Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Effondrement et décomposition. Terre et Peuple magazine n°94 vient de sortir

Terre et Peuple magazine n°94 vient de sortir avec un dossier intitulé « Effondrement et décomposition ». En voici l’éditorial et le sommaire ci-dessous.

Pour vous abonner, c’est ici

EFFONDREMENT ET DÉCOMPOSITION par Pierre VIAL 

Après l’hécatombe suicidaire que fut pour l’Europe la guerre de 1914-1918 Paul Valéry a écrit : « Nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles ».

À cette citation que des générations d’élèves de terminale se sont crus obligés d’apprendre pour avoir l’air intelligents, répond celle de Georges Bernanos : « Les civilisations sont mortelles, les civilisations meurent comme les hommes, et cependant elles ne meurent pas à la manière des hommes. La décomposition, chez elles, précède leur mort, au lieu qu’elle suit la nôtre » (Georges Bernanos, Essais et écrits de combat, tome 2).

Ces constats prennent aujourd’hui une signification cruciale puisque l’Occident est entré en agonie (ce qui ne nous choque en rien car, faut-il le rappeler une fois de plus, nous ne confondons surtout pas Occident et civilisation européenne). Une agonie dont les premiers signes, déjà anciens, ont été négligés, voire ignorés, par tous ceux, innombrables, qui ont choisi cette forme d’anesthésie qu’est le déni du réel, par bêtise ou égoïsme « après tout, après moi le déluge »…

Or, pour qui veut bien ouvrir les yeux, des évidences s’imposent. Les observateurs impartiaux (ils existent mais sont empêchés de pouvoir s’exprimer par les media occidentaux, à part quelques rarissimes exceptions comme CNews) savent que l’Occident est entré dans une phase de longue agonie (mais il est très possible que se produisent des phases d’accélération que les  « experts » autoproclamés se refusent à envisager car ce serait admettre que l’utopie du « vivre ensemble », devenue le catéchisme officiel est une criminelle fumisterie que le poids du réel écrase un peu plus chaque jour).

L’effondrement de la civilisation occidentale ? Un fantasme propagé par des fanatiques (d’extrême droite, bien sûr) qui prennent leurs désirs pour des réalités. C’est ce qu’affirment de doctes défenseurs d’un rationalisme à tout crin pour qui il est impossible de se remettre un instant en question. Des immeubles s’écroulent à Paris, Marseille, Lille, Ajaccio, Chaponost ? Malheureuses coïncidences, qu’il serait trop facile de mettre sur le dos de propriétaires négligents, qui ne s’intéressent qu’à l’argent rapporté par des bâtiments insalubres, non entretenus et laissés sans surveillance (y compris par les autorités locales, irresponsables, incompétentes).

Politiciens et journalistes proclament à longueur de journée, avec des trémolos le nécessaire respect d’un État de Droit. Fort bien. Mais où est l’État ? Où est le Droit ?

L’État est en décomposition avancée. Une vieille maxime asiatique le dit : le poisson se décompose toujours d’abord par la tête. C’est ce qui se passe sous nos yeux. Ce que le bon peuple, convenablement anesthésié par les media, ne veut pas voir ni entendre. Jusqu’à quand ? Un de mes vieux Amis a coutume de dire que les gens ne bougeront pas tant qu’ils n’auront pas peur, faim et froid. On y vient…

Un État en faillite

La mission régalienne d’un État est sa raison d’être, sa justification. Cette mission implique que soient fournis et garantis aux citoyens ce qu’exige la vie d’une communauté : la sécurité, la justice, la liberté, des conditions de vie décentes, la reconnaissance des services rendus, l’encouragement à la natalité et la protection de la famille, une politique de développement scolaire et sanitaire… Or dans tous ces domaines la France ressemble aujourd’hui à un pays du Tiers Monde. C’est l’application des consignes données aux Macroniens par leurs commanditaires : la destruction de ce qui reste d’identité et de souveraineté en France est nécessaire pour laisser libre cours au libéralisme mondialiste. Pour cela il faut hâter la destruction du tissu social, éliminer les réseaux organiques qui structurent une communauté. Un exemple parmi tant d’autres : dans un village, la boulangerie est un centre de sociabilité apprécié par toute la population. Or combien de boulangers sont obligés de mettre la clef sous la porte, faute de pouvoir supporter le poids écrasant des charges financières dont l’explosion démente du prix de l’électricité n’est qu’une illustration. Et ce sont les plus faibles, les personnes âgées, les mères célibataires qui sont les premières victimes de la folie mise en œuvre par ceux qui font passer leurs fantasmes idéologiques avant tout, comme l’illustre la destruction de notre capital nucléaire.

Les naïfs vont dire « mais que fait l’État ? ». Mais ces innocents (restons gentils…) n’ont pas compris, comme d’habitude, que la notion même d’État régalien n’a plus de sens dans un système macronien où l’indépendance de la France (comme celle des autres pays européens) est devenue une fiction car le « vieux pays » cher à De Gaulle est désormais un simple satellite de l’eurocratie bruxelloise.

L’abdication, disons même le sabotage de l’État par ceux qui devraient en être les serviteurs et les gardiens, se manifeste dans tous les domaines. Le système scolaire est massacré mais ceux qui veulent la disparition de la patrie gauloise savent qu’il faut s’attaquer d’abord à la base, c’est-à-dire les enfants. En leur infusant dans la tête, dès le plus jeune âge, le catéchisme du « vivre ensemble ». Or les enseignants ne sont pas des héros : ils tiennent à sauver leur peau et c’est pourquoi 56% d’entre eux ont d’ores et déjà renoncé à parler devant leur classe (de plus en plus souvent multiraciale) de sujets tabous, au premier rang desquels, évidemment l’islam.

D’autant que les familles veillent au grain pour s’assurer que la Vérité diffusée par les fous d’Allah est strictement respectée. On est d’ailleurs passé à l’étape suivante de la colonisation mentale : de plus en plus d’élèves, filles et garçons, viennent à l’école déguisés en enfants de Bédouins. Histoire de voir s’il y a encore des infidèles qui ont le courage de réagir… D’autant que Macron a installé à la tête de l’école « républicaine » (sic) un Pap Ndiaye qui annonce la couleur (pardon : je n’ai pas résisté à ce triste jeu de mots…) : « Notre mission première, c’est faire de l’immigration un élément central de l’histoire nationale ». Il sait où il veut aller, en présentant « le modèle américain comme un exemple à suivre pour la France ».

Autre volet de la décomposition organisée : la « Justice ». Un mot qui a une saveur amère quand on sait que ce domaine, que couve avec vigilance cette vieille crapule de Dupont-Moretti, a été systématiquement colonisé par les gauchistes, afin de favoriser à outrance des délinquants considérés comme des victimes d’une société dominée par les exploiteurs du peuple. Quel peuple ? Le seul qui compte : les colorés de diverses nuances mais unis par la haine du Blanc. C’est ce « peuple » que les policiers qui essayent de faire leur métier trouvent en face d’eux (certains finissant par baisser les bras, écœurés de voir leur travail systématiquement détruit par des autorités judiciaires qui se soucient comme d’une guigne de la détresse des victimes de la racaille, poussées à ne plus faire confiance à des autorités qui trahissent la confiance des braves gens trop naïfs). Une naïveté qu’on retrouve chez ceux qui se rassurent par une illusion : heureusement, en cas de nécessité il y a l’armée… Une armée qui a été amputée de la moitié de ses effectifs en quelques années. Et au sein de laquelle on trouve beaucoup de non-Européens, qui seront les premiers à tirer dans le dos des officiers décidés à résister à la racaille. Quant au matériel, usé stupidement par la multiplication d’interventions en « opérations extérieures » (en clair : en Afrique, pour satisfaire la vanité imbécile du locataire de l’Élysée), il ne résisterait pas à des interventions d’une certaine ampleur. Pour le savoir, Il suffit de parler à cœur ouvert avec des officiers encore attachés à leur mission mais qui savent bien qu’ils n’ont rien à attendre d’un pouvoir politique qui, objectivement, est prêt à toutes les démissions.

La première condition nécessaire si l’on veut organiser une résistance efficace : la lucidité. Elle nous dicte un constat amer : les identitaires ne peuvent compter que sur eux-mêmes. En s’organisant d’abord et avant tout pour survivre. Ensuite, peut-être, un jour : la Reconquête.

Pierre VIAL

Crédit photo : DR (photo d’illustration)
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

Une réponse à “Effondrement et décomposition. Terre et Peuple magazine n°94 vient de sortir”

  1. Genevieve Kilburg dit :

    Pierre VIAL a bien décrit la situation, et je l’en remercie, il a une vision nette et précise de la situation actuelle, reste à divulguer son analyse à tous les Français, et même les USA, qui nous rejoignent bien vite dans l’accession aux noirs à tous les postes-clés, ils n’ont peur de rien, en France aussi, il y a de plus en plus d’arabes, qui prennent les rennes du pouvoir, car les Français ont peur de faire des bêtises, mais pas eux ! ainsi, nous serons sous le joug des “colorés” qui nous détestent, sont jaloux de nous autres, et veulent notre pays, mais avant, notre peau ! Ils vont y arriver avec l’appui de notre actuel Président, et une justice bancale !

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Sociétal

Guerre en Ukraine 2 ans de traitement médiatique

Découvrir l'article

International

L’armée britannique est si faible que les civils devront être mobilisés en cas de guerre

Découvrir l'article

Sociétal

« Vendre la guerre », Pierre Conesa reçoit Alain Juillet, Ancien directeur du renseignement de la DGSE

Découvrir l'article

Sociétal

Patrick Robert, un photographe au cœur des conflits du monde actuel

Découvrir l'article

A La Une, Culture & Patrimoine, Histoire

11 novembre. La Première guerre mondiale en synthèse [+ Bibliographie non exhaustive sur la Grande guerre]

Découvrir l'article

Sociétal

Guerre civile, menace réelle ? Le 46ème numéro de Survival Magazine est paru

Découvrir l'article

Economie

Guerre au Moyen-Orient : quelles conséquences économiques pour la France ?

Découvrir l'article

International

La guerre OTAN-BRICS

Découvrir l'article

A La Une, Sociétal

La guerre au XXIe siècle. Entretien avec Thibault Fouillet

Découvrir l'article

International, Tribune libre

La multipolarité jusqu’où ?

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍