Dépakine. SANOFI vient d’être mis en examen pour « Homicides involontaires »

A LA UNE

Fête de la musique 2019 à Nantes : vers une mise en examen de Johanna Rolland

« Le jeune homme est bien tombé dans la Loire pendant l’intervention policière » : depuis hier soir, des titres de ce...

Nico Prat – Benjamin Durand : « La victoire d’Oasis se situe dans un soft power mainstream par delà les classes sociales et les...

Les éditions Playlist society viennent de sortir un bouquin que tous les amateurs de rock doivent posséder. Avec Oasis...

Jean-Yves Le Gallou : « Une candidature Zemmour pulvériserait le front républicain » [Interview]

Les Bobards d'Or, traditionnelle cérémonie de la fondation Polémia qui récompense les médias de grand chemin, se sont déroulés...

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

Cyclisme. Tour de France 2021. Le parcours détaillé étape par étape [Analyse]

Le Tour de France 2021 se rapproche à grands pas. Après vous avoir présenté les 4 étapes bretonnes dans...

Le laboratoire SANOFI vient d’être mis en examen pour « Homicides involontaires » dans le cadre de la procédure pénale en cours pour laquelle, Sanofi est déjà poursuivi pour « Tromperie aggravée » et « blessures involontaires ».

« Ce nouveau chef d’accusation est une très grande victoire pour les familles de victimes de la Dépakine qui ont répondu à l’appel de l’APESAC en déposant plainte pour que ces crimes ne restent pas impunis » indique Marine Martin Présidente de l’APESAC qui résume les faits :

« Le juge a décidé de placer Sanofi sous contrôle judiciaire. Il a en effet estimé que le lien entre la Dépakine et les dégâts engendrés sur les fœtus étaient scientifiquement établis, mais aussi que Sanofi avait causé des dommages d’une gravité exceptionnelle.

Le juge a par ailleurs imposé un cautionnement d’un montant pharaonique de 80 millions d’euros car jusqu’à présent Sanofi n’a jamais fait une quelconque démarche d’indemnisation et à toujours refusé de rencontrer la mère d’enfants touchés ou la Présidente de l’APESAC que je suis.

C’est un signal fort de la part du juge qui pointe ainsi l’attitude ignoble de Sanofi à l’égard des victimes en les méprisant que ce soit dans les procédures civiles ou dans les procédures amiables à l’ONIAM. Cette situation est inacceptable. Il faut que ces criminels en col blanc assument leurs responsabilités et face preuve de morale, d’éthique pour que ces enfants puissent être soignés.

Il est urgent d’indemniser ces enfants pour qu’ils puissent être pris en charge correctement et que je cesse d’aller à des enterrements comme récemment celui de Cédric décédé suite à ses problèmes en lien avec la Dépakine, des vies sont en jeux »

Voir également l’article du Monde à ce sujet

Crédit photo : DR (
[cc] Breizh-info.com, 2020, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Eric Zemmour : « En politique, il faut prévoir le pire pour que celui-ci ne se produise pas et se donner les moyens de...

Eric Zemmour : « En politique, il faut prévoir le pire pour que celui-ci ne se produise pas et...

Lorient. De la cocaïne et des armes saisies, intervention du Raid

Le trafic de drogue continue d'empoisonner la Bretagne tandis qu'il enrichit les dealers, provenant souvent d'Île-de-France par ailleurs. À...

Articles liés

Covid : l’appauvrissement global

Le rapport annuel de l’Organisation Internationale du Travail évoque des dizaines de millions de victimes économiques après la crise sanitaire. En dépit de leurs échecs,...

Loi « lanceurs d’alerte » : L’APESAC et 26 autres organisations lancent un appel à la société civile

Marine Martin, en devenant lanceuse d’alerte dans le scandale de la Dépakine, s’est directement exposée aux attaques du laboratoire Sanofi qui a tenté récemment...

Des réseaux académiques européens appellent à lever les obstacles au transfert des données de santé

Selon un nouveau rapport des réseaux académiques européens, les problèmes juridiques entravent le partage des données de santé avec des chercheurs en dehors de l’UE/Espace économique européen (EEE). Les auteurs appellent à...

Covid-19. Didier Raoult : « Personne ne sait ce qui arrêtera le virus »

Didier Raoult : « Personne ne sait ce qui arrêtera le virus ». Didier Raoult est directeur de l'Institut Hospitalo-Universitaire Méditerranée Infection à Marseille. Il...