L’enquête dans l’affaire de la fusillade qui le 2 juillet dernier, a blessé une femme de 48 ans par balle chez elle, 49 rue Lemoine dans le quartier de la Tortière, avance rapidement. Une femme de 28 ans a été écrouée pour complicité de tentative d’assassinat, l’auteur présumé avait été interpellé le 7 juillet dernier. Cette fusillade était la 3e en 32 heures, la 24e en six mois à Nantes. Depuis, curieusement, les armes se sont tues.

La police a aussi mis la main sur l’auteur présumé des coups de feu, un sexagénaire en conflit avec la victime, sans antécédents judiciaires. Ce dernier a été interpellé le 7 juillet dernier, une quarantaine d’armes datant pour certaines de la dernière guerre, pour d’autres neutralisées tant bien que mal, ont été retrouvées chez lui en perquisition. Il a été mis en examen ce 9 juillet et placé en détention provisoire ; il conteste avoir eu l’intention de tuer.

Ce 16 juillet, une femme âgée de 28 ans qui faisait partie de l’entourage du tireur présumé a été interpellée et écrouée pour complicité de tentative d’assassinat – ce qui signifie que comme pour l’auteur présumé, la justice retient au stade actuel de l’enquête, l’intention de tuer la victime. La préméditation est en effet l’élément intentionnel qui sépare le meurtre – qui peut être accidentel – de l’assassinat, qui est prévu et prémédité.

Toujours au stade actuel de l’enquête, le mobile demeure nébuleux, mais pourrait être lié à une dette d’argent. C’est d’ailleurs aussi une dette – de jeu, de 2000 € – qui a été le mobile du meurtre d’un ressortissant roumain le 3 juillet dernier sur l’île de Nantes (quartier République) par un de ses voisins, lui aussi roumain, qui a été interpellé depuis à proximité du lieu du meurtre.

Louis Moulin

Photo d’illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine