Le 66ème numéro de la revue Réfléchir & Agir vient de paraitre. Au sommaire ce mois-ci, un dossier intitulé « La guerre des races aura-t-elle lieu ? » (et pour les abonnés, un superbe numéro spécial avec une bibliothèque idéale à posséder ce qui devrait vous inciter à vous abonner à l’une des meilleures revues dissidente).

Pour vous abonner à la revue, c’est ici

Voici l’édito ci-dessous intitulé Le monde de demain ne sera plus comme avant, il sera pire ! 

Comment le COVID-19, « simple grippe carabinée » selon le professeur Francis Bricaise, infectiologue et membre de l’Académie de médecine, a-t-il pu mettre le monde à l’envers ? En 1969, la fameuse grippe de Hong-Kong, qui avait elle aussi fait 30 000 morts en France, n’avait pas entrainé ce même psychodrame mondial justifiant des semaines de confinement et d’arrêt des activités…

On voit bien avec le recul que l’oligarchie qui dirige le monde s’est servie de cet évènement sanitaire afin de créer un traumatisme planétaire, amplifié par les médias, justifiant toutes les décisions impossibles à faire avaler en temps normal. Cette grande boite magique qu’est le COVID servira désormais de prétexte à tous les coups bas de l’élite mondialiste qui décidera quand le virus (celui-là ou un autre) sera dangereux ou pas, selon ses besoins, la situation du moment (la veille d’une crise sociale par exemple, ce qui justifierait l’interdiction de toutes manifs, défilés, contestations). Il se peut que l’on ne soit jamais plus déconfiné…

CE QUE CETTE CRISE SANITAIRE A RÉVÉLÉ

Dans cette affaire, l’État a clairement fait le choix cynique de ne pas soigner les malades (le protocole Raoult, efficace en début de maladie, a été rejeté parce qu’il ne rapportait rien financièrement), et de tout miser sur la recherche d’un hypothétique vaccin (le programme européen Discovery a pris l’eau en 3 mois) qui pourrait assurer de très juteux profits à l’industrie du Big Pharma qui dicte sa loi aux agences régionales de santé.

Depuis 2012, à 63 reprises (!), l’UE a enjoint la France à baisser ses dépenses de santé, ce qui a entrainé la baisse des moyens, la fermeture de nombreux hôpitaux, services et lits disponibles, décisions qui ont pesé lourd au moment du pic épidémique. De grandes orientations (les fameuses GOPE) renouvelées par Bruxelles pour 2021-2022 ! Enfin, tout le monde a pu noter l’incurie du tandem Macron-Philippe, incapable de doter sa population en masques et gants, notamment pour les personnels en première ligne (infirmières, assistantes de vie, policiers, pompiers), faisant de notre pays une nation digne du tiers-monde.

LA PILULE ET LE SUPPOSITOIRE

Sans broncher, entretenus dans la psychose permanente, les Français ont accepté deux mois de confinement, véritable assignation à résidence, en attendant, comme tous les peuples, leur contrôle définitif par la technologie et bientôt par le « puçage planétaire » du vaccin Bill Gates (sa fondation contribue à hauteur de 10% au budget total de l’OMS qui prône la vaccination des 7 milliards d’êtres humains.)

En France, l’économie étant par terre, 400 000 entreprises menacées de fermeture, le ministre de l’Économie Bruno Lemaire vient de déclarer innocemment que l’épargne des Français était d’un montant équivalent à 10 fois notre PIB annuel. Qu’en ponctionnant 10% de cette somme sur nos livrets A, assurances vie, on amortirait grandement le choc financier. Une loi votée en catimini permet justement à l’État de réquisitionner une partie de nos économies. Au 1er juillet entrera en vigueur la loi Avia qui ne permettra plus aucune opinion dissidente sur internet et instituera la délation des « mauvais citoyens. » La réalité-fiction d’Orwell hier devient notre quotidien.

Eugène Krampon

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine