisée par antiphrase,...

Laurent Ryder : « La France compte plus de dix millions de joueurs et joueuses qui s’adonnent aux jeux vidéo »

E-sport, deviens le maître du jeu. Tel est le titre du livre de Laurent Ryder, aux éditions Dragon D'oc,...

Thierry Lentz : « Nous faisons tous du Napoléon sans le savoir » [Interview]

Thierry Lentz est le directeur de la Fondation Napoléon et enseignant à l’Institut catholique de Vendée. Il s'agit d'un...

Jean-Paul Gourévitch : « L’avenir de l’Union européenne ne se fera pas sans les Africains ni contre eux » [Interview]

La présence française en Afrique fait partie des tabous de l’Histoire. Depuis les indépendances, aucun pays d’Afrique francophone subsaharienne...

Dans le cadre du processus de déconfinement progressif, Édouard Philippe a annoncé, jeudi 14 mai, le plan d’aides spécifiques pour les secteurs du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration, des secteurs frappés de plein fouet par les deux mois de confinement.

Le secteur du tourisme : 7,2 % du PIB

18 milliards d’euros. L’enveloppe annoncée par Édouard Philippe, jeudi 14 mai, à l’issue d’un comité interministériel avec les professionnels du tourisme, est coquette. Et il y a de quoi. De l’aveu même du Premier ministre, « le tourisme, un des fleurons de l’économie française, fait probablement face à la pire épreuve de son histoire moderne ».

Avec pas moins de 95% d’hôtels actuellement fermés, les voyages extra-européens suspendus et l’ensemble des cafés-restaurants fermés, le secteur du tourisme (qui représente 7,2 % du PIB et 2 millions d’emploi) est un des plus impactés en France par la crise du coronavirus.

Pour éviter un naufrage du secteur, des aides « sans précédent » ont donc été annoncées par Édouard Philippe. Celles-ci comprennent notamment un élargissement et un assouplissement des aides déjà mises en place pour tous les secteurs (Chômage partiel, fonds de solidarité…) et des mesures spécifiques (prêts tourisme de Bpifrance, titres-restaurant…). On fait le point sur le détail des mesures.

Vacances possibles en juillet

C’était une des annonces les plus attendues par les Français. Oui, il sera possible de partir en vacances en juillet et en août, et ce malgré l’épidémie actuelle de coronavirus. « Les Français pourront partir en vacances en France au mois de juillet et au mois d’août », a ainsi indiqué jeudi 14 mai Édouard Philippe mais sous réserve toutefois « de possibles restrictions très localisées » en fonction de l’évolution de l’épidémie de coronavirus.

Il est donc d’ores et déjà possible de prendre ses réservations, « les acteurs du tourisme, de l’hôtellerie, s’étant engagés à faire en sorte que les Français soient intégralement remboursés dans l’hypothèse où l’évolution de l’épidémie ne rendrait pas possible le départ en vacances », a assuré le Premier ministre. Ce vendredi 15 mai, la fréquence du site de la SNCF a d’ailleurs bondi de 120 %.

Décision le 25 mai pour les cafés-restaurants

Du côté des cafés et des restaurants, l’heure est encore à l’hypothèse. Si certains (ceux situés dans les départements en vert sur la carte du déconfinement) devraient pouvoir rouvrir le 2 juin, la décision définitive interviendra la semaine du 25 mai.

Pour inciter les Français à retourner dans les restaurants, une fois leur réouverture actée, le plafond journalier des tickets-restaurant va également être doublé, passant ainsi de 19 à 38 euros. Leur utilisation sera par ailleurs autorisée les weekends et jours fériés, jusqu’à fin 2020.

Fonds de solidarité et chômage partiel

Autre annonce faite par Édouard Philippe, en réponse à une des revendications du secteur : le recours au chômage partiel sera possible au moins jusqu’à fin septembre 2020 pour les professionnels du tourisme et de l’évènementiel. « Au-delà, le chômage partiel restera ouvert si l’activité de l’entreprise reprend trop lentement », a-t-il souligné.

L’accès au fonds de solidarité, pour les entreprises du secteur des cafés hôtels restaurants, du tourisme, de l’événementiel, du sport et de la culture, sera lui prolongé jusqu’à la fin de l’année 2020. L’accès du fond ayant été élargi, les entreprises désormais éligibles sont celles qui comptent jusqu’à 20 salariés et qui réalisent jusqu’à 2 millions d’euros de chiffre d’affaires. Elles pourront se voir octroyer jusqu’à 10 000 euros (contre 5000 euros dans les autres secteurs).

Si vous êtes un acteur du Tourisme, vous pouvez vérifier votre éligibilité aux aides qui vous concernent sur le site du gouvernement spécifique aux dispositifs de soutien.

Prêts garantis par l’État et prêts bancaires

« 6,2 milliards d’euros de prêts garantis par l’État ont déjà été pré-accordés à 50 000 entreprises du secteur » a indiqué Edouard Philippe lors de sa présentation le 14 mai dernier. Et lui de rajouter que le plafond des prêts garantis par l’État est désormais fixé au montant des 3 meilleurs mois de l’année précédente (contre 25% du CA annuel dans les autres secteurs).

Du côté de l’enveloppe des prêts tourisme de Bpifrance, cette dernière sera portée de 250 millions d’euros à un milliard d’euros.
Les banques se sont par ailleurs engagées à proposer aux PME du secteur un report des mensualités possible jusqu’à 12 mois (contre 6 mois actuellement).

Taxes et cotisations

Les cotisations sociales patronales, dues entre mars et juin, seront exonérées pour les entreprises du secteur. Cette exonération est prolongée « tant que la fermeture durera », a souligné Édouard Philippe.

Un crédit de cotisations sur 20% des salaires versés depuis février sera également accordée aux entreprises. Une forme d’aide sans précédent » a insisté le Premier ministre. Du côté de la TVA en revanche, le gouvernement n’a pas fait de geste.

AK

Crédit photo : Pixabay (Pixabay License/ahundt)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Les derniers articles

Pr Christian Perronne : « La France est championne du monde de létalité du COVID »

André Bercoff reçoit le Pr Christian Perronne, chef du service d'infectiologie à Garches. Gestion du #Covid_19 : après le...

Brest. Nouvelle fusillade à Kerdern, un blessé

La guerre des gangs, ça se passe également à Brest, les métropoles bretonnes étant gangrénées, comme d'autres en France,...

La mairie de Nantes veut un sapin de Noël écolo, artificiel et énergivore

La France entière s’est moquée de Pierre Hurmic, le maire écolo de Bordeaux qui ne veut pas installer de sapin de Noël, un «...

Covid-19 : La macronie en déroute

Au programme de cette édition, l’exécutif étouffe ! Après plusieurs mois de crise sanitaire, les décisions du gouvernement sont toujours à rebours de toute...

Où sont les hommes ? Par Valek

L'instant détente du jour avec Valek, dans une vidéo intitulée « Où sont les hommes ? ». https://www.youtube.com/watch?v=vKcNj33gTh4 Illustration : DR Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie...

Paris. Des dealers coupent l’électricité d’un quartier pour vendre de la mort dans le noir

Dans le 19e arrondissement de Paris, les habitants de la cité Reverdy en ont ras-le-bol. Un réseau de trafiquants plonge régulièrement le quartier dans...

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Autres articles

- Pour nous soutenir -