Adama Traoré accusé de viol en prison. La victime indemnisée, la presse mainstream embarrassée…

A LA UNE

Etrangers en situation irrégulière. Des soins évalués à plus d’un milliard et demi d’euros par an

C’est un pavé dans la mare que vient de jeter au parlement une députée de l’opposition. Dans un rapport rendu...

Elections régionales 2021. Les résultats en Bretagne et Pays de la Loire

Retrouvez tous les résultats du premier tour des élections régionales et départementales ce dimanche 20 juin 2021 en Bretagne...

Régionales 2021. Avec un score prévu de 66%, l’abstention triomphe et signe l’échec de la Vème République

Les résultats du premier tour des élections régionales et départementales seront publiés à partir de 20 h, ce dimanche 20 juin 2021. Mais déjà,...

Bande dessinée. René le Honzec et Torr’Pen rejoignent Breizh-info.com [Interview]

Nos lecteurs amateurs de bandes dessinées vont être ravis : René le Honzec, à qui l’on doit notamment « Histoire de...

Victor Aubert (Acadamia Christiana) : « Le thème de notre université sera la communauté car nous pensons qu’elle est le socle du politique »

Du 16 au 22 août 2021 (avant-dernière semaine d’août) se déroulera une nouvelle université d'Académia Christiana, université des jeunes...

Quelques jours après la mort de George Floyd, la France a découvert « L’affaire Adama Traoré » à grand coups de complaintes du malheureux, la presse mainstream se rangeant dans son ensemble derrière les injonctions d’Assa Traoré et du collectif Justice pour Adama, collectif allié à la mouvance « antifa ».

Néanmoins, à la lumière de faits récemment révélés, nombreux se demandent maintenant si la presse mainstream n’a pas soutenu un violeur présumé en la personne d’Adama Traoré. Ainsi le journal Le Figaro rapporte que la Commission d’indemnisation des victimes d’infractions (Civi) établit les faits d’agression sexuelle sur le codétenu d’Adama Traoré. sans toutefois qu’il s’agisse d’une reconnaissance de culpabilité (reconnaissance quasi impossible après le décès du principal mis en cause). Adama Traoré était en effet accusé d’avoir, lors d’un de ses séjours en prison, tout simplement violé son codétenu.

« Le 6 septembre 2016, deux mois après la mort d’Adama Traoré, son codétenu à la prison d’Osny avait dénoncé des faits d’agression sexuelle. Il avait confié aux enquêteurs avoir été contraint, plusieurs fois par jour, de lui pratiquer des fellations, alors que ce dernier le menaçait à l’aide d’une fourchette » peut-on lire dans Le Figaro. À l’époque, la mère du jeune homme, inquiète pour son fils, avait décidé de porter plainte au commissariat de Cergy-Pontoise, malgré les supplications de ce dernier de ne pas en parler, par peur des représailles.  Le jeune homme aurait par la suite immédiatement demandé à changer de bâtiment, avant d’être placé à l’isolement. Quelques jours plus tard, sa mère lui rend de nouveau visite. Son fils fond en larmes. «Je lui ai demandé ce qui se passait, il m’a répondu par deux fois : il m’a violé. Je lui ai demandé qui ? Il m’a dit mon ancien codétenu, Adama Traoré», révèle Le Point , mardi 21 juillet.

Et Le Figaro de poursuivre : Selon la Civi, la victime aurait alors remis «une lettre à un surveillant » et évoqué les faits «de façon particulièrement circonstanciée lors d’un entretien avec un chef de détention». Placé à l’isolement le 17 mai 2016, il n’aurait ensuite plus répondu aux sollicitations du personnel et aurait tenté de se suicider par pendaison. La Civi conclut que de ces faits résulte «que la matérialité des infractions d’agressions sexuelles dénoncées doit être considérée comme établie. Le retentissement psychologique de ces faits commis sur une personne fragile et vulnérable au sein d’un établissement pénitentiaire justifie l’allocation d’une indemnité de 15.000 euros».

“Il résulte de ces considérations de fait que la matérialité des infractions d’agressions sexuelles dénoncées doit être considérée comme établie. Le retentissement psychologique de ces faits commis sur une personne fragile et vulnérable au sein d’un établissement pénitentiaire justifie l’allocation d’une indemnité de 15.000 euros, indique finalement la Civi.

Maître Yassine Bouzrou, avocat de la famille Traoré, indique que son client n’a jamais “été convoqué” et n’a donc pas pu donner sa version des faits. Yacouba Traoré, le frère d’Adama, avait par ailleurs été condamné à 18 mois de prison ferme dans le cadre de cette affaire. En effet, le frère du défunt a été reconnu coupable d’expédition punitive et de violences en réunion sur la victime, rouée de coups en février 2017.

Rappelons que la presse mainstream a quasiment sanctuarisé la famille Traoré (lire cette article quasi pornographique d’un journaliste du Parisien), que des élus de la République ont soutenu le fait qu’une fresque soit érigée en sa mémoire en Seine St Denis, et qu’Emmanuel Macron, président de la République, a demandé au Gouvernement, suite à la pourtant faible mobilisation autour de la famille Traoré (quelques milliers de personnes dans les rues), de « se saisir de la question des violences policières ».

L’esprit républicain, encore et toujours ?

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Face aux rodéos urbains, la mairie socialiste de Vaulx-en-Velin propose… une activité motocross aux « jeunes » [Vidéo]

La municipalité socialiste de Vaulx-en-Velin, dans la banlieue de Lyon, a décidé de proposer une activité « motocross »,...

« Violences policières ». 25 morts en 2020 dont au moins 10 d’origine musulmane

Ils s'appelaient Romain, Toufik ou Olivio. Ils étaient fêtards, camionneurs, cambrioleurs ou terroristes. Tous étaient de sexe masculin, relativement...

Articles liés

Suède. Une analyse de l’explosion des viols commis par les immigrés

Elle s'appelle Ayaan Hirsi Ali. Elle est chroniqueuse de UnHerd magazine numérique d'idées, de culture et d'opinions. Elle est également chargée de recherche à...

Génération Identitaire vs collectif Adama Traoré (Louboutin) – Un an après.

Il y a un an (13 juin 2020), Génération identitaire menait une action sur le toit d'un immeuble au-dessus de la place de la...

Loudéac. Un Mahorais condamné à 8 ans de prison pour le viol d’une adolescente

Takidine Maoulida, un Mahorais, a été condamné à 8 ans de prison reconnu coupable du viol d'une adolescente, à Loudéac, en 2019. Le drame s'est...

Rennes. Un Guinéen en garde à vue après le viol d’une jeune fille mineure

Horreur à Rennes. Un immigré Guinéen de 19 ans est actuellement en garde à vue, accusé de viol sur une jeune fille mineur, à...