Cinq des six suspects du meurtre de Dorian Guéméné, en juillet 2018 à Rennes ont été libérés en attente de procès. Dans le même temps, la plaque en hommage à ce jeune roué de coups à la sortie de la discothèque l’Espace a été vandalisée, nouveau coup dur pour la famille.

« Ces dernières remises en liberté accompagnaient la clôture de l’instruction embourbée dans des zones d’ombre immenses . Nous sommes toujours à la recherche d’une vérité dissimulée après des auditions où chacun se dédouane et après une reconstitution tout aussi hasardeuse » explique la famille de la victime.

Une requalification des chefs d’accusation demandée par la Défense

La Défense demande la requalification de la mise en accusation pour « meurtre » en « violences aggravées ayant entraîné la mort sans intention de la donner ». Si les coups qui lui ont été portés au visage ont entraîné la mort de Dorian, cela ne suffirait pas selon eux à justifier de la volonté de tuer. Des actes que la défense qualifie d’ailleurs par moment de simple « bêtise ».

Des propos qui contrastent avec une haine non dissimulée pourtant par les protagonistes qui par exemple, pour deux d’entres eux, avaient échangé des SMS à la suite de l’assassinat de Dorian regrettant de ne pas en avoir assez « profité ». 

En plein confinement et après ces remises en liberté, la plaque commémorative de Dorian profanée

Le 8 mai dernier, la famille a constaté que la plaque commémorative en l’honneur de Dorian qui avait été inaugurée en Octobre 2018 aux côtés de la Maire de Rennes, Madame Nathalie Appéré, a été volontairement profanée avec un objet contondant. Une plainte a été déposée au commissariat et au Procureur de la République.

Pour rappel, selon l’article 225-17 du Code Pénal : « Toute atteinte à l’intégrité du cadavre, par quelque moyen que ce soit, est punie d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende ». Ces dispositions concernent les atteintes au respect dû aux morts, c’est à dire non seulement toute atteinte à l’intégrité du cadavre et la violation ou la profanation de tombeaux, de sépultures, mais aussi tout mouvement édifié à la mémoire des morts.

Le 17 Mai, une nouvelle fois, la famille a retrouvé la plaque couverte d’un liquide collant.

Dorian, pompier, serveur à Saint-Malo puis à Rennes

Dorian est né à Saint-Malo. Il travaillait dans le pub Le Kenland de la Place des Lices, à Rennes, depuis un an et demi environ. Plus tôt, il avait notamment servi au bar brasserie Le Lion d’Or, à Saint-Malo, puis au pub malouin Le Dock. Adolescent, Dorian Guémené a suivi une formation de jeune sapeur-pompier (JSP), à la caserne de Pleurtuit, pendant quatre années. Il étudiera l’électromécanique, au lycée professionnel maritime d’Étel (Morbihan) avant de s’engager dans l’armée de terre, à Angers, comme sapeur de combat. Il effectuera une mission de six mois sur un bateau, en Martinique, au Sénégal, au Brésil.

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine