justice

Une nouvelle affaire de viol en lien avec l’immigration extra-européenne vient secouer la Suède. Elle implique un migrant africain et une fillette de trois ans…

Un Érythréen suspecté de viol sur une fillette de trois ans

La Suède va avoir de plus en plus de difficultés pour vanter les mérites de son modèle de société multiculturelle. Un migrant africain en provenance d’Érythrée est suspecté de viol aggravé sur une fillette âgée de trois ans. Les faits se sont déroulés dans une ville située au nord de Stockholm au mois de janvier ou de février dernier, lorsque l’enfant a été agressé par un homme dans une résidence. Si les circonstances de ce drame demeurent floues, il s’avère que la mère de la petite fille l’a par la suite conduite dans un centre de santé. Les médecins ont alors constaté que la fillette était infectée par une MST (maladies sexuellement transmissibles).

Une découverte qui fait donc peser de lourds soupçons de viol sur l’Africain de 32 ans puisque, lors de l’échantillonnage, il s’est avéré que l’accusé était infecté par la même souche bactérienne que la petite fille.

Immigration extra-européenne et viols en Suède

Inculpé par le tribunal de district d’Attunda, le migrant extra-européen aurait été recensé pour la première fois par l’administration suédoise en 2010.

Malgré les dix années passées sur le sol suédois, l’accusé africain est par ailleurs toujours incapable de s’exprimer dans la langue nationale et nécessite donc un traducteur pour communiquer avec les policiers. Il nie avoir commis le crime.

Cette sordide histoire vient s’ajouter à la longue liste de viols et d’agressions sexuelles déjà commis en Suède par des migrants ces dernières années. Au mois d’avril dernier, c’était cette fois un Afghan qui était poursuivi pour avoir tenté de violer une jeune fille de moins de 15 ans.

Enfin, le 11 mai 2020, Tommie Lindh, militant nationaliste suédois de 19 ans, tombait sous les coups de couteau d’un Soudanais de 22 ans en tentant d’empêcher que ce dernier ne viole une adolescente de 14 ans, à Härnösand. Un drame qui rappelle les menaces que fait peser sur l’avenir des jeunes européens l’immigration et des dommages collatéraux.

AK

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.