Maraichage. 1500 à 2000 saisonniers sont recherchés dans les Côtes d’Armor cet été

A LA UNE

« Viens à Bollaert, j’ai fais des moules ». L’Opéra du Peuple, dans la peau d’un supporter du RC Lens [Interview]

« Viens à Bollaert, j'ai fais des moules ». Si il n'avait pas reconnu cette référence au fanzine Rugir,...

Irlande du Nord. Il y a 48 ans, pas de Black Friday mais un Bloody Friday à Belfast

En ces temps de consumérisme quasi religieux, les enseignes commerciales (et même les gouvernements) incitant les consommateurs à se...

Florian Philippot : « Notre pays est incontestablement dans les mains de personnes qui veulent retirer aux Français un maximum de libertés » [Interview]

Parmi les politiques qui sont montés au créneau ces derniers mois contre la tyrannie sanitaire mise en place en...

Hold-up. Pierre Barnerias, l’auteur du documentaire, s’explique

Après le succès de Hold-Up, un documentaire sur le Covid, dont la version de travail a été diffusée en...

Discours de De Gaulle à Quimper en 1969 : coulisses d’un ratage historique

Le 2 février 1969, Charles De Gaulle prononce à Quimper le dernier discours de sa carrière. Pour la première...

Le maraichage ne connait pas la crise, et les fruits et légumes ne connaissent pas le confinement. 1500 à 2000 travailleurs saisonniers sont recherchés dans les Côtes d’Armor pour cet été.

On compte en effet plus de 900 exploitations maraîchères et légumières dans ce département, particulièrement actif dans le domaine, tout comme le Finistère, qui recrute également énormément pour les mois à venir.

« Dans l’agglomération de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor) les exploitations maraîchères et légumières sont principalement situées près du littoral : Langueux, Hillion, Trégueux, Pordic et Plérin. La gamme des productions est d’abord liée au terroir dont le sol et le climat de la côte nord en font un bassin privilégié pour le chou-fleur, l’artichaut, la pomme de terre primeur, le coco de Paimpol qui depuis 1992 bénéficie de l’appellation d’origine contrôlée » explique l’hebdomadaire le Penthièvre.

« À ces légumes traditionnels se sont ajoutées au fil des ans les productions telles que tomates (ronde, cerise, cocktail, grappe, variétés anciennes), fraise, brocoli, chou vert, fenouil, courges, ail, légumes anciens (topinambour, rutabaga, courges, panais, navets, betteraves…). La plupart existent également en agriculture biologique qui prend de l’ampleur : le label Prince de Bretagne est aujourd’hui le premier producteur bio régional et devient un acteur de premier plan au niveau national »

La saison des cocos de Paimpol va démarrer début juillet, et durer jusqu’en octobre. Au total dans le département, 1500 à 2000 personnes pourraient être recrutées, de quoi satisfaire à la demande de nombreux jeunes notamment qui cherchent à se faire de l’argent pour un premier travail estival par exemple.

Pour se renseigner sur les offres précises, il faut contacter la chambre d’agriculture et l’Anefa (association nationale pour l’emploi et la formation en agriculture).

Contacts : Véronique Campion (Anefa), 02 96 79 22 22 ; Geho, 02 96 52 01 16 ; Marie Riou (mission locale), 02 96 46 40 09 ; UCPT, 02 96 20 83 30.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine 

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Covid-19. Gestion suédoise de la crise sanitaire : un échec, vraiment ?

Revenons aujourd'hui sur le cas suédois qui a fait couler beaucoup d'encre. Ignorant totalement l'échec de leur propre pays...

Liberté de culte : les évêques se rebiffent

La décision du gouvernement de limiter à 30 personnes l’assistance aux messes – y compris dans une cathédrale –...