21 % des Français ont déjà publié des photos de leurs enfants sur Internet sans flouter leur visage et sans leur accord

A LA UNE

Santé. Le rhume des foins empoisonne la vie de plus en plus de Français

Rhume persistant, yeux rouges et larmoyants, éternuements… l'omniprésence du Covid-19 dans l'actualité ne doit pas faire oublier que le...

Michel Maffesoli (L’Ère des soulèvements) : « Ce vitalisme que l’élite ne veut pas voir me donne espérance » [Interview]

Les éditions du Cerf viennent d'éditer un nouvel ouvrage important de Michel Maffesoli intitulé « l'Ère des soulèvements »....

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Une enquête en ligne sur les comportements des parents par rapport à leurs enfants sur les réseaux sociaux ainsi que sur leur perception des risques liés à cette présence sur Internet vient de sortir (Étude réalisée par Toluna pour Avast en février 2020 en France auprès de 528 parents, ainsi qu’en Allemagne, au Royaume-Uni, en République Tchèque, en Russie, au Japon, en Australie, aux États-Unis, au Mexique, au Brésil et en Argentine).

Les résultats de l’enquête révèlent que la majorité des parents protègent l’image de leurs enfants dans le monde digital. Ils ne sont en effet que 16 % à ne pas flouter le visage de leurs petits de moins de 3 ans, et 21 % à afficher leurs enfants mineurs sans leur demander leur autorisation et sans masquer leur visage ; un pourcentage relativement similaire au Royaume-Uni (25 %), bien plus élevé aux États-Unis (44 %), mais plus faible en Allemagne (11 %).

Du côté des Français :

  • 57 % des répondants pensent que les photos sont susceptibles d’être partagées au-delà du cadre familial et amical ;
  • 54 % des personnes interrogées estiment que les enfants sont confrontés au risque d’être vus et contactés par des prédateurs sexuels ;
  • 46 % pensent que l’exposition sur les réseaux sociaux peut conduire à du cyberharcèlement ;
  • 42 % des Français estiment que de telles pratiques peuvent porter atteinte au droit des enfants à la vie privée ;
  • 41 % des répondants indiquent que les enfants peuvent être gênés par certaines publications ;
  • 15 % estiment qu’il n’y a aucun risque.

Alors que la France a débuté son déconfinement le 11 mai dernier, l’utilisation des réseaux sociaux a connu une importante augmentation au cours des deux derniers mois, marqués par le confinement. Challenges en tout genre, mises en scène culinaires ou encore pendant l’école à la maison, les publications impliquant les enfants n’ont pas manqué. De nombreuses personnes ont ainsi publié quotidiennement des photos ou des vidéos de leur progéniture sur Facebook, Twitter, TikTok ou encore Instagram. Cette situation inédite liée au coronavirus a conduit certains parents à exposer leurs enfants un peu plus que d’ordinaire, notamment pour garder le lien avec leurs proches.

« Il faut savoir que les signalements d’actes malveillants sur Internet ont bondi pendant le confinement selon l’association e-Enfance. Quel que soit le contexte, il est important de protéger la vie privée des mineurs et leur image sur les réseaux sociaux. Les photos peuvent en effet se retrouver à la portée de personnes malveillantes. Certains clichés, qui peuvent sembler anodins aux yeux des parents, ne le sont pas forcément pour tout le monde, rappelle Bastien Dubuc (Avast). Outre ce risque de tomber entre de mauvaises mains, en fonction de leur nature, certaines photos ou vidéos peuvent fait l’objet de moqueries, voire de cyberharcèlement. Les parents doivent avoir conscience que les personnes extérieures ne portent pas toujours le même regard bienveillant sur leurs enfants et peuvent être malintentionnées. »

Au-delà de ces risques cybercriminels, se pose la problématique du droit à l’image et de la responsabilité parentale. Dès lors qu’un enfant est en âge de leur répondre, les parents ont tout intérêt à lui demander son accord avant de poster une photo ou une vidéo de lui sur les réseaux sociaux. Sans son autorisation, un enfant peut reprocher la publication de son image car celle-ci quitte le domaine privé. L’article 9 du Code civil indique d’ailleurs que « chacun a droit au respect de sa vie privée » et que les parents sont responsables du droit à l’image de leurs enfants jusqu’à leur majorité ; une disposition qui doit inciter à réfléchir avant d’exposer les plus jeunes sur Internet.

L’étude révèle enfin que seuls 19 % des Français demandent l’autorisation à d’autres parents de publier une photo sur laquelle apparaît leur enfant. Il est néanmoins primordial de garder à l’esprit la notion de droit à l’image qui s’étend au-delà du cercle familial et de l’importance de consulter les autres parents avant d’envisager la publication de photos, également dans le but de respecter leur volonté en matière de présence digitale.

« Outre la responsabilité parentale liée à la gestion et à la protection de l’image des enfants sur Internet, les parents doivent également rester vigilants sur la façon dont leurs enfants gèrent leur présence en ligne, poursuit Bastien Dubuc. La plupart d’entre eux ont accès au digital dès leur plus jeune âge ; de nombreux jeux et applications en ligne les encouragent à jouer tout en apprenant. Sans compter sur l’école qui continue actuellement à distance, et donc sur Internet, pour un certain nombre d’élèves. Dans ce contexte, les parents ont un rôle important à jouer pour protéger leurs enfants en leur montrant l’exemple, en instaurant des contrôles lorsque nécessaire, en les sensibilisant sur les risques potentiels et en leur inculquant quelques pratiques de base, notamment sur les paramètres de confidentialité. »

Déjà que la diffusion de ses propres photos de manière intensive pose question concernant les egos surdimensionnés des uns et des autres… celle de ses propres enfants pose le problème, en plus du reste, de leur sécurité et de leur confidentialité. Big Brother n’est pas votre ami !

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Tours. Une manifestation LGBT avec zone interdite aux Blancs finalement annulée

À Tours, une manifestation LGBT organisée par le centre LGBTI de Touraine devait se tenir samedi 15 mai. Mais...

En réponse à Isabelle Le Callennec : Quel modèle énergétique pour la Bretagne ?

Lundi, nous avons publié une lettre ouverte d'Isabelle Le Callennec, tête de liste pour Les Républicains aux élections régionales....

Articles liés

Les enfants, cible de choix du marketing

Nouvel épisode des dessous de l'oligarchie. Dans le monde capitaliste tout repose sur l'acheteur. Sans acheteurs pas de vente et donc pas de profits. Aussi...

La question de la pédocriminalité en France

Malheureusement plus que jamais au centre de l'actualité, la question de la pédocriminalité mérite que l'on s'attarde sur la réponse que nos instances judiciaires,...

Vaccin : et pourquoi pas les enfants ?

Retour à l’information, avec les dernières décisions gouvernementales autour du Covid. Entre les liaisons aériennes directes avec le Brésil suspendues pour quelques jours, le...

Tyrannie sanitaire. La liste des professions autorisées à emmener leurs enfants à l’école la semaine du 5 avril

Voici la liste des professions autorisées à emmener leurs enfants à l’école la semaine du 5 avril telle qu’elle a été transmise par la...